Contrairement à ce que l’on peut penser, l’activité éruptive des volcans peut avoir une influence sur le climat de notre planète. La masse de particules solides rejetées dans l’atmosphère mais aussi la quantité de gaz de tout type émis par l’appareil volcanique en particulier les gaz à effet de serre doivent être pris en compte et ne peuvent qu’engendrer des modifications climatiques qui ne seront pas toujours géo localisées. Ces phénomènes ne peuvent qu’engendrer des processus très puissants.

En 1783, en Islande, une grande fissure engendra une très forte éruption volcanique qui libéra un énorme épanchement de lave. Cette faille éruptive de 25 km de long émettra en moins d’un an plus de 12 km3 de lave et recouvrira plus de 550 km2. Le climat d’une très grande partie du globe terrestre fût bouleversé par un refroidissement extrême qui dura une dizaine d’année. En effet, les épanchements de lave consomme énormément de bioxyde de carbone (CO2).Ils ont ainsi un impact direct sur l’effet de serre et peuvent provoquer des chutes de température de plusieurs degrés.

Ainsi donc l'éruption d'un volcan peut egendrer différents phénomènes qui peuvent avoir différents impacts. La « machinerie » est très complexe et sa durée n’a rien de comparable avec celle de la vie humaine puisqu’elle est de l’ordre du millier, voire du million d’année !

Pour écrire cet article je me suis inspiré de l'intervention de Michel Vigneaux "Le Climat, facteur de la dynamique terrestre" in "Actes de l’Académie de Bordeaux – Année 2008"

Dépêche du 10 mars 2010 (Source: IMO) :

La crise sismique se poursuit toujours au Eyjafjöll. Après quelques heures d'accalmie, entre 09h00 et 18h00 GMT hier, le nombre de secousses a de nouveau augmenté sous l'édifice. La majorité des hypocentres sont actuellement localisés entre 5 et 10 km de profondeur. Il est intéressant de noter que sur l'ensemble du territoire islandais de nombreuses petites secousses se sont produites ces dernières heures, et que nombre d'entre elles sont réparties sur un alignement orienté nord-est sud-ouest, entre les volcans Eyjafjöll (au sud-ouest) et Myvatn (au nord-est). Cette orientation est celle de la fracturation générale de l'Islande ce qui pourrait indiquer que l'île connait actuellement un épisode d'extension, à mettre en relation avec l'activité sismique de l'Eyjafjöll. A noter aussi que de nombreuses autres secousses (toujours de petites magnitude, inférieure à 3) ont eu lieu ces dernières heures en Islande, notamment sur un axe Eyjafjöll/Selfoss (zone de fracturation islandaise majeure nommée South Island Sismic Zone) ainsi que sur la zone de fracture Tjörnes, au nord de l'île.