Mais j'appelle à la rébellion lors des prochaines élections législatives contre un système médiatique et un système judiciaire politisés , un système financier, qui tous aujourd'hui soutiennent ouvertement Emmanuel Macron. Emmanuel Macron est le produit du système : par sa formation à l'ENA, par son parcours professionnel, ses réseaux, par son absence de parcours politique. On arrive pas là, en si peu de temps, sans de puissants soutiens, sans le soutien des puissants.

Je demande solennellement à François Fillon de poursuivre en justice tous les instigateurs de l'affaire qui l'empêche aujourd'hui !

Dès la fin des élections Présidentielles, engageons-nous et faisons campagne pour les élections législatives, pour les gagner.

Alors nous mettrons en œuvre le programme construit avec François Fillon et la société civile pour redresser la France !

J'appelle les acteurs de la Société Civile qui ont coproduit le projet présidentiel de François Fillon à se structurer et à s'organiser ! Nous devons faire fructifier cette richesse collective ! Nous ne pouvons pas laisser ce travail de titan entre les seules mains des partis politiques. Ils le dénatureraient.

Enfin, si nous leur pardonnons, nous nous souviendrons ...

Nous nous souviendrons des déserteurs qui ont mis en péril la candidature de François Fillon au moment où nous avions justement besoin de rassemblement et de soutien !

Nous nous souviendrons de ceux qui poussaient des coudes sur la scène il y a quelques jours à peine pour être sur la photo à coté de François Fillon et qui, hier soir, en disait déjà le plus grand mal.

Nous nous souviendrons de ceux qui n'ont rien fait pour nous porter vers la victoire, les grands absents des estrades, et qui se pressaient sur les plateaux hier pour commenter notre défaite.

Nous nous souviendrons de ces agent-doubles si prompts à faire liste commune pour obtenir quelques sièges localement et qui, nationalement, trahissent les alliances que le temps avait permis de construire perdant ainsi la confiance qu'on avait mise en eux.

Nous nous souviendrons de ceux, trop nombreux, qui préfèrent trop souvent leur avenir personnel à la grandeur de la France... S'ils accèdent au pouvoir par tant de manigances, ils ne l'emporteront pas au paradis !