Jerome_Chartier_a_Sauveterre.jpg

Jerome_Chartier_18_avril_2017_03_.jpg

Jerome_Chartier_18_avril_2017_05_.jpgMes chers Amis,

J’ai une relation particulière avec François Fillon. Je suis né à Sablé-sur-Sarthe. Je connais François Fillon depuis mon adolescence.

J’étais élève au Collège Pierre Reverdy de Sablé-sur-Sarthe lorsque nous avons appris le décès de notre Maire Joël Le Theule. Joël Le Theule était Ministre de la Défense dans le gouvernement de Raymond Barre. Après les obsèques de Joël Le Theule, ses amis ont annoncé qu’ils soutenaient la candidature d’un jeune homme pour lui succéder. C’était le plus proche collaborateur de Joël Le Theule. Il avait 27 ans. Il s’appelait François Fillon.

Mon frère et moi nous nous sommes impliqués dans sa campagne et nous allions coller ses affiches. Sur mon casque de mobylette il y avait les autocollants « Sarthe Demain », le 1er mouvement politique de François Fillon.

Un peu plus tard, j’ai écris une lettre à François Fillon. Sa secrétaire de l’époque, Sylvie Fourmont, qui est toujours sa secrétaire aujourd’hui, a appelé à la maison un samedi matin. Mon père croyait que j’avais fait une connerie … Mais c’était pour me fixer un rendez-vous avec notre député !

François Fillon dit souvent qu’il avait tapissé sa chambre avec des affiches du Général de Gaulle… La mienne était tapissée avec des affiches de François Fillon.

François Fillon est le plus rural des 11 candidats à la Présidentielle, excepté mon ami Jean Lassalle. Il a été Maire de Sablé-sur-Sarthe pendant 18 ans. Conseiller Général puis Président du Conseil Général de la Sarthe. Président du Conseil Régional des Pays de la Loire. Député, Ministre … Il était encore il y a peu, Président du Comice Agricole du Canton de Sablé-sur-Sarthe.
Le parcours politique de François Fillon est rural. Il croit au développement des territoires ruraux, il croit à la croissance de l’agriculture et de l’économie rurale.

Il y a à Sablé-sur-Sarthe la laiterie BEL et François Fillon connaît la problématique du lait et des éleveurs laitiers.

Jerome_Chartier_18_avril_2017_06_.jpgNous visitions ensemble un élevage en août dernier en pleine crise du lait. Alors que les éleveurs manifestaient à Laval pour obtenir une juste rémunération.

Il y a à Sablé sur Sarthe les abattoirs LDC, François Fillon a accompagné le développement de ces abattoirs. LDC est devenu aujourd’hui l’un des 1er acteurs de la volaille en France avec un établissement à Bazas.

Lorsque j’étais adolescent, j’élevais les lapins. J’étais cuniculiculteur. Je me fournissais en matériel dans un magasin dénommé « Au Cunicol ». Chaque mois je portais mes lapins chez le volailler à Sablé pour les vendre.

Ce volailler avec sa blouse bleue et son crayon sur l’oreille s’appelait Monsieur Lambert. Lambert, c’est le « L » de LDC.

LDC c’est l’abattoir des « poulets de Loué ». Une autre réussite Sarthoise. Un groupement d’éleveurs rassemblés autour d’un label rouge avec un cahier des charges qualitatif. Une filière qui depuis la crise du « poulet à la dioxine » a choisit de produire elle-même ses aliments. Une filière où les prix pratiqués sont rémunérateurs à la fois pour le distributeur, pour le transformateur et pour l’agriculteur.

Il y a à Sablé sur Sarthe les abattoirs de la SABIM rachetés par le géant BIGARD, et autour de ces abattoirs de nombreux éleveurs de race à viande.

François Fillon a participé à la création d’un des 1ers labels de qualité dans la viande, le « bœuf fermier du Maine ».

Je vous dis tout ça car François Fillon, que les médias aiment nommer « le député de Paris », est en fait un élu rural qui a fait de sa ville la petite capitale agricole et agro-alimentaire de l’Ouest de la France.

Sa maison, que l’on voit souvent en photo, est au milieu des champs et tous ses voisins sont agriculteurs.

François Fillon croit au développement des territoires ruraux parce que c’est l’histoire de sa vie et parce qu’il sait que le développement de nos territoires est possible !

