Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Politique générale & nationale


Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 10 décembre 2015

Région Aquitaine : les dérives d'un système !

lettre_delpuech_a_rousset.pngAu cours du débat organisé le 9 décembre sur France 3, le candidat socialiste sortant, encore une fois, a dérapé en accusant Virginie CALMELS de mentir alors qu’elle évoquait un grave manquement aux règles les plus élémentaires de l’éthique, de la légalité et de la bonne gestion.

Virginie CALMELS a en effet dénoncé le salaire illégalement élevé du Directeur Général des Services du Conseil Régional d’Aquitaine.

Un manquement relevé par Monsieur le Préfet lui-même : « Aussi, je ne peux que souligner le caractère illégal de la rémunération accordée à M. F... dans le cadre du présent contrat, puisque son montant brut annuel s’élève à 186 415,44 €, soit 2,64 fois le montant maximal autorisé. »

Lire la suite...

Diffuser cet article : E mail | Imprimer | FaceBook | Twitter

lundi 2 novembre 2015

Finances locales : ressources atones, repli de l'investissement, épargne brute qui décline... (La Banque postale)

finances_locales.jpg

Des ressources atones, des dépenses de fonctionnement qui décélèrent, une épargne brute qui continue de décliner, un repli de l'investissement, des départements qui tranchent dans leurs subventions au bloc local, un encours de dette en hausse ainsi qu'une détérioration de la capacité de désendettement… telles sont quelques-unes des grandes tendances relevées par la dernière Note de conjoncture sur les finances locales, présentée ce 28 octobre par la Banque postale. Autant de tendances qui se profilaient déjà dans la précédente Note publiée au printemps dernier (voir ci-contre notre article du 6 mai) et qui se confirment aujourd'hui, la nouvelle publication apportant en outre des données spécifiques à chaque niveau de collectivités. Et autant de tendances qui conduisent la Banque postale à résumer la situation par ce titre : "La confrontation entre besoins et contraintes donne lieu à des arbitrages difficiles". C'est même une nouvelle "ère" qui s'ouvre en ce sens en 2015, considère Thomas Rougier, directeur des études secteur public local de la Banque postale.

Lire la suite...

Diffuser cet article : E mail | Imprimer | FaceBook | Twitter

lundi 20 juillet 2015

Pour sauver l’agriculture : la TVA SOCIALE !

vaches_sous_le_moulin_de_Gornac.jpg

Au micro de LCI, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a expliqué que la crise de l'élevage concernait principalement le porc, la viande bovine et le lait... Il a affirmé que le gouvernement se mobilisait pour aider les exploitations, notamment avec "des allègements de charge". Mais les paysans crient à qui veut bien les entendre qu'ils veulent "vivre de leur travail, qu'ils ne veulent pas des aides" et ils ont raison ! Le système actuel ne fonctionne pas !

De 2002 à 2006 nous avons tenté de lutter par tous les moyens contre la baisse des prix du vin, jusqu’à organiser un « blocus » pour toutes les ventes inférieures à 1000€/tonneau. Notre slogan était « notre SMIC c’est 1000 € »… Les négociants nous disaient « tenez votre blocus et on suivra », et ils ajoutaient « vous ne le tiendrez pas !». Et ils avaient raison. Si le blocus a été l’occasion d’une action collective de grande ampleur pour rappeler à tous les viticulteurs que nous étions aussi syndicalistes, il a fallu pour restaurer les prix de vente passer par la diminution de l’offre (arrachages, distillation, baisse du rendement à l’hectare).

Mais diminuer l’offre pour le lait, la viande, les céréales est-elle la meilleure solution ?

Le problème c’est qu’en diminuant l’offre on perd de la compétitivité, on perd de la capacité à conquérir les marchés… Le France est un leader mondial de l'agroalimentaire. Ce n'est pas le moment de baisser la voilure car nous avons besoin de ce chiffre d'affaire pour équilibrer notre balance commerciale déjà très déficitaire. Et puis, une exploitation agricole ne s’arrête pas comme une chaine de production avec un bouton poussoir. Enfin, il y a une planète à nourrir. Ce serait tout de même incroyable de baisser notre production de viande, de céréales, de lait, alors que des bouches crient famines ici ou là…

Lire la suite...

Diffuser cet article : E mail | Imprimer | FaceBook | Twitter

vendredi 3 octobre 2014

Comment réduire la dette de la Nation avec comme seul objectif, un déficit annuel ?

Alors que le Ministre des Finances présente le "Projet de Loi de Finances" pour 2015, on apprend que la dette de la France vient de dépasser les 2000 milliards d'Euros...

Je demande aux élève de 3ème de ne pas lire ce qui suit...

Pour réduire la dette, le Ministre des Finances propose de réduire le déficit avec un objectif en 2017 de 3% du Produit Intérieur Brut... Le déficit proposé par le Ministre pour 2015 sera lui de 90 milliards d'€uros...

Il illustre sont propos avec une série d'économies qui ne se traduisent pas par une baisse de la dépense publique... Ces économies, selon les mots du Ministre, "sont des économies sur l'augmentation qu'il y aurait eu si nous n'en avions pas fait".

