yves_arcachon_2017.jpg

(voir la vidéo)

Mes Amis,

Je voudrai vous faire partager mes convictions et de mes doutes après l’année que nous venons de passer.

Dans notre mouvement politique, certains se posent pour la nième fois la question : "Quelles sont nos idées ? Quelles sont nos valeurs »…

Je me dis que nous ne devions pas faire la même campagne présidentielle ! Pour moi, nos idées, nos valeurs, sont on ne peut plus claires !

J’entends ici où là : "Choisissons un programme avant de choisir un leader".

Mais le programme nous l'avons, c'est celui que nous avons construit et porté avec François Fillon. Il a été plébiscité par plus de 3 millions de Français !

La question qui nous est posée aujourd’hui n’est pas celle du programme !

Les questions qui nous sont posées aujourd'hui sont les suivantes :

  • "Comment arriver au pouvoir pour mettre en œuvre ce programme ?",
  • "Comment vaincre les forces qui ne veulent pas que ce programme soit mis en place ?",
  • "Comment convaincre les forces républicaines qui ont intérêt à la mise en place de ce programme ?"

Soyons clair : si François Fillon n'a pas été élu, ce n'est pas à cause de son projet.

Son projet était bon ! C'était le meilleur ! C'était le seul !

Souvenez-vous, 4 mois avant l’élection Présidentielle, Emmanuel MACRON n’avait pas de programme …

Si François n'a pas été élu ce n'est pas non plus, comme Les Républicains le suggèrent dans un récent sondage, "parce qu'il n'était pas assez moderne" !

Pensez-vous qu’Emmanuel Macron soit moderne ? Plus les jours passent, moins il est moderne !

L’interview fleuve d’Emmanuel Macron dans le POINT a fini de m’en convaincre ! Il y a deux ans il disait au POINT la France a besoin d’un Roi. Et aujourd’hui il dit au POINT : « Je suis le Roi » !

Si François Fillon n'a pas été élu c'est à cause de l’ "affaire", montée en épingle par les médias et qui devrait aboutir à un non-lieu dans quelques mois !

Si elle n'aboutit pas à un non-lieu alors, alors, 130 parlementaires qui ont eu recours aux emplois familiaux devront rendre des comptes à la justice, dont l'actuel Ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

J’aurais tellement aimé que ces 130 parlementaires, au lieu de faire la politique de l’autruche pour les uns, d’accabler François, pour les autres, disent haut et fort que l’emploi de membres de sa famille était une pratique courante à l’assemblée et au sénat …

Mais non. Ca ne s’est pas passé comme ça. Le résultat est là !

Si François Fillon n’a pas été élu c'est à cause d'un triste individu qui, fâché d'être éconduit par François Fillon le lendemain de la primaire –François Fillon n'avait pas répondu à son SMS !- s'est mis dans la tête de lui nuire en montant de toute pièce l'affaire des costumes, ... Il s’appelle Robert Bourgy. Il s’en est confessé sur France 2, pendant 1 heure, chaine de service publique ! Je cite : «Quand François Fillon n’a pas répondu à mon SMS. Qu’il m’a dit ensuite qu’il n’avait pas le temps de me recevoir. J’ai décidé d’appuyer sur la gâchette. » !

Et voilà comment on terrasse un candidat à l'élection Présidentielle : avec des "rumeurs", une "sale affaire" et un "non-procès".

Dès le mois de décembre 2016, alors que nous étions en assemblée plénière au Conseil Régional de la Nouvelle Aquitaine, un journaliste de Dordogne est venu voir une élue du groupe LES REPUBLICAINS et il lui a dit : " J’espère que vous avez un plan B parce que Fillon, en janvier, on l’explose !… Toutes les rédactions on un dossier".

C’était en décembre, nous sortions galvanisés des primaires, gonflés à bloc, invincibles, nous en avons ri … Nous n’en rions plus aujourd’hui.

Ajoutons à cela quelques problèmes de communication de François Fillon et de son équipe dans la tourmente.

Un ami procureur de la République m'a résumé ainsi la situation : "Les honnêtes gens se défendent beaucoup moins bien que les voyous" !

Pour ma part, je n'imaginais pas que la violence puisse être telle au sein de ma propre "famille" politique...

J'ai beaucoup lu, j'aime l'histoire.

Il aura fallu que j'attende 2017 pour comprendre ce qui s'est passé à d'autres périodes de l'histoire de France et du Monde. Pour comprendre sur le fond cette citation de Voltaire : "Mon Dieu, gardez-moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m'en charge !"