Il ne considère pas les agriculteurs comme des « jardiniers ». Il souhaite que les agriculteurs soient des producteurs ! Il ne veut pas qu’ils vivent d’un « revenu universel », mais qu’ils vivent de leur production !

François Fillon croit au développement des territoires ruraux parce qu’il souhaite le plein emploi pour la France et qu’on n’atteindra pas le plein emploi en France si l’on atteint pas aussi le plein emploi dans les zones rurales !

La 1ère économie du monde rural c’est l’agriculture.

François Fillon souhaite une agriculture forte et conquérante. Il souhaite que la France redevienne la 1ère puissance agricole en Europe !

Pourtant, aujourd’hui, les agriculteurs souffrent. Les crises se succèdent.

Depuis 1970 le prix de l’alimentation stagne et, dans ce prix, la part versée aux agriculteurs a été divisée par deux !

A chaque crise, le Ministre en charge de l’agriculture met ses bottes et vient se pencher sur le berceau des agriculteurs … A chaque crise on met en place les même « années blanches », les mêmes « aides à la trésorerie », on décale les prêts, on fait des beaux articles dans la presse et on promet qu’on va s’occuper du sujet l’année suivante, pour que ça n’arrive plus…

Mais l’année suivante c’est une nouvelle crise :

- Crise climatique (grêle, gel, coulure …),
- Crise économique (fluctuation des cours),
- Crise politique (embargo Russe, embargo Turc …),
- Crise sanitaire (vache folle, grippe aviaire,…)

Alors François Fillon veut équiper les agriculteurs afin qu’ils puissent affronter les crises. Comme on équipe un pompier pour éteindre un incendie. Comme on équipe un marin pour braver la tempête !

François Fillon veut simplifier la vie des agriculteurs :

  • Il souhaite que les agriculteurs soient reconnus comme des entrepreneurs à part entière et souhaite simplifier le droit des entreprises agricoles pour permettre que soient reconnues toutes leurs activités : le foncier, le bois, l’agriculture, le tourisme, le commerce, la production d’énergie, l’immobilier … Aujourd’hui une exploitation agricole se sont des activités multiples, il faut les reconnaître et permettre à l’agriculteur-entrepreneur de les développer toutes !
  • Il souhaite supprimer toutes les normes ajoutées aux textes européens, et ce dès le mois de juillet 2017. Nous en avons déjà dénombrés 650 en agriculture, mais il y en a aussi dans le commerce, l’artisanat, les collectivités locales ! Ces normes elles coutent et nous enlève de la compétitivité sur le marché commun Européen. Nous avons le même marché, les mêmes clients, nous devons avoir les mêmes normes !
  • François Fillon souhaite augmenter les retraites agricoles et toutes les petites retraites en agissant sur deux leviers : le plein emploi pour avoir plus d’actifs qui cotisent et l’allongement progressif de l’âge de départ à la retraite (+ 3 mois par an pour arriver à 65 ans) ;
  • François Fillon, enfin, souhaite inscrire dans la constitution l’égalité des régimes sociaux ; Pour qu’on soit tous traités à la même enseigne ! Public, privé, agriculteurs … Une fois ce principe inscrit dans la constitution, on pourra avancer vers l’égalité, on ne pourra jamais reculer !

François Fillon souhaite donner aux agriculteurs des armes pour se battre contre les crises :

