Billets, fables, humour, divers

Écologie : pour retrouver la paix sociale, le bloc de droite doit proposer une politique de rupture

TRIBUNE. Bertrand Alliot, essayiste et porte-parole d’Action Écologie, dénonce la politique écologique actuelle en France, alarmiste et inefficace, et appelle à un recentrage sur des actions environnementales réalistes et pragmatiques pour réconcilier les Français avec la préservation de l’environnement.

Lire la suite sur le JDD

« Pourquoi tant de haine contre le vin français ? » (Boulevard Voltaire)

Vigneron et ancien porte-parole du projet rural et agricole de François Fillon, Yves d’Amécourt, par ailleurs contributeur de ce site, est plus qu’à son aise, dès lors qu’il s’agit d’évoquer le vin et la culture y afférente. D’où cette tribune poignante, publiée dans Le Figaro de ce 17 mai et intitulée : « Huit mille hectares de vignes arrachées, c’est la France qu’on déracine. »

Le spectacle qu’il décrit fait froid dans le dos tout en serrant le cœur ; soit ces dizaines de milliers de ceps livrés aux flammes par les vignerons, faute de pouvoir en écouler le fruit. Et notre homme de nous en dire plus : « On est en train d’attaquer tout ce qui est Lire la suite

Pour évaluer les intentions d’arrachage de vignes, une enquête est lancée (Viti)

Le Gouvernement annonce le lancement d’une enquête destinée à préciser les intentions d’arrachage de vignes par les viticulteurs français.

Dans cette enquête, le ministère de l’Agriculture demande, sous réserve de la validation de ce dispositif au niveau européen :

  • quelle surface vous seriez prêt à engager si une aide à l’arrachage temporaire de la surface en vignes pouvait vous être proposée à hauteur de 2.500 €/ha arrachés, en échange de la non-replantation en vigne de la surface équivalente pendant 4 ans ; l’autorisation de replantation des surfaces équivalentes ne pourrait être octroyée qu’après une période de 4 ans, mais sans obligation de replanter ni sanction.
  • quelle surface vous seriez prêt à engager si une aide à l’arrachage définitif de la surface
Lire la suite

« Huit mille hectares de vignes arrachées, c’est la France qu’on déracine » [Le Figaro]

Le matin du 18 avril 2024, dans l’Entre-deux-Mers, là où est né il y a 2000 ans le vignoble bordelais, la fumée des ceps de vigne se mêle à celle des bougies feux allumées contre le gel. Les viticulteurs brûlent les ceps qu’ils ont dû arracher faute de pouvoir écouler leurs vins, tandis qu’ils protègent les vignes subsistantes d’un gel tardif. Voilà deux des combats de ce printemps dans le vignoble bordelais.

Alors que les autorités françaises se félicitent d’avoir divisé par deux et demi la consommation d’alcool pur par Français depuis 1960, la consommation de tabac, qui a culminé vers 1990-1995, est revenue à son niveau de départ ; en un demi-siècle, la France est devenue championne d’Europe de … Lire la suite

Grand entretien : Yves d’Amécourt « Pour l’écologisme, l’homme est nuisible »

« Issu d’une famille d’éleveurs et de sylviculteurs de la Sarthe, vigneron bordelais de l’Entre-deux Mers, il a été porte-parole de François Fillon sur les questions agricoles et rurales lors de la présidentielle 2017, puis porte-parole du Mouvement de la Ruralité et a rejoint depuis 2021 le mouvement de David Lisnard , Nouvelle-Energie. Localement, il a été maire de la commune de Sauveterre-de-Guyenne pendant 12 ans, président de la Communauté des Communes, Conseiller Général et conseiller régional. En pleine crise des paysans, cet ingénieur de l’Ecole des Mines d’Alès s’exprime sur la ruralité d’une voix claire et sans concession. »

Propos suscités par Eric Lerouge. Chasses Internationales n°33 Mars Avril Mai 2024.

Ces ceps que l’on brûle, c’est un peu de notre civilisation qui part en fumée.

Ce matin du 18 avril 2024, dans l’Entre-deux-Mers, là où est né il y a 2000 ans le vignoble bordelais, la fumée des ceps de vigne se mêle à celle des feux allumées contre le gel. Les viticulteurs brûlent les ceps qu’ils ont dû arracher faute de pouvoir écouler leurs vins, tandis qu’ils protègent les vignes subsistantes d’un gel tardif. Voilà deux des combats de ce printemps dans le vignoble bordelais.

Alors que les autorités françaises se félicitent d’avoir divisé par deux et demi la consommation d’alcool pur par Français depuis 1960, les effets pervers de ce résultat sont peu soulignés. D’une part, la consommation de tabac, qui a culminé vers 1990-1995, est revenue à son niveau de départ. De … Lire la suite

La mise en oeuvre du CETA constitue-t-elle une fraude démocratique ?

Les candidats à l’élection européenne ont débattu de la politique commerciale de l’UE, et notamment de l’accord de libre-échange CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement) conclu entre l’UE et le Canada. Léon Deffontaines, tête de liste PCF a déclaré que cet accord, qui n’a pas été ratifié par le Parlement national, est une « fraude démocratique« .