J'ai compris en 2017 les processus humains les plus terribles... L'enchainement des trahisons. La stratégie du bouc émissaire ... L'attrait du pouvoir qui tue les « fidélités », brise les « amitiés ».

J'ai relu la péricope "de la femme lapidée" : « que celui qui n’a jamais péché lance la 1ère pierre » … Et aujourd’hui je vois certains des accusateurs d’alors devenir accusés à leur tour … J’ai envie de leur chanter la chanson de Georges Brassens : « Ne jetez pas la pierre à la femme adultère, je suis derrière ! »

J’ai relu la parabole de "la paille et de la poutre" : « avant de dénoncer la paille qu’il y a dans l’œil de ton voisin, regarde bien la poutre qu’il y a dans le tiens »…Et aujourd’hui je vois certains accusateurs d’alors être compromis par des actes plus graves encore …

J'ai été témoin de la mauvaise foi portée à son paroxysme.

J’ai entendu dans les couloirs du QG de François Fillon le bruit feutré des vestes qui se retournent …

J'ai vu la mise en marche de la machine à broyer les consciences... Celle qui tue par les mots... Dans un terreau propice, ce milieu où tout le monde s’appelle « cher ami » et où personne n’en a vraiment.

J’ai entendu ceux qui ne cessent de brandir la devise de la république « LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE »… Mais qui font si peu pour défendre la liberté, ne font rien pour parfaire l’égalité, et s’assoient sur les 1ers principes qui fondent la fraternité !

Ces acteurs aujourd’hui démasqués, dont l’action est guidée par deux mots : orgueil et préjugé !

J'ai compris pourquoi mon arrière-grand-père, Léonel de Moustier, Député du Doubs, résistant, avait expliqué à son 12ème fils que voter "non" le 10 juillet 1940 aux pleins pouvoirs au Maréchal Pétain, avait été le moment le plus difficile de sa vie politique. Non par le vote lui-même, mais parce qu’il lui avait fallu énormément de courage pour affronter les siens, aller contre le courant, et en assumer toutes les conséquences, les quolibets, les attaques ad nominem …

Il a ensuite été déporté. Il est mort à Neuengamme. Il a été fait « Compagnon de la Libération » par le Général après la guerre. Sa décoration a été remise à ses enfants.

Après les présidentielles, il y eu les législatives … Une élection irréelle ! Nous sommes un certain nombre à être resté sur le carreau. Yves à Arcachon, à la surprise générale, Nicolas à Bordeaux, contre toute attente … Et moi à Sauveterre-de-Guyenne. En 2012, j’avais fait 28% au 1er tour. On m’avait dit alors, tu n’es pas assez connu ! En 2017, les électeurs on voté dès le 1er tour pour une totale inconnue ! Comme quoi !

Jean Lassalle rêvait d’un berger à l’Elysée. Emmanuel Macron a réussi à installé les moutons au palais Bourbon !

Et puis LES REPUBLICAINS se sont divisés. Un certains nombres ont rejoint le groupe des « constructifs ».

Définition : « Un constructif est un député qui vote pour ce qui est bon pour la France et contre ce qui est mauvais ».

Et moi qui croyais que tous les députés agissaient de la sorte … Je ne savais pas que l’on pouvait voter contre un texte qui est bon pour la France …

Pour moi, tout cela ce sont des calembredaines !

L’Union fait la force ! Les députés élus avec l’étiquette LES REPUBLICAINS doivent siéger dans le groupe LES REPUBLICAINS !

D’ailleurs, depuis 3 mois, le groupe des constructifs n’a rien construit !

Je formule le vœu ici que tous nos députés désormais se rejoignent !

Mes amis, nous sommes à la croisée des chemins. Nous devons nous ressaisir !

Pour ma part je fais le choix de me placer dans l'opposition à Emmanuel MACRON et à sa majorité.

Je fais le choix de me placer dans l’opposition à Edouard PHILIPPE, Bruno LE MAIRE, Gérald DARMANIN … qui sont issus de nos rangs.

Ils ont choisi de quitter nos rangs pour se rapprocher du soleil. Comme Icare, ils se bruleront les ailes et ils tomberont.

Les valeurs doivent être les fondations de notre action politique. La fidélité, la loyauté, l’amitié. Voilà les valeurs auxquelles je crois !

Et puis je ne donne pas cher de leur peau. Emmanuel MACRON a utilisé François BAYROU, puis il l’a jeté quand il n’en avait plus besoin. Il fera de même avec les ralliés de la dernière heure. Ils disparaîtront comme ils sont apparus : subrepticement.

