Aujourd'hui, le travail le dimanche est très encadré. Il est autorisé pour certains types de commerce, dans certains lieux, dans certaines saisons, et uniquement sous certaines conditions.

Si les types de commerce, les lieux, les conditons peuvent évoluer, je suis pour ma part contre une libéralisation totale du travail le Dimanche, même basée sur le volontariat des salariés.

En effet, le dimanche doit être une journée de répit, de réunions en famille, une journée entre amis...

Aujourd'hui le rythme de la vie c'est accéléré. L'email a remplacé le courrier et l'instant a remplacé la journée. Les transports permettent les déplacements, mais on se déplace pour tout et n'importe quoi. Tout doit être fait tout de suite et demain n'est plus un autre jour, ... On télécharge un film ou une image, quelque soit sa valeur, quelque soit le temps qu'il a fallu pour les réaliser... Avec le "sampling", on échantillonne plus qu'on ne conçoit ou qu'on ne réalise. Pour gagner du temps, les plats sont cuisinés, les légumes, le riz, les pâtes, sont précuits, ...

Dans ce monde pressé, le dimanche lorsque c'est possible doit rester un moment privilégié, une pause, une journée pour faire autre chose, un jour pour retrouver ses enfants, ses petits enfants, ... Un jour où l'action laisse la place à la passion. Un jour qui pour tous, doit être un jour sans travail, afin que ce soit un jour des possibles retrouvailles... Un jour qui marque le temps. Un jour où chacun s'approprie le temps. Un jour pour faire la différence. Un jour pour que la semaine ait un début et une fin... Que ce début et cette fin soit la même pour tous. Pour que tous nous partagions un même espace temps.

Ne nous enlevons pas cette notion commune du temps. Car si un jour nous n'avons plus le même espace temps, qu'en sera-t-il de notre même culture ?