Le 3 janvier dernier, Jacques Chirac s'était prononcé pour l'institution d'une "obligation de parité dans les exécutifs régionaux et communaux pour ce qui concerne les communes de plus de 3.500 habitants, ainsi que dans la désignation des délégués aux structures intercommunales", avait-il demandé lors des voeux des assemblées (Assemblée nationale, Sénat, Conseil économique et social) à l'Elysée.

Dans un communiqué, le chef du gouvernement confirme mercredi que les exécutifs des communes de plus de 3.500 habitants seront constitués paritairement ainsi que ceux des conseils régionaux. De plus, le projet de loi "crée également un vivier nouveau d'élues locales en instituant un suppléant de sexe opposé pour chaque conseiller général. Cette disposition concernera près de 4.000 élus".

Un gouvernement dont le Ministre de la Défense est une femme n'a pourtant rien à prouvé de ce coté. L'ascension de Ségolène Royale au sein du PS, l'élection en son temps de Michèle Alliot-Marie à la Présidence du RPR montrent que la démocratie, bien organisée, permet d'atteindre l'objectif de parité sans avoir recours à une loi de "discrimination positive". Sans faire de caricature, cette année, tant au PS qu'à l'UMP, des candidats à l'investiture pour les prochaines législatives, qui avaient les compétence requises, n'ont pas été retenu par les comités d'investiture au seul motif qu'ils appartenaient au sexe masculin. N'est-ce pas une discrimination caractèrisée?

Tout cela me laisse perplexe... Si l'objectif de la parité est louable, les méthodes employées pour présenter un "quotas de femmes" -à tout prix- tant au PS qu'à l'UMP, sont dévastatrices... Comment imaginer que l'on veuille ainsi rééquilibrer les choses ? En effet, si les "vieux élus" restent en place et que les "nouveaux élus" sont des femmes, alors c'est une génération de jeunes hommes que l'on entend "sacrifier sur l'hôtel de la parité"...

Jacques Chirac doit donc donner l'exemple -comme viennent de le faire Edouard Balladur et quelques autres - et prendre sa retraite : la parité se fera naturellement à condition que le renouvellement des générations s'effectue normalement. Les jeunes générations sont culturellement beaucoup plus "paritaires" que les anciennes, c'est la force de la culture qui imposera la parité, pas la loi !

Mais il paraît que ce type de discours n'est tenu que par les jeunes élus de sexe masculin ! Je suis profondément attaché à la mixité, à toutes les mixités, mais je ne vois pas l'intérêt de légiférer sur la mixité. La mixité est un produit de la nature et de la vie en société, ce n'est pas un artefacte...

Cette loi sur la parité en politique n'est pas très "libérale" elle peut même se révéler liberticide! Je ne conteste pas les décisions qui ont été prises, je conteste la loi qui a obligé de les prendre !