« Pourquoi tant de haine contre le vin français ? » (Boulevard Voltaire)

Vigneron et ancien porte-parole du projet rural et agricole de François Fillon, Yves d’Amécourt, par ailleurs contributeur de ce site, est plus qu’à son aise, dès lors qu’il s’agit d’évoquer le vin et la culture y afférente. D’où cette tribune poignante, publiée dans Le Figaro de ce 17 mai et intitulée : « Huit mille hectares de vignes arrachées, c’est la France qu’on déracine. »

Le spectacle qu’il décrit fait froid dans le dos tout en serrant le cœur ; soit ces dizaines de milliers de ceps livrés aux flammes par les vignerons, faute de pouvoir en écouler le fruit. Et notre homme de nous en dire plus : « On est en train d’attaquer tout ce qui est Lire la suite

L’audiovisuel public français est-il pluraliste ?

Le 13 février 2024, le Conseil d’État enjoignait à l’Arcom de « procéder au réexamen » de la demande de l’association Reporters sans frontières qui reproche à CNews de ne pas se conformer à ses obligations en matière de pluralisme et d’indépendance de l’information. Bien que cette décision soit dangereuse pour la démocratie, la liberté d’expression et le pluralisme dans les médias, il nous a semblé que, s’il y a un acteur médiatique auquel incombe l’obligation de pluralisme en premier lieu, c’est l’audiovisuel public, qui est financé par l’impôt de tous les Français. La tâche que s’est assigné le nouveau rapport de l’Institut Thomas More est d’examiner si celui-ci respecte ou non cette obligation.

Il qualifie 587 intervenants sur six chaînes … Lire la suite

Pour évaluer les intentions d’arrachage de vignes, une enquête est lancée (Viti)

Le Gouvernement annonce le lancement d’une enquête destinée à préciser les intentions d’arrachage de vignes par les viticulteurs français.

Dans cette enquête, le ministère de l’Agriculture demande, sous réserve de la validation de ce dispositif au niveau européen :

  • quelle surface vous seriez prêt à engager si une aide à l’arrachage temporaire de la surface en vignes pouvait vous être proposée à hauteur de 2.500 €/ha arrachés, en échange de la non-replantation en vigne de la surface équivalente pendant 4 ans ; l’autorisation de replantation des surfaces équivalentes ne pourrait être octroyée qu’après une période de 4 ans, mais sans obligation de replanter ni sanction.
  • quelle surface vous seriez prêt à engager si une aide à l’arrachage définitif de la surface
Lire la suite

Des vestiges méconnus de la Seconde Guerre mondiale : les tranchées-abris du programme de défense passive.

En France, de nombreuses traces témoignent, encore aujourd’hui, du programme national de défense passive mis en place dès le début des années 1930. Son rôle était d’assurer la protection des civils contre les attaques aériennes en temps de guerre grâce à un certain nombre de mesures préventives, notamment la construction ou le renforcement de réseaux souterrains (caves, abris ou tranchées).

Les vestiges de cette organisation défensive, qui ont parfois peu marqué la mémoire collective, se signalent aujourd’hui discrètement dans le paysage urbain ou rural, lorsqu’ils n’ont pas complètement disparu. Quelques exemples archéologiques récents et choisis permettent de redécouvrir ces témoignages matériels, à travers les fouilles d’Olonne-sur-Mer (Vendée) et de Sauveterre-de-Guyenne (Gironde)  et le diagnostic de Nanterre (Hauts-de-Seine) .

La revue Lire la suite

« Huit mille hectares de vignes arrachées, c’est la France qu’on déracine » [Le Figaro]

Le matin du 18 avril 2024, dans l’Entre-deux-Mers, là où est né il y a 2000 ans le vignoble bordelais, la fumée des ceps de vigne se mêle à celle des bougies feux allumées contre le gel. Les viticulteurs brûlent les ceps qu’ils ont dû arracher faute de pouvoir écouler leurs vins, tandis qu’ils protègent les vignes subsistantes d’un gel tardif. Voilà deux des combats de ce printemps dans le vignoble bordelais.

Alors que les autorités françaises se félicitent d’avoir divisé par deux et demi la consommation d’alcool pur par Français depuis 1960, la consommation de tabac, qui a culminé vers 1990-1995, est revenue à son niveau de départ ; en un demi-siècle, la France est devenue championne d’Europe de … Lire la suite

Edito (Valeurs Actuelles) : La vérité judiciaire n’est pas la vérité des hommes.

