Ce projet nous tient à cœur pour deux raisons :

  • Parce que c’est la volonté de notre communauté de commune d’affirmer la présence et la continuité des services publics en milieu rural. A travers de nouvelles solutions de partenariat et à l’heure où les services public sont re-centralisé à Langon ou à La Réole, nous souhaitons mettre en place, chez nous, des organisations qui permettent de se rapprocher du citoyen. Ce relais de service public accueillera notamment, outre une personnel d’accueil polyvalent, des bornes interactives et de visio-guichet vers des services publics jusqu’ici absent ou quasi absents physiquement de notre territoire (ANPE, CAF, …). Cet investissement d’environ 700 000 € est co-financé par l’état (DGE, DDR), la Région et un dossier a été présenté à l’Europe (FEADER).
  • Parce que ce bâtiment sera à « très haute performance énergétique » : isolation très élevée, toit végétalisé, présence d'un puits provençal (ou canadien) pour réduire les coûts de chauffage et d'éclairage. Ce projet de construction illustre la volonté de notre communauté des communes de donner l'exemple d’une démarche de développement durable, afin de réduire les coûts d'énergie, mais aussi les émissions de CO2.

Lors du dernier Conseil Communautaire, lundi soir, nous avons décidé de présenter à la Région AQUITAINE et à l’ADEME un projet de production d’électricité à l’aide de panneaux photovoltaïques. Ce projet s’inscrit dans la droite ligne d’autres projets de développement durable sur notre territoire : la mise en place d’une filière « bois énergie » qui se traduit par la mise en place de fabrications de copeaux à Saint Sulpice de Pommiers (Entreprise Clinquon) et l’étude d’un réseau de chaleur à Gornac. La mise en place d’un mat de mesure du vent –courant octobre - à Mourens afin de connaître le gisement éolien de notre territoire.

Si notre projet de production d’électricité se concrétrise, alors, la Communauté de Commune de Sauveterre disposera de la deuxième installation de ce type en Gironde après le parc botanique de Bordeaux. Ce projet représente un investissement de 100 000 € environ et produira, avec 100 m2 de capteurs, 14000 kwh.an, soit un chiffre d’affaire à la vente de 8000 €/an environ. Les subventions pour ce type d’installation avoisinent les 30 000 € (50% Région, 50% ADEME).

Initié par mon prédécesseur, Didier Lamouroux, et son Conseil Communautaire, ce projet devrait voir le jour au cour de l'été 2009.