Bordeaux, le 3 juillet 2017,

En Septembre 2015, le gouvernement Valls a validé la réalisation des lignes à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, malgré l'avis négatif de la commission d'enquête publique.

A l’époque, Virginie Calmels avait dénoncé une opération de communication en pleine campagne électorale, une absence de financement du projet (9 Milliards à trouver) et des problèmes environnementaux non réglés.

Elle regrettait que le gouvernement ait rayé d’un trait de plume une enquête publique prenant ainsi un énorme risque juridique et ouvrant la voie à de très nombreux recours.

Elle se rendait avec Yves d’Amécourt dans le Sauternais pour rencontrer les viticulteurs de cette appellation, inquiets de l’impact environnemental du tracé de la LGV sur l’équilibre écologique de la vallée du Ciron.

Depuis, le groupe LR CPNT par la voix de Virginie Calmels ou celle d’Yves d’Amécourt a fait part de ses inquiétudes sur ces difficultés financières et environnementales, à plusieurs reprises dans l’hémicycle du Conseil Régional de la Nouvelle Aquitaine.
  A quoi sert de déclarer d’utilité publique une infrastructure qui n’est pas financée ?

Le 27 juin dernier, le Tribunal Administratif de Bordeaux a, pour les même raisons, annulé la Déclaration d’Utilité Publique (DUP) des aménagements ferroviaires du Sud de Bordeaux (AFSB).
  Il est intéressant de relire la tribune émise en octobre 2015 à l’aune de cette décision.
  Et si l’actualité nous donnait raison ?

Virginie Calmels, 1ère Adjointe à la Mairie de Bordeaux, Présidente du groupe LR-CPNT au Conseil Régional.
Yves d’Amécourt, Maire de Sauveterre-de-Guyenne, 1er Vice Président du groupe LR-CPNT au Conseil Régional.

PJ : Tribune de Virginie Calmels – octobre 2015 – campagne des élections Régionales