Très vite, il rejoint un autre terrain d’opérations, l’Algérie, et emporte à nouveau trois citations à l’ordre de la Division et une à l’ordre de la Brigade. En 1956, il est promu au grade de capitaine, à 29 ans. En 1958, il entre dans les troupes aéroportées et prend le commandement de la 10e division parachutiste.

De retour dans la métropole, il sert à l’Inspection technique des troupes aéroportées et amphibies à Paris, puis entre à l’École de guerre. Officier de la Légion d’honneur en 1965, il commande en second le 1er RCP de 1967 à 1969. En 1970, promu lieutenant-colonel, il commande le bataillon des Saint-Cyriens. Colonel en 1973, il est à Toulouse à la tête du 90e RCP. En 1975, il est élevé à la dignité de commandeur de la Légion d’honneur. À Lyon, ses manches s’ornent des deux étoiles de général de brigade en 1978. Successivement, il prendra le commandement du groupement aéroporté de la 11e division parachutiste à Albi, puis la 41e division militaire territoriale à Bordeaux et devient général de division en 1982. Appelé à Paris, il est nommé sous-chef d’état-major des armées en charge des opérations et relations internationales.

Enfin, en 1985, il est promu général de corps d’armée et grand officier de la Légion d’honneur.

Retraite active

Lorsque la retraite arrive, il vient déposer ses bagages à Sauveterre-de-Guyenne. Élu au Conseil municipal en 1989, il devient par la suite premier adjoint. Ouvert à la culture en général, il est membre de l’association des Amis de la bastide. Il présidera aux destinées de la section girondine de l’Union nationale des combattants. Le 3 novembre 2003, son ami le général Paul-Arnaud de Foïard, lui remettait les insignes de Grand-Croix dans l’ordre national du Mérite.

Les obsèques religieuses du général auront lieu vendredi 5 juillet à 14 heures. La cérémonie sera suivie des honneurs militaires, rendus sur la place de la bastide.

Lire l'article de Sud-Ouest