Après le dossier BAYROU, de SARNEZ, MERCIER, les dossiers LE MAIRE, PHILIPPE suivront… Chacun son tour, autant que de besoin.

Il y a un caillou dans la chaussure de chacun. Le Canard Enchaîné, Médiapart, que sais je encore, se chargent du reste.

Les "affaires" sont autant de ludions… Elles remontent à la surface le moment venu.

Nous sommes donc à la croisée des chemins...

  • Si Emmanuel MACRON réussi. Tant mieux pour la France. Il n'a de toute façon pas besoin de nous pour réussir. Il a déjà tout les pouvoirs sans nous.
  • Si Emmanuel MACRON échoue, ce qui semble plus probable chaque jour, je souhaite que les Français n'aient pas comme seul choix : MELENCHON ou LE PEN. Nous devons donc être prêts pour présenter notre projet et un candidat !

Et puis il y a cette petite musique, ces indices dans le comportement du Président, qui ne me disent rien qui vaille sur la réalité de ses motivations…

Les français commencent à s’en apercevoir.

Derrière les mots, il n’y a pas grand-chose. Il lui manque l’essentiel. Il lui manque la volonté d’agir, et les équipes pour le faire !

Je veux donc œuvrer pour la construction d'un mouvement solide de la droite et du centre.

Un mouvement qui s'appuie sur le projet politique que nous avons bâti avec François Fillon.

Je veux parler du projet originel, construit pas à pas depuis 4 ans avec la société civile. Pas celui déshabillé à la hâte par quelques dirigeants des Républicains, avant les législatives, contre l'avis de la base et des candidats, lui retirant ce que Rabelais dénommait « la substantifique moelle ».

Ce projet a été plébiscité par 3 millions de Français de la droite et du centre.

Ce projet, plus que le dénaturer, il faut l’expliquer, l’approfondir, répondre aux questions des journalistes, pour les emmener dans la logique profonde de ce travail et quitter le terrain de la caricature !

C’est un projet humaniste ! Ce projet est le plus cohérent et le plus social des projets !

  • Quoi de plus social que le retour au plein emploi ?
  • Quoi de plus social que le retour à l’équilibre des comptes publics ?
  • Quoi de plus social que de payer sa dette ?
  • Quoi de plus social que de vouloir relancer l’économie, produire de la richesse pour mieux la distribuer ensuite ?
  • Quoi de plus social que de vouloir défendre et protéger les français contre les agressions de l’Etat Islamique ?
  • Quoi de plus social que de vouloir maitriser l’immigration pour accueillir dignement ?
  • Quoi de plus social que de vouloir la convergence sociale et fiscale au sein de la zone euro, et, en 1er lieu, entre la France et l’Allemagne ?
  • Quoi de plus social que de restaurer la famille comme un pilier fondateur de la cohésion sociale, de l’éducation, de l’apprentissage, de la formation, comme vecteur des valeurs ?
  • Quoi de plus social que de vouloir inscrire dans la constitution l’égalité des régimes sociaux ?
  • Quoi de plus social que de vouloir faire peser le financement de notre régime de protection social sur la valeur ajoutée des entreprises (TVA) plutôt que sur le revenu (CSG) ou sur le travail (Cotisations sociales) ?
  • Quoi de plus social que de vouloir traduire dans les actes la liberté, l’égalité et la fraternité, si longtemps oubliées ?

Le projet que nous avons construit ensemble est le bon projet.

Ce n’est pas le projet d’Emmanuel MACRON.

Emmanuel Macron dupe les Français !

Qu’a-t-il fait des premiers 100 jours de son mandat ? Quelle réforme a-t-il entreprise ? Quelle réforme a-t-il réussie ?

Le processus de réforme du Code du Travail aboutit à une non-réforme !

Pour preuve, il est désormais validé par F.O… On entend à peine la CGT se plaindre… Quant à la CFDT, pourtant le plus réformateur de nos syndicats, elle est en proie au doute et se dit déçue … Un tel résultat n’est pas une réforme : c’est une duperie !

J’entends des commentateurs expliquer que LES REPUBLICAINS ne peuvent pas être contre, car cette réforme était inscrite dans le programme de François Fillon … C’est bien la preuve que ces commentateurs là n’avaient pas lu le projet de François Fillon !

Dans notre réforme, le code du travail devait passer de 3000 à 200 pages ! 200 pages, c’est le texte des 5 ordonnances proposées par le gouvernement !

