Lors de la séance plénière du 23 octobre 2017, une délibération sera soumise au vote des élus concernant la future stratégie aéroportuaire de la Région.

Se basant sur des régimes antérieurs d’intervention très différents, et sur le constat de la co-existence de 11 aéroports sur le territoire régional, la Région, dans l’optique de proposer une harmonisation de ses aides, pourrait prendre des positions plus politiques qu’économiques et financières.

Ainsi, l’ancienne capitale régionale Limoges devrait, si ce règlement était adopté en l’état, subir des baisses majeures de financement de son aéroport, ce qui équivaudrait à terme à son déclin.

De plus, pour l’aéroport de Poitiers, l’absence de tout soutien régional et le refus d’engagement de la Région au capital, fragiliseraient encore davantage sa situation. Cela remettrait en cause son existence même, la CCI n’ayant plus les moyens de financer seule.

De même, les aéroports d'Angoulême et Agen pour lesquels, l'intervention régionale se limitera au financement des lignes d'obligation de service public sans garantie de pérennité de ces financements...

L'aéroport de Périgueux, quant à lui, est exclu totalement du cadre de l'intervention régionale.

Une politique de financement harmonisé certes mais au détriment de l'équilibre et de l'aménagement de l'ensemble des territoires.

De là à y voir une corrélation entre le désengagement de la Région dans le financement de certains aéroports, Limoges et Poitiers en tête, et la volonté affichée de procéder à la régionalisation de l'aéroport de Bordeaux via une acquisition de 10 % des parts de l'Etat par les collectivités, ce qui aurait un coût significatif, il n'y a qu'un pas!

Mais cette corrélation serait contraire à l'esprit même de la décentralisation et à l'équilibre des territoires...

La décentralisation doit avoir comme objectif, en se rapprochant des territoires, de mieux les comprendre afin d’apporter des solutions adaptées. Pas d’apporter la même solution à des problématiques différentes.

Nous serons très vigilants lors du débat en plénière le 23 octobre prochain.

-> Guillaume Guérin est le porte parole du groupe LR/CPNT sur cette question.