A un moment donné, ils décidèrent de faire appel à un fermier voisin, dont ils appréciaient l’intelligence, dans l’espoir qu’il puisse trouver une solution à leur différend.

Le fermier prit donc le testament et l'examina avec grand soin.

Après quoi, il alla chercher son propre cheval et l’ajouta aux dix-sept (17) autres.

Il y avait maintenant dix-huit (18) chevaux dans le champ.

Dès lors, il devint possible aux héritiers de procéder au partage, tel que prévu dans le testament du père.

  • Fils ainé : la moitié de 18 = 9 chevaux
  • Second fils : le tiers de 18 = 6 chevaux
  • Plus jeune fils : le neuvième de 18 = 2 chevaux

En faisant l’addition, cela donna : 17 chevaux

Il restait donc un cheval, celui du fermier voisin que celui-ci reprit et ramena à sa ferme...

Et le problème fût résolu !