Dans cette soi-disant réforme aucun des sujets fondamentaux n’a été abordé : ni le temps de travail, ni l’âge de départ à la retraite, ni même les seuils sociaux … On comprend que F.O le valide ! Tous les sujets qui fâchent ont été évités !

« Quand le savant lui montre la lune, l’imbécile regarde le doigt »

Les économies budgétaires ? Parlons-en !

Une augmentation de la CSG de 22%, 20 milliards d’augmentation en échange d’allègements fiscaux de 8 ou 9 milliards.

Un nouvel effort demandé aux collectivités locales de 7 milliards d’€uros … Sans leur donner les simplifications qu’elles attendent pour faire les économies souhaitées…

La promesse de supprimer la taxe d’habitation, 10 milliards d’€, sans expliquer par quelle recette on la remplacera …

La baisse du budget des armées, alors que le candidat Emmanuel Macron avait proposé son augmentation à concurrence de 2% du PIB … Ce qui a entrainé la démission du chef d’Etat Major des Armées … Une démission que le Président qualifie dans LE POINT de « Tempête dans un verre d’eau ». Nos soldats déployés sur les Territoires d’Opération Extérieur apprécieront !

La vérité est qu’il n’y a pas de programme d’économie mais un coup de rabot sur les dépenses, sans jugement de valeur !

Il y a urgence … Car pendant que nous creusons le déficit, l’Allemagne, elle, produit des excédents budgétaires. 12 milliards au 1er semestre ! Et en France, le chômage repart à la hausse !

La fausse gauche ce n’est ni le centre, ni la droite !

Ce que fait Emmanuel Macron aujourd’hui, c’est tout le contraire de ce que nous proposons de faire !

Notre projet, au contraire, est global et l’ensemble des items sont traités de manière cohérente. C’est ce qui fait sa puissance !

Pendant la campagne, nous ne changions pas de discours en changeant de pièce ou d'interlocuteur.

Ce n’est pas le cas du projet d’Emmanuel MACRON qui promet tout ... et son contraire ... en même temps. Si bien que tout et son contraire ne pourront pas être réalisés sans casse. Du discours aux actes il y a le fossé de la sincérité !

Notre projet comportait des réformes et un agenda, il comportait ce qui manque à Emmanuel Macron : la volonté d’agir, et les équipes pour le faire !

En 100 jours l’essentiel aurait été accompli car nous étions prêts !

Mes amis, soyons donc prêts !

Reprenons le travail :

  • Approfondissons notre projet ;
  • Formons nos porte-paroles afin qu’ils en comprennent la cohérence, qu’ils sachent l’expliquer sans fuir devant les questions, sans langue de bois ;
  • Informons les commentateurs de la réalité des actions que nous souhaitons engager afin d’éviter les caricatures qui tuent l’action politique ;
  • Renouvelons le personnel politique, envoyons de nouvelles têtes sur les plateaux de télévision, appuyons-nous sur la société civile qui a beaucoup donné dans cette campagne ;
  • Développons nos réseaux avec l'aide de tous ceux -notamment la société civile- qui ont participé à construire notre projet depuis 3 ans ;
  • Protégeons-nous des opportunistes préférons-leur les pèlerins,
  • Protégeons nous des rumeurs, des narcisses, des chronophages, des chausse-trappes, préférons leur les gnomes et les bonnes fées !
  • Evitons les mots qui fâchent ! Je le dis à Alain Juppé parce qu’il connait mieux qui quiconque le sens des mots : il n’y a pas de « secte » au sein des Républicains ! La droite et le centre ne se sont pas « radicalisés » au Trocadéro ! J’y étais Alain. Ai-je une tête de « droite radicalisée » ?

Alors, faisons en sorte que le prochain candidat à l’élection Présidentielle soit issu de nos rangs, pour qu’il porte nos idées, qu’il porte notre projet, mais qu’il les porte, non pour simplement conquérir le pouvoir, mais avec l’objectif de les mettre en place !
7

Et comme l’écrivait Jean de La Fontaine dans la fable du Laboureur : « Travaillons, prenons de la peine, c'est le fonds qui manque le moins ! »

Travaillons mes amis, pour être près le jour « J » !

  • Il s’agit de donner du travail à nos enfants ! Retrouver le plein emploi pour les générations futures !
  • Il s’agit de sortir de la pauvreté 9 millions de Français ! Remettre dans l’emploi ou dans la formation 2 millions de jeunes !
  • Il s’agit de payer notre dette abyssale !
  • Il s’agit de mettre le bon sens au service de la politique !
  • Il s’agit de retrouver du bonheur, la foi en l’avenir et la grandeur de la France !