Pour rassurer tout le monde, le déficit, au lieu d'être comparé aux budgets de la Nation (1100 milliards , soit un déficit de 8,2% du budget) est comparé au "Produit Intérieur Brut" de la France (2000 milliards, soit 4,5% du PIB). Cette incongruité a été inventée -parait-il- par François Mitterrand dans les années 80 pour permettre à son gouvernement de faire des déficits tout en arguant du fait que ces déficit "respectaient les critères de convergence du système monétaire de l'Europe, préfiguration de la zone Euro"... Le critère de 3% du PIB a fini par rentrer dans les mœurs, puis dans les textes... Avec le temps, le "du PIB" a fini par disparaître des articles de presse et des papiers des commentateurs... Si bien qu'aujourd'hui on parle d'un déficit de 4,5%... Chacun comprend 4,5% du budget... Il n'en ait rien, c'est 4,5% du PIB ! En fait, le déficit budgétaire est de 8,2%...

Lire la suite...

Diffuser cet article : E mail | Imprimer | FaceBook | Twitter

samedi 20 septembre 2014

Réforme territoriale : de valse-hésitation en Valls hésitations ...

2233639552.jpgQue de chemin parcouru depuis que le gouvernement a défait la réforme FILLON :

  • création du "Conseiller Territorial" un élu qui siège au département et la région et qui préfigurait le mariage des deux ;
  • redécoupage des cantons sur la base d'une moyenne nationale de 17000 habitants par canton (contre 45000 aujourd'hui en Gironde) ;
  • suppression de la compétence générale et spécialisation des compétences pour chaque collectivité ; à la Région les transports (qu'ils soient sur pneus ou sur rails), les établissements scolaires (Lycées et Collèges), ... aux départements l'Action Sociale, l'Aide aux Communes, l'aménagement numérique du territoire, ...

Tout cela n'est plus : le bébé a été jeté avec l'eau du bain ! "Vous allez voir ce que vous allez voir ! Une belle réforme, une grande réforme ..." telles étaient les promesses du nouveau gouvernement et de notre Président. Mais si la critique est facile, l'art est difficile... S'il est facile de critiquer, de vilipender, ... il est moins facile de gouverner, de réformer !

Lire la suite...

Diffuser cet article : E mail | Imprimer | FaceBook | Twitter

jeudi 26 septembre 2013

Projet de Loi de Finance 2014 : la "pause fiscale" n'est pas pour les communes !

Le gouvernement a confirmé hier que le bloc communal serait le plus touché par la baisse des dotations, dans un communiqué publié à l’issue du Conseil des ministres, au cours duquel le ministre des Finances Pierre Moscovici et le ministre délégué au Budget Bernard Cazeneuve ont présenté le projet de loi de finances pour 2014.

En effet, l'Etat prévoit une baisse des dotations aux collectivités locales d’1,5 milliard d’euros. Le bloc communal en supporte la majeure partie puisqu’il verra ses dotations baisser de 840 millions d’euros.

Lire la suite...

Diffuser cet article : E mail | Imprimer | FaceBook | Twitter

samedi 2 mars 2013

Le Conseil d'Analyse Economique, placé auprès de Jean-Marc Ayrault, propose de supprimer les "droits de mutation" !?!

Une étude du Conseil d'analyse économique, placé auprès du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, préconise une série de mesures pour , dit-il, "améliorer le fonctionnement du marché immobilier et rendre la fiscalité foncière plus juste".

Deux mesures phare de cette étude sont :

  • la suppression des droits de mutation et le transfer progessif de cette charge sur la taxe foncière;
  • la création d'une taxe sur les plus-value latentes;

Le projet est simple : taxer plus les propriétaires et moins les accédants !

Lire la suite...

Diffuser cet article : E mail | Imprimer | FaceBook | Twitter

vendredi 1 mars 2013

Etat des lieux sur les effectifs de la fonction publique territoriale.

Le CSFPT (Centre supérieur de la fonction publique territoriale) a dévoilé hier un « état des lieux » sur les effectifs de la fonction publique territoiriale. Il s'agit de la première édition d'un « document de référence » mis au point par un groupe de travail que les associations d'élus (Association des Maires de France, Association des Régions de France et Association des Département de France) avaient demandé pour «établir un état des lieux objectif et partagé».

Lire la suite...

Diffuser cet article : E mail | Imprimer | FaceBook | Twitter

mercredi 16 janvier 2013

Projet de décret sur les rythmes scolaires : l’AMF exprime ses fortes réserves et demande une véritable évaluation financière.

L’Association des Maires de France a demandé et obtenu le report de l’examen du décret sur les rythmes scolaires, examiné le 10 janvier dernier par la Commission consultative d’évaluation des normes* (CCEN).

Lire la suite...

Diffuser cet article : E mail | Imprimer | FaceBook | Twitter

vendredi 14 décembre 2012

Les dangers pour la France de la politique fiscale du gouvernement Hollande-Ayrault.

Quand on augmente la pression dans une enceinte, elle se vide... Cette règle de la thermodynamique des fluides s'applique aussi à l'économie ! Quand on augmente la pression fiscale dans un pays, il se vide de sa monnaie et de ses contribuables ! Le gouvernement Hollande-Ayrault, en augmentant la pression fiscale en France, prend le risque de voir la France se vider, de ses savoir-faire, de ses entrepreneurs, de ses PME, de ses investisseurs, de ses sportifs et de ses acteurs, et plus grave encore, de son enthousiasme ...

Lire la suite...

Diffuser cet article : E mail | Imprimer | FaceBook | Twitter

dimanche 14 octobre 2012

Violences scolaires : depuis l'arrivée de Vincent Peillon, tout va bien !

violences_scolaires.jpg

Diffuser cet article : E mail | Imprimer | FaceBook | Twitter

Création # CHAMP de PUB