• la TVA Sociale pour faire retomber les marges de la distribution vers les producteurs et se protéger des importations à bas coût ;
  • le compte aléas climatiques et économiques pour améliorer la protection des exploitations ;
  • l’évolution du code du commerce pour lutter contre les « produits d’appel » dans la grande distribution ;
  • la réforme de l’étiquetage pour plus de transparence entre le producteur et le consommateur ;
  • l’engagement pour le maintien à l’€ près du budget de la PAC ;
  • l’alignement des normes françaises sur les normes européennes;
  • l’accès des exploitants au Crédit Impôt Recherche et l’ouverture de programmes de recherches d’avenir : génétique, fertilité des sols, agriculture 3.0 ;

Depuis son élection le Président fait exactement de contraire !

Trois exemples :

  • l’augmentation de la CSG frappe encore un peu plus le revenu des agriculteurs sans leur donner les armes pour lutter à armes égales contre les importations ;
  • l’interdiction du glyphosate en France alors qu’il ne sera interdit ni en Europe et ni dans le monde donne aux produits d’importations encore un peu plus de compétitivité !
  • l’annonce par le gouvernement que le budget de la PAC ne serait plus « prioritaire » pour la France !

Entre « dire » et « faire » il y a la place pour la sincérité !

A lire aussi sur ce blog : "Discussion : l'agriculture est-elle délocalisable ?"