Selon les derniers chiffres de la Dares, le bureau statistique du ministère du Travail, on dénombrait au premier trimestre 2017 : 32000 personnes en contrat aidé du secteur marchand (CUI-CIE) et 227000 en contrats aidés du secteur non marchand (CUI-CAE). A cela, il faut ajouter 91000 emplois d’avenir.

Dans le projet de François Fillon nous proposions de supprimer progressivement les contrats aidés (en 5 ans) et d'affecter les sommes ainsi économisées au financement de l'apprentissage que nous souhaitions généraliser à l'ensemble des filières de formation (même aux élèves "brillants"!).

D'un côté, on supprimait les emplois aidés.

De l'autre, on créait des emplois : formation professionnelle, apprentissage, baisse du coût du travail, allègement des normes, simplification du code du travail, mise en place de l'allocation sociale unique, augmentation du pouvoir d'achat des salariés,..

Faire l'un sans l'autre est suicidaire ! C'est un plan social sans précédent !

Alors que Madame la Ministre du travail expliquait hier sur les ondes que des dérogations seraient possibles, voici la lettre que nous venons de recevoir en Mairie :

"Madame, Monsieur,   Nous venons de recevoir les consignes de la DIRECCTE concernant les CUI-CAE.   Aucun contrat CAE initial ou renouvellement ne pourra être conclu, et ce jusqu’au 31 décembre 2017.   Aucune dérogation ne sera possible.   Les demandeurs d’emploi sont accompagnés vers d’autres dispositifs et notamment la formation professionnelle.   Restant à votre disposition,   Cordialement,   Si vous souhaitez répondre à ce message, merci de ne pas modifier son objet.

Cordialement,

Soazig RIOU Pôle emploi "