Certes, l’Assemblée nationale française n’a pas encore ratifié le CETA, mais le Parlement européen a approuvé ce traité de libre-échange en février 2017. Or, cette institution est composée de députés européens élus au suffrage universel direct par les citoyens de l’UE. Ce vote a par conséquent la même légitimité démocratique qu’un vote à l’Assemblée nationale.

Pour autant, le Parlement européen n’a pas approuvé la … Lire la suite

« Dans la hiérarchie des menaces auxquelles sont confrontés les Occidentaux, le totalitarisme islamique arrive en tête» François Fillon (Omerta)

L’indicible barbarie de l’attaque du Hamas du 7 octobre 2023 aurait dû susciter un immense mouvement de réprobation à travers le monde sans aucune réserve et sans aucune tentative d’explication. Au lieu de cela, elle a révélé d’une manière cruelle la compréhension d’une partie de l’humanité pour le totalitarisme islamique et la gravité de la fracture entre l’Occident et le Sud global.

Ce pogrom, qui ne peut que susciter le dégoût chez tout être humain, a pourtant été relativisé au sein même de nos démocraties occidentales par tous ceux qui croient défendre la cause palestinienne et qui refusent de voir dans ces massacres un nouvel acte d’un projet politique global qui tente de s’imposer par la force du Sud-Est asiatique … Lire la suite

Aller où et comment ? (Jean-Christophe Fromantin, Bernard Attali, Thierry Bolloré)

La crise de l’immobilier et les révolutions en matière de mobilités – avec en toile de fond, la transition énergétique – doivent nous inciter à mettre la question « Aller où et comment ? » au cœur des anticipations ; et à réinventer une véritable planification sur le long terme. Car la réponse n’est pas tant celle des ajustements, que celle d’une approche holistique des paramètres socio-économiques, qui participent de cet enjeu.

Pour ouvrir une nouvelle ère d’économie politique, il faut échapper à la tentation jacobine. Pour s’intéresser au « où » – dont les crises des bonnets rouges ou des gilets jaunes, mais aussi celle du logement dans les métropoles, témoignent d’une sensibilité nouvelle – nous devons penser autrement ; et prendre en compte les profondes … Lire la suite

Dans le bordelais, les héritiers de la vigne arrachent pour retrouver « une économie saine » (La Tribune)

REPORTAGE. Bordeaux arrache 8.000 hectares de vignes, en majorité dans l’Entre-deux-Mers. Les domaines familiaux de cette région volumique abolissent la monoculture du raisin, partagés entre colère, amertume et espoir.

Des coteaux dans le brouillard. Des monticules de vignes qui brûlent. Sur les routes de l’Entre-deux-Mers, cette vaste région de culture à l’est de Bordeaux, on cherche du regard les parcelles arrachées (disséminées), celles laissées en friche (nombreuses) et on s’étonne de croiser de très jeunes ceps plantés quand l’économie du vin s’effondrait déjà. Ce terroir de vins rouges et blancs de grande consommation doit arracher 4.900 hectares d’ici la fin du mois de mai.

Dont 171 hectares rien que pour Sauveterre-de-Guyenne. Cette bastide médiévale de caractère abrite le domaine doublement … Lire la suite

« Jean-Marc Jancovici au Sénat : oubli d’une pompe à carbone amenée à jouer un rôle majeur » Thomas Jestin dans Contrepoints.

Je viens d’écouter l’audition d’une petite heure de Jean-Marc Jancovici au Sénat, qui a eu lieu le 12 février dernier dans le cadre de la « Commission d’enquête sur les moyens mobilisés et mobilisables par l’État pour assurer la prise en compte et le respect par le groupe TotalEnergies des obligations climatiques et des orientations de la politique étrangère de la France ».

Beaucoup d’informations exactes, qui relèvent d’ailleurs bien souvent du bon sens, mais aussi quelques omissions et approximations sur lesquelles je souhaite revenir ici.

[…]

Je note déjà une erreur scientifique dès sa prise de parole, ce qui est assez surprenant de sa part. Il explique qu’il n’y a que deux façons pour le CO2 de quitter l’atmosphère, soit … Lire la suite

Yves d’Amécourt : « Derrière les écologistes radicaux, il y a un vieux dogme inspiré du marxisme » (The Epoch Times Julian Herrero)

ENTRETIEN – Yves d’Amécourt est viticulteur en Gironde et membre du parti fondé par David Lisnard en 2021, Nouvelle-Énergie. Il revient pour Epoch Times sur l’une des principales préoccupations, l’inflation normative, mais aussi sur les « écologistes radicaux » qu’il voit comme une menace, non seulement pour les agriculteurs, mais aussi pour la planète. Pour Yves d’Amécourt, il y a derrière ces personnes, un « vieux dogme inspiré du marxisme ».

Epoch Times – L’édition 2024 du Salon de l’agriculture a débuté ce samedi 24 février. La plupart des paysans interrogés dénoncent le phénomène de surtransposition des normes européennes par la France. Comment expliquez-vous ce durcissement des règles, jugées déjà assez strictes, par l’État français ?