Par Yves d’Amécourt, viticulteur, ancien maire de Sauveterre-de-Guyenne (Gironde), porte-parole du projet agricole et rural de François Fillon (2016-2017). Membre de Nouvelle-Energie.

Le 24 avril 2024, 7 ans plus tard, nous étions un grand nombre à espérer que la Cour de Cassation rendrait justice, enfin, à François et Penelope Fillon.

Nous espérions qu’elle reviendrait sur ce processus qui avait abouti à l’élimination de notre candidat au 1er tour de l’élection présidentielle de 2017 d’une poignée de voix (7 par bureau de vote).

Nous rêvions qu’elle nous éclaire sur le cauchemar qui avait commencé le 24 janvier 2017, avec l’article du Canard Enchaîné sur l’emploi de Penelope Fillon comme attachée parlementaire.

Souvenez-vous, dans la journée, Eliane Houlette, procureur du Parquet … Lire la suite

Grand entretien : Yves d’Amécourt « Pour l’écologisme, l’homme est nuisible »

« Issu d’une famille d’éleveurs et de sylviculteurs de la Sarthe, vigneron bordelais de l’Entre-deux Mers, il a été porte-parole de François Fillon sur les questions agricoles et rurales lors de la présidentielle 2017, puis porte-parole du Mouvement de la Ruralité et a rejoint depuis 2021 le mouvement de David Lisnard , Nouvelle-Energie. Localement, il a été maire de la commune de Sauveterre-de-Guyenne pendant 12 ans, président de la Communauté des Communes, Conseiller Général et conseiller régional. En pleine crise des paysans, cet ingénieur de l’Ecole des Mines d’Alès s’exprime sur la ruralité d’une voix claire et sans concession. »

Propos suscités par Eric Lerouge. Chasses Internationales n°33 Mars Avril Mai 2024.

A propos de GPA … Retour vers le futur.

L’intérêt [et le danger] d’un blog, c’est sa mémoire.

De temps à autre, je vais fouiller sur ce blog que j’ai créé il y a plus de 20 ans pour retrouvé les billets postés à une autre époque, dans un autre contexte … Le monde évolue, la société aussi. La pensée suit ces évolutions.

Pendant 7 années, j’ai représenté le Conseil Général de la gironde au « Conseil de Famille » (2004-2011) et durant une année (2007-2008), j’ai représenté les Départements de France au CNAOP (Conseil National d’Accès aux Origines Personnelles). Au moment de la « Manif pour Tous », fort de cette expérience, j’avais beaucoup écris sur la filiation, l’adoption, etc.

Voilà ce que je postait le 16 octobre … Lire la suite

Ces ceps que l’on brûle, c’est un peu de notre civilisation qui part en fumée.

Ce matin du 18 avril 2024, dans l’Entre-deux-Mers, là où est né il y a 2000 ans le vignoble bordelais, la fumée des ceps de vigne se mêle à celle des feux allumées contre le gel. Les viticulteurs brûlent les ceps qu’ils ont dû arracher faute de pouvoir écouler leurs vins, tandis qu’ils protègent les vignes subsistantes d’un gel tardif. Voilà deux des combats de ce printemps dans le vignoble bordelais.

Alors que les autorités françaises se félicitent d’avoir divisé par deux et demi la consommation d’alcool pur par Français depuis 1960, les effets pervers de ce résultat sont peu soulignés. D’une part, la consommation de tabac, qui a culminé vers 1990-1995, est revenue à son niveau de départ. De … Lire la suite

Ces ceps que l’on brûle, c’est un peu de notre civilisation qui part en fumée.

Ce matin du 18 avril 2024, dans l’Entre-deux-Mers, là où est né il y a 2000 ans le vignoble bordelais, la fumée des ceps de vigne se mêle à celle des bougies feux allumées contre le gel. Les viticulteurs brûlent les ceps qu’ils ont dû arracher faute de pouvoir écouler leurs vins, tandis qu’ils protègent les vignes subsistantes d’un gel tardif. Voilà deux des combats de ce printemps dans le vignoble bordelais.

Alors que les autorités françaises se félicitent d’avoir divisé par deux et demi la consommation d’alcool pur par Français depuis 1960, les effets pervers de ce résultat sont peu soulignés. D’une part, la consommation de tabac, qui a culminé vers 1990-1995, est revenue à son niveau de départ. … Lire la suite

« Dans la hiérarchie des menaces auxquelles sont confrontés les Occidentaux, le totalitarisme islamique arrive en tête» François Fillon (Omerta)

L’indicible barbarie de l’attaque du Hamas du 7 octobre 2023 aurait dû susciter un immense mouvement de réprobation à travers le monde sans aucune réserve et sans aucune tentative d’explication. Au lieu de cela, elle a révélé d’une manière cruelle la compréhension d’une partie de l’humanité pour le totalitarisme islamique et la gravité de la fracture entre l’Occident et le Sud global.

Ce pogrom, qui ne peut que susciter le dégoût chez tout être humain, a pourtant été relativisé au sein même de nos démocraties occidentales par tous ceux qui croient défendre la cause palestinienne et qui refusent de voir dans ces massacres un nouvel acte d’un projet politique global qui tente de s’imposer par la force du Sud-Est asiatique … Lire la suite

Aller où et comment ? (Jean-Christophe Fromantin, Bernard Attali, Thierry Bolloré)

La crise de l’immobilier et les révolutions en matière de mobilités – avec en toile de fond, la transition énergétique – doivent nous inciter à mettre la question « Aller où et comment ? » au cœur des anticipations ; et à réinventer une véritable planification sur le long terme. Car la réponse n’est pas tant celle des ajustements, que celle d’une approche holistique des paramètres socio-économiques, qui participent de cet enjeu.

Pour ouvrir une nouvelle ère d’économie politique, il faut échapper à la tentation jacobine. Pour s’intéresser au « où » – dont les crises des bonnets rouges ou des gilets jaunes, mais aussi celle du logement dans les métropoles, témoignent d’une sensibilité nouvelle – nous devons penser autrement ; et prendre en compte les profondes … Lire la suite

Viticulture : nouvelles exploitations éligibles au fonds d’urgence pour la viticulture en Gironde.

Suite à l’assouplissement du cadre réglementaire national, Etienne GUYOT, préfet de la Gironde, a décidé de modifier les critères d’éligibilité du fonds d’urgence pour permettre à des exploitations jusqu’à maintenant inéligibles d’en bénéficier.

Deviennent ainsi éligibles :

  • les personnes morales sous forme sociétaire dont au moins 5 % du capital est détenu par des exploitants à titre principal (contre 50 % précédemment),
  • les entreprises en période d’observation dans le cadre d’une procédure de sauvegarde ou de redressement judiciaire.
  • Les viticulteurs avaient jusqu’au 11 mars pour faire leur demande auprès de la direction départementale des territoires et de la mer (DDTM).
  • Le préfet a décidé de prolonger d’une semaine la période de dépôt des dossiers, soit jusqu’au 18 mars 2024 et
Lire la suite

Dans le bordelais, les héritiers de la vigne arrachent pour retrouver « une économie saine » (La Tribune)

REPORTAGE. Bordeaux arrache 8.000 hectares de vignes, en majorité dans l’Entre-deux-Mers. Les domaines familiaux de cette région volumique abolissent la monoculture du raisin, partagés entre colère, amertume et espoir.

Des coteaux dans le brouillard. Des monticules de vignes qui brûlent. Sur les routes de l’Entre-deux-Mers, cette vaste région de culture à l’est de Bordeaux, on cherche du regard les parcelles arrachées (disséminées), celles laissées en friche (nombreuses) et on s’étonne de croiser de très jeunes ceps plantés quand l’économie du vin s’effondrait déjà. Ce terroir de vins rouges et blancs de grande consommation doit arracher 4.900 hectares d’ici la fin du mois de mai.

Dont 171 hectares rien que pour Sauveterre-de-Guyenne. Cette bastide médiévale de caractère abrite le domaine doublement … Lire la suite

« Jean-Marc Jancovici au Sénat : oubli d’une pompe à carbone amenée à jouer un rôle majeur » Thomas Jestin dans Contrepoints.

Je viens d’écouter l’audition d’une petite heure de Jean-Marc Jancovici au Sénat, qui a eu lieu le 12