Comment est née la retraite à 60 ans

A l’heure où le gouvernement est accusé de « passer en force », il est bon de rappeler qu’en 1982, on l’a aujourd’hui oublié, le gouvernement de Pierre Mauroy légifera par ordonnance, sans débat !!!

Dans les 110 propositions du candidat François Mitterand à l’élection présidentielle, la retraite à 60 ans arborait le numéro 82 : « Le droit à la retraite à taux plein sera ouvert aux hommes à partir de 60 ans et aux femmes à partir de 55 ans. » Du copié-collé avec le programme commun de gouvernement, signé le 27 juin 1972 par le Parti socialiste et le Parti communiste.

Loin de la promesse de campagne, l’ordonnance prévoit que tous les salariés « qui le souhaitent » pourront bénéficier d’une retraite complète dès lors qu’ils auront cotisé 37,5 années, avec une pension égale à 50 % du salaire annuel moyen des dix meilleures années. Ceux qui partiront à 60 ans sans avoir leurs 150 trimestres verront leur pension minorée – une décote – en fonction du nombre d’annuités manquantes », la retraite à taux plein étant garantie à 65 ans. Quant à la promesse faite aux femmes, on l’oublia…

Quand il prépare son ordonnance, Pierre Mauroy s’appuie sur son directeur de cabinet, Robert Lion. Or, en mai 1980, Robert Lion avait écrit dans un rapport détonant, intitulé « Vieillir demain »: « La solution n’est pas de généraliser l’abaissement à 60 ans de l’âge de la retraite… Une telle mesure, sacralisant un seuil d’âge, serait l’image de l’irréversible.« 

A lire à ce sujet, un article de Michel Noblecourt sur LE MONDE.FR

2 commentaires sur “Comment est née la retraite à 60 ans”

  1. En ce temps là, je ne me rappelle pas que la droite ait fait descendre dans la rue des millions de personnes pour défendre la retraite à 65 ans… Elle a fait sa démonstration un jour de 1984 lors d’une manifestation nationale pour empêcher la nationalisation de l’école privée. Mitterrand s’était alors incliné en retirant la loi Savary pourtant votée par les assemblées.
    Pour en revenir à la retraite à 67 ans, vous pensez avoir gagné, mais il se pourrait que la résistance à votre politique de ruine des droits sociaux ne se taise pas…De toute façon votre oeuvre ne vise pas à sauver la retraite par répartition: arrêtez de nous raconter des salades. Les lois Fillon de 2003 et Balladur de 1993 n’ont fait qu’appauvrir les retraités…

  2. Il est déplorable que vous ne puissiez pas faire la différence entre

    –un acquis social qui va dans le sens de l’histoire pour le mieux être des citoyens… et

    –une régression sociale qui va à contre sens de l’histoire du mieux être des citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.