Yves d’Amécourt – Ces surtranspositions sont dues à … Lire la suite

« 36 idées reçues sur la forêt » (Fransylva)

La forêt française est au cœur du dialogue public, politique, économique et médiatique. Nous faisons face à une abondance d’informations parfois fausses ou contradictoires, tout le monde a un avis sur la forêt… et pourtant si peu la connaissent vraiment. Beaucoup d’idées préconçues circulent. En tant qu’organisation représentant les forestiers privés, FRANSYLVA apporte depuis toujours un éclairage sur les enjeux forestiers qui font l’actualité. 

Qui mieux que les forestiers, qui aiment, observent et accompagnent cette nature dans son renouvellement et dans son adaptation au changement climatique pour répondre aux questions que l’on se pose à son sujet ?

« Les forêts françaises font face à de nombreux paradoxes. Elles sont un élément essentiel pour la régulation du climat, mais également … Lire la suite

« Après 20 ans de fermeture, l’église de Barbey pourrait rouvrir au public » (La République de Seine-et-Marne)

C’est un village dont on ne parle pas chaque semaine dans les colonnes de La République de Seine-et-Marne. Et pour cause, avec ses 156 habitants comptabilisés au dernier recensement de l’Insee (en date du 1er janvier 2021), Barbey, située à 10 km de Montereau-Fault-Yonne, entre Marolles-sur-Seine et Misy-sur-Yonne, est la plus petite commune du territoire du Pays de Montereau.

« C’est mon prédécesseur qui a lancé ce projet »

Alors évidemment, pour son maire depuis la fin des années 1990, Daniel Villette, difficile de proposer autant d’animations que les municipalités de plusieurs milliers d’habitants. Mais outre le volet culturel, l’un des sujets qui compte le plus pour les administrés dans un petit village, c’est le … Lire la suite

« Les écologistes radicaux veulent nous ramener à la préhistoire » (Invité de Gabrielle Cluzel, Boulevard Voltaire)

Yves d’Amécourt, bien connu des lecteurs de BV, est issu d’une famille de viticulteurs, d’agriculteurs et de forestiers. Il a été porte-parole de François Fillon sur les questions agricoles et rurales lors de l’élection présidentielle de 2017, puis porte-parole jusqu’en 2022 du Mouvement de la ruralité. Il a été également secrétaire général du syndicat des viticulteurs de Bordeaux, puis maire, président de communauté de communes, conseiller général et conseiller régional. En 2021, Yves d’Amécourt a rejoint le mouvement de David Lisnard, Nouvelle Énergie.

Pour lui, ces révoltes successives de la France dite périphérique – qui est en fait « la France éternelle », celle des campagnes – devraient nous alerter. Il pointe notamment du doigt l’écologisme, bien différent de … Lire la suite

« Les agriculteurs n’ont pas besoin de quelques mesures, mais d’un changement de cap complet » Yves d’Amécourt (Valeurs Actuelles)

L’ENTRETIEN POLITIQUE. Chaque lundi, Valeurs actuelles interroge une personnalité politique sur l’actualité. Cette semaine, ce vigneron de profession, proche de François Fillon et membre de Nouvelle Énergie, le parti de David Lisnard, expose sa vision du mal-être des agriculteurs.

Par Quentin Hoster

Publié le 29 janvier 2024 à 7h00 Mis à jour le 28 janvier 2024 à 15h23

Lire la suite

Les métropoles sous l’effet de la décentralisation (Harvard Business Review)

Par Jean-Christophe Fromantin, Carlos Moreno et Didier Chabaud

Après trois décennies de centralisation, les grandes villes de l’Hexagone sont depuis quelques temps face à un phénomène nouveau : elles n’attirent plus, ou sont même désertées.

Si la centralisation au sein des métropoles est longtemps apparue comme un facteur d’efficacité, son avenir fait débat (« Territoires : le modèle ‘centre-périphérie’ désuet ? », de Gérard-François Dumont, Presses de Sciences Po, dans la revue Outre-Terre, vol. 51, no. 2, 2017, pp. 64-79)

Les limites du modèle centralisateur

Quatre phénomènes méritent d’être observés en ce qu’ils témoignent des limites du cycle centralisateur et ouvrent la question de son échéance : une fuite en avant économique ; une densification immobilière erratique ; un affaiblissement des conditions … Lire la suite

De la forêt nourricière à la forêt gastronomique

La cuisine des arbres et des plantes forestières est ancestrale. Aujourd’hui assez éloignée de nos modes de vie contemporain, elle est pour les initiés un moyen savoureux de voir la forêt évoluer au gré des saisons, et avec elle ses ressources comestibles. De la salade de jeunes feuilles de pissenlit aux chips de champignons, en passant par le cake à la farine de gland et la gelée de jeunes pousses de sapin, la gastronomie forestière peut s’inviter dans toutes les assiettes des propriétaires !

Généralement considérée pour ses valeurs économiques, paysagères ou environnementales, la forêt revêt de nombreux autres bienfaits : écologiques, thérapeutiques…, mais aussi gastronomiques ! La forêt nourricière revient sur le devant de la scène, avec le désir … Lire la suite

Commentaires récents