Le vote aujourd’hui par la Commission permanente d’une subvention d’un million d’euros accordée à TV7 dans le cadre du Contrat d’Objectifs et de Moyens conclu avec le Conseil régional, est l’occasion pour notre Groupe de rappeler que nous plaidons pour un soutien public transparent et équitable des médias.

Un soutien TRANSPARENT, parce qu’il est urgent de dissiper les malentendus qui non seulement suscitent l’incompréhension des citoyens quant à l’usage qui est fait de leur argent, mais aussi et surtout entretiennent une défiance injustifiée envers l’indépendance des rédactions.

Nous proposons ainsi que soient clairement identifiés les financements des organes de presse, quelle qu’en soit la provenance.

Un soutien ÉQUITABLE, parce qu’il n’y a pas de raison que dans le cadre du « service public télévisuel régional », le Conseil régional ne soutienne que TV7, dont la diffusion hertzienne est limitée à la Gironde. Une telle restriction apparaît encore plus injuste dans le cadre de la nouvelle Grande Région et renforce le centralisme bordelais que nous combattons. Nous proposons donc que le Conseil régional :

  • demande à TV7 d’élargir sa diffusion à l’ensemble du territoire régional ;
  • apporte un soutien similaire aux autres chaînes de télévision locales, notamment TVPI, diffusée dans le Pays Basque et les Landes, et Télim TV, diffusée sur les territoires de l’ex-Limousin.

Plus généralement, nous rappelons la proposition que nous avions faite lors de la campagne des régionales de mettre en place une politique régionale de soutien global aux médias. Assurer un soutien public égal à l’ensemble des médias est de fait la meilleure garantie de leur pluralisme et de leur indépendance.

Si nous regrettons que l’exécutif ne se soit pas saisi de la question, la situation financière de Télim TV, aujourd’hui placée en redressement judiciaire, de Rue89Bordeaux, contrainte de faire appel au financement participatif pour assurer sa pérennité, ou encore de Radio Pulsar à Poitiers et de Radio Grand Brive, qui luttent pour leur survie, justifieraient ainsi amplement une aide de la Région.

Si nous ne sommes donc absolument pas opposés aux subventions accordées aux médias en dehors des périodes électorales, nous considérons que la Région devrait faire preuve de davantage d’une part de transparence vis à vis des citoyens, et d’autre part d’équité, tant vis à vis des territoires qui composent notre région que des différents médias (radio, tv, presse écrite).