"Il y a des assistants parlementaires qui sont à l'assemblée, et il y en a d'autres qu'on ne voit jamais, parce qu'ils sont dans l'ombre et dans la discrétion, ils font des recherches documentaires et travaillent chez eux grâce à Internet. Un attaché parlementaire, ce n'est pas lui qui doit être sur les estrades, il reste très discret, toujours en recul, il n’apparaît nulle part, il utilise le papier en tête du parlementaire, sa boîte mail, il est au Parlement ce que le "nègre" est à la littérature, c'est exactement comme si vous reprochiez à un "nègre" de ne pas avoir son nom sur un livre."