Ce jeudi nous étions réunis au Conseil Général de la Gironde pour examiner le Budget Supplémentaire. Ce qu’il est convenu d’appeler en langage d’élu le « BS ». Il s’agit d’apporter les modification au « BP » -budget primitif- que nous avions voté en décembre 2007, pour coller à la réalité des réalisations et de l’exécution des programmes.

A cette occasion nous votions aussi le compte administratif qui est le document « bilan » de l’année écoulée. L’usage est que majorité et opposition vote le compte administratif. En effet, il ne s’agit pas là de délibérer sur les actions du Conseil Général ou sur le politique générale, mais de délibérer sur la sincérité des chiffres.

L’ordre du jour comprenait aussi un débat sur la Lettre d’observation de la Chambre Régionale des Comptes. Ce fut le point d’orgue de notre assemblée. C’est à l’occasion de ce débat que j’ai été traité 2 fois d’imbécile, 2 fois de malhonnête intellectuel… Philippe Madrelle n’a pas apprécié qu’une page complète du journal Sud Ouest soit consacrée à la lettre de la Chambre Régional des Comptes. Des menaces vis-à-vis de Sud Ouest (voir plus loin) ont été faites en séance, par le Président, le principe de la liberté de la presse a été bafouée !

La majorité de Philippe Madrelle a toujours le même discours : lorsque nous ne participons pas au débat, elle nous accuse de ne pas le faire ! Lorsque nous participons aux débats, elle nous traite de tous les noms d’oiseaux possibles et inimaginables. Tout cela ne me plait pas. Je m’en excuse. J’aime bien joué au Ping-Pong, à condition de n’être pas la balle !

En fin d’après midi Jean-Jacques Paris (Communiste) a dit exactement les mêmes choses que nous sur le manque de dynamisme de notre collectivité et sur le manque d’investissement. Yves Lecaudey (Socialiste) a fait état de ses inquiétudes sur le Gestion du Personnel et sur le fait que la Conseil Général navigue "à la Corne de Brume"… Ce que j’avais dit le matin même ! Eux n’ont pas fait l’objet des foudres présidentielles !!! Nous sommes bien dans le même bateau et nous observons les mêmes choses. Alors pourquoi tant de haine envers nous ? Pour ma part je ne suis pas élu pour participer à ces joutes, que dis-je, ces corridas ! Les citoyens attendent de nous bien autre chose.

L’élection de Gilles Savary a une Vice-Présidence n’était pas inscrite à l’ordre du jour. Je l’ai fait remarqué à Philippe Madrelle. Mais il a fallut une intervention d’Yves Lecaudey pour que Philippe Madrelle consente à demander une modification de l’ordre du jour. Nous avons voté cette demande. L’objectif de mon intervention était un rappel à la réglementation. C’est le rôle de l’opposition. Le Président ne peut pas changer l'ordre du jour selon son gré. Nous avons voté ensuite pour l’élection de Gilles Savary à la Vice-Présidence du Conseil Général. Parce que nous sommes des démocrates et que nous acceptons le choix des Talençaises et des Talençais.

L’intervention de Philippe Madrelle quant à la loi « abracadabrantesque » qui a fait que Gilles Savary a du démissionner de ses mandats est pour le moins curieuse. Philippe Madrelle a voté cette loi !!!

Philippe Madrelle perd-il la mémoire ? C’est ce que je pense.

  • Il perd la mémoire lorsqu'il fustige cette loi sur le non-cumul des mandats, qu'il a pourtant voté!
  • Il perd la mémoire lorsqu’il se réjouit du nombre de ses conseillers généraux "50", et vous –l’opposition- "13" ! Je lui dit une fois « 14 Monsieur le Président », « non vous êtes 13 », etc… Nous sommes effectivement 14 et non 13.
  • Il perd la mémoire lorsqu’il fustige la loi sur le mode de financement du SDIS (Les Pompiers) qui fait augmenter les charges du Conseil Général de la Gironde… Mais il oublie que cette loi dite de « démocratie de proximité » -un doux nom pour un désengagement de l’état- c’est lui qui l’a voté en février 2002 ! Yves Lecaudey a beau martelé que le décret date de 2003 –avec une honnêteté intellectuelle sans faille (sic)- cela n’y change rien : on ne peut pas reprocher à JP Raffarin, une loi de Lionel Jospin, et en faire porter le chapeau au gouvernement Fillon !
  • Philippe Madrelle perd la mémoire aussi lorsqu’il parle du groupe communiste, alors qu’il n’y a plus au Conseil Général de Groupe Communiste. Les communistes siègent dans le groupe Socialiste. Il ont été fagocités!
  • Il perd la mémoire enfin lorsqu’il dit en fin de séance qu’il observe que l’opposition s’oppose, et que « cela n’est pas pour lui déplaire », alors que le matin même, à deux reprise, il m’a traité d’imbécile !
  • Il perd son sang froid lorsqu’il fustige la presse, en séance, accusant la journaliste de Sud Ouest « d’être un membre de plus dans le groupe d’opposition ». Rejoint en cela par Yves Lecaudey qui menace la journaliste de Sud-Ouest en la montrant du doigt dans l’assistance !
  • Il perd la mémoire lorsqu’il propose à l’opposition d’organiser pour elle des formations « pour ne pas mélanger les genres »…Alors qu’il est un virtuose du mélange des genres !

Au cours de ses interventions Philippe Madrelle a fustigé notre analyse des recettes et des dépenses du Conseil Général. Yves Lecaudey, Vice-Président chargé des Finances, m’a accusé d’être « intellectuellement malhonnête », d’être « l’imbécile qui regarde le doigt quand on lui montre la lune »…

Pourtant je persiste et je signe :

  • Depuis 2004 des dépenses liées aux nouvelles compétences (décentralisation) du Conseil Général ont augmenté en cumul de 108 Millions d’Euros. Ces augmentations sont du à différentes lois, dont 2 au moins votées par Philippe Madrelle (Loi sur le démocratie de proximité de février 2002, loi Aubry sur les 35 heures)
  • Depuis 2004 les recettes liées à la taxe sur les droits de mutation ont augmenté en cumul de 178 Millions d’Euros. Le Conseil Général de la Gironde n’a donc pas besoin de recourir à la Fiscalité directe Locale pour faire face aux nouvelles compétences.
  • Le Conseil Général de la Gironde est riche, or il investit peut, il n’emprunte pas assez… Bref, le Conseil Général de la Gironde pourrait faire beaucoup plus et beaucoup mieux pour le département de la Gironde ! Mais pour cela il faudrait qu’il soit géré différemment !