  • Baisser les charges sociales et fiscales qui pèsent sur les salaires et sur les agriculteurs ; le plan général de baisse des charges sera de 40 milliards sur le monde de l’entreprise et il touchera en 1er lieu les employeurs de main d’œuvre : l’agriculture, l’artisanat, l’industrie ; il sera financé par des économies dans le fonctionnement de l’Etat (57% du PIB), et une augmentation de 2% du taux supérieur de la TVA ;
  • Baisser les charges sociales et fiscales qui pèsent sur les salariés pour augmenter le salaire net ! Car il y a du travail pour une personne de plus dans chaque exploitation agricole, chez chaque artisan, encore faut-il que nos métiers soient attractifs et qu’on est le moyen de payer un salarié de plus ! Avec d’un coté une allocation sociale unique et de l’autre, un salaire net augmenté, l’objectif est de redonner de l’attractivité au travail et de faire en sorte que le revenu du travail soit toujours bien supérieur au revenu de la solidarité !
  • François Fillon souhaite que dans chaque entreprise il y ait un « compte épargne aléas climatiques et économiques » afin que les années de bonne récolte on puisse y verser une épargne qui passera alors en « charge d’exploitation », et que les années de mauvaise récolte on puisse débloquer cette épargne qui passe alors en « produit d’exploitation » ; Ce compte épargne n’aura pas de plafond ! Disons une année de récolte. Lorsque je me suis installé en viticulture, Yves Lumeau, qui est ici ce soir, m’a dit : « Pour que ça marche il faut une année sur les pieds, une année dans le chai et une année à la banque » … Ce n’est pas le cas aujourd’hui où nos exploitations viticoles n’ont plus de stock à cause de la succession des mauvaises récoltes, … Sur les pieds, c’est bien parti pour cette année mais on attendra que les Saints de Glace soient passés… Quant à la banque, on y gère plutôt les autorisations de découvert …
  • François Fillon souhaite le sursit d’impôt pour la transmission d’une entreprise dans le cadre familial ; Il croit à la famille. Mais les successions fragilisent les entreprises et donc l’emploi et la croissance. Donc, tant que l’entreprise est transmise dans le cadre familial, pas de droits de succession !
  • François Fillon souhaite simplifier la PAC pour que les aides arrivent plus vite dans la trésorerie des agriculteurs, que les dossiers soient simplifiés, que la PAC soit tournée vers la production de qualité, l’investissement, et qu’elle soutienne mieux contre les aléas climatiques et économiques ;

Chers Amis, pour François Fillon l’agriculture de demain n’est pas l’agriculture d’avant-hier !

Il souhaite relancer la recherche dans les domaines où l’on attend des progrès significatifs pour l’agriculture : la génétique, l’agriculture connectée, la fertilité des sols (projet 4/1000), et pour la forêt l’adéquation (essence, sol, climat) ;

  • Pour cela, il veut remplacer le principe de précaution, inscrit dans la constitution par un principe d’innovation ! Jacques Chirac voulait faire du principe de précaution un principe d’action « Quand je ne sais pas, je cherche plus ». C’est devenu un principe d’inaction : « Quand je ne sais pas, j’arrête de chercher » !
  • Pour cela, ouvrir le droit pour les exploitations agricoles et forestières au Crédit Impôt Recherche ;

Quand je pense mes amis, que vendredi dernier, Alain Rousset expliquait dans le journal Sud-Ouest à propos du programme de François Fillon que, je cite : « penser que baisser les charges dans les entreprises permettrait de créer des emplois » était d’une « incompétence crasse » et que c’était « vulgaire » !

Avant d’ajouter ce qui compte c’est le bien-être au travail !

Parlons de bien-être au travail Monsieur Rousset…

Quand les gens ne sont pas heureux au travail, ils sont absents … Et bien la Région Aquitaine bas des records d’absentéisme en France avec 33 jours d’absence en moyenne par agent et par an !

Si l’on y ajoute les absences de Poitou-Charentes et du Limousin, cela représente, tenez-vous bien, 224000 jours d’absence par an pour la Nouvelle Aquitaine !

En Nouvelle-Aquitaine, l’absentéisme représente 12% des effectifs !

La vulgarité, Monsieur Rousset, c’est de regarder la paille qui a dans l’œil de son voisin, sans voir la poutre qu’il y a dans le sien !

Nous, nous y croyons mordicus à la baisse des charges ! Comme nous croyons à la baisse des normes !

C’est par la baisse des charges et par la baisse des normes, que l’économie Française retrouvera sa compétitivité !

Mais pour permettre la baisse des charges l’Etat doit lui-même faire des économies. Car aujourd’hui il prélève 57% de notre produit intérieur brut pour fonctionner. Le PIB c’est la somme de toutes les valeurs ajoutées des entreprises. 57% de la valeur ajoutée des entreprises est consacrée au fonctionnement de l’Etat, des collectivités et de notre système de santé.

François Fillon propose de travailler plus pour équilibrer notre budget en recettes et en dépenses, il propose de faire des économies, 100 milliards d’économies en 5 ans pour arriver à l’équilibre des comptes de la Nation et commencer à rembourser notre dette !

Je vous disais tout à l’heure que nous avions visité une exploitation laitière au mois d’aout avec François Fillon. Lors de cette visite nous avons eu une réunion avec le comptable de l’exploitation. Il nous a montré comment avec 285 € la tonne de lait, l’éleveur ne gagnait pas sa vie.

Quelques semaines avant, nous avions reçu ici, à Gornac , nos amis Allemands de Sottrum en Basse-Saxe. Un éleveur laitier de Sottrum nous expliquait qu’il vendait son lait 221 € la tonne. Et, qu’à ce prix là, il gagnait sa vie… Moins de taxe, moins de charges, moins de normes, … Voilà le lot des éleveurs Allemands.

Imaginez qu’aujourd’hui la France importe du lait et du fromage d’Allemagne ! On marche sur la tête ! Imaginez que 80% de la viande consommée ici, en Aquitaine, vient d’Allemagne et d’Europe du Nord ! Mais dans quel pays sommes nous ?

J’étais la semaine dernière à Faugères, dans l’Herault, où les viticulteurs sont concurrencés par des MERLOTS venus d’Espagne et à Perpignan où le marché regorge de Fraise venu d’Espagne…

Ce ne sont donc pas nos exploitants qui manquent de compétitivité, c’est bien la France.

Et c’est en faisant des économies que nous rendrons leurs marges à nos entreprises !

Le projet de François Fillon n’est pas « ultra-libéral », il consiste simplement a ramener la dépense publique de 57% de notre Valeur Ajoutée Nationale, à 49% !

Nous avons parlé de l’agriculture, de l’emploi, du plein emploi !

Mais François Fillon souhaite aussi aider les collectivités locales.

  • François Fillon ne souhaite pas de nouvelle réforme territoriale pendant le quinquennat ! La loi NOTRE n’était pas bonne mais la 1ère priorité c’est de retrouver la croissance !
  • François Fillon souhaite donner aux collectivités locales plus de libertés en concluant avec elles un pacte de liberté et de responsabilité. Il souhaite que les collectivités qui gèrent mieux soient récompensées, alors qu’aujourd’hui on aide plutôt celles qui gèrent le moins bien ;
  • Il souhaite la réécriture de l’article 72 de la Constitution pour qu’il n’y ait pas de dépenses imposées aux collectivités sans les recettes correspondantes ;
  • François Fillon souhaite l’abrogation de la réforme des rythmes scolaires. Les communes auront la possibilité d’aménager les rythmes scolaires comme elles l’entendent ! Li-ber-té !
  • Il souhaite enfin laisser les collectivités s’organiser librement, il veut assouplir les modalités du contrôle de légalité et la mise en place d’un système de rescrit obligeant l’administration d’Etat à se prononcer clairement sur les démarches à suivre…

C’est tout le contraire de que nous vivons depuis la dernière réforme territoriale : depuis la publication de la nouvelle carte intercommunale, l’Etat nous ballade ! Nous n’avons pas de réponses à nos questions.

C’est tout le contraire de ce que propose Emmanuel Macron qui, hier soir, invité du Journal Télévisé de TF1 expliquait qu’il souhaitait la disparition des départements là où il y avait des métropoles …

Ainsi donc s’il était élu, le département de la Gironde fusionnerait avec Bordeaux Métropole pour devenir une grande communauté des communes…

C’était déjà le projet de François Hollande contre lequel nous nous sommes battus ! Quand l’un sort par la porte, l’autre revient par la fenêtre !

Chers Amis,

Le projet de François Fillon c’est le développement de nos zones rurales. C’est le sens de mon engagement à ses cotés depuis toujours.

Il souhaite que notre économie rurale se développe autour de 4 axes :

  • une agriculture forte et conquérante, j’en ai parlé beaucoup. Elle est au centre de notre économie.
  • le développement des industries de 1ère et deuxième transformation … Nous envoyons trop de produits se faire transformer ailleurs : dans l’agriculture et dans la forêt. Nos veaux partent en Espagne et en Italie, nos grumes partent en Chine … Là aussi les normes sont en question (ex : abattoir de Bazas, RPI, ...)
  • le développement des énergies renouvelables … Simplifions car là aussi la bureaucratie est à l’œuvre… Le problème n’est pas d’investir dans le photovoltaïque, le problème c’est le raccordement au réseau ENEDIS… Le problème n’est pas de construire des méthaniseurs, le problème c’est le processus administratif pour y arriver ! (ex : projet photovoltaïque de Gornac, processus de création d’un méthaniseur)
  • Le développement du numérique. Il faudra entre 15 et 30 M€ pour financer le THD partout. François Fillon propose de financer le plan France-Haut-Débit par la vente des participations de l’Etat Français dans des entreprises du secteur marchand qui ne sont pas stratégiques ; Tous les candidats promettent de faire du THD une priorité, un seul explique comment il le financera ! C’est François Fillon !

Et puis François Fillon souhaite le développement de notre espace rural,

  • c’est la lutte contre les déserts médicaux : François Fillon souhaite augmenter encore le numerus clausus pour former plus de médecins ; lever les normes sur les Maisons de Santé pour en construire plus, plus adaptées aux souhaits des médecins et moins chers pour le contribuable (exemple des Maisons de Santé de La Réole (aux normes de l’ARS) et de Sauveterre-de-Guyenne ) ;
  • c’est la présence des services publics avec la multiplication des Maisons de Services Publiques. Une politique commencée sous Jacques Chirac et Dominique de Villepin, poursuivie sous Nicolas Sarkozy et François Fillon. François Hollande a changé le nom des Relais de Service Publiques pour les appeler des MSAP…. Mais changer le nom d’une politique n’en fait pas une nouvelle politique !
  • C’est la création d’une agence nationale de l’aménagement rural, comme il y a l’ANRU (Agence Nationale de Rénovation Urbaine)
  • C’est un nouveau dessin de la carte des ZRR (Zones de Revitalisations rurales) en y intégrant toutes les fragilités : absence de transport, déserts médicaux, fracture numérique ;
  • C’est enfin la volonté que le cadencement des TER entre les bassins de vie et les bassins d’emploi soit au cœur des contrats de plan Etat Région ; J’étais l’autre jour à 6 Heures du matin sur le quai de la gare de Libourne. Il y avait sur le quai d’en face une soixantaine de personnes qui attendait le TER pour aller vers leur travail, quand nous avons entendu dans le haut-parleur : « Ce matin votre TER est annulé en raison de l’absence inopinée d’un agent » Comment voulez-vous organiser votre vie avec des transports pareils !!!

Chers Amis,

Voilà 3 ans que je travaille avec François Fillon sur son projet pour l’agriculture et le monde rural.

Nous sommes un groupe constitué d’élus locaux, d’agriculteurs, de haut-fonctionnaires, …

Le projet de François Fillon est le votre car depuis 3 ans François Fillon est sur le terrain à l’écoute des française et des français.

Le projet de François Fillon est chiffré et réalisable.

Son objectif c’est le plein emploi :

  • pour sortir 9 millions de Français de la pauvreté,
  • pour sortir 6 millions de Français du chômage,
  • pour sortir de l’impasse 2 millions de jeunes qui ne sont, ni dans l’emploi, ni dans la formation !

C’est le plus social des projets qui vous sont présentés à cette présidentielle car, comme le disait Giscard à François Mitterrand en 1974 : la gauche n’a pas « le monopole du cœur » !

Quoi de plus social, chers amis, que de donner du travail à chacun ?

Le reste ce sont des pansements !

Ce projet est basé sur le bon sens !

Son objectif est de faire de la France la 1ère puissance en Europe !

Les acteurs de ce redressement national n’est vous, c’est moi, c’est nous !

La méthode qu’il a choisit, c’est la liberté !

Depuis 3 ans François Fillon entend le pays qui gronde !

Le pays qui demande plus de liberté, moins de norme, moins de précaution et plus d’action, moins d’étude et plus d’investissement, moins de bureaucratie et plus de service public …

C’est vrai ici, c’est vrai là !

Quelque soit la profession !

Dimanche prochain nous choisirons un projet.

Mais Dimanche prochain nous choisirons aussi le prochain Président de la République !

Nous choisirons le CHEF de l’ETAT, le CHEF des ARMEES, le CHEF de la DIPLOMATIE FRANCAISE, nous choisirons la VOIX de la France et son VISAGE pour 5 ans !

Dans les candidats qui nous sont proposés, je n’en vois qu’un capable d’assumer ce rôle ! C’est François Fillon !

A chacun de nous dans les quelques jours qui restent d’en convaincre son voisin !

Vive la République, vive la France !

Jerome_Chartier_18_avril_2017_01_.jpg

Jerome_Chartier_18_avril_2017_02_.jpg

__

Lire le discours de Jérôme Chartier, Conseiller Spécial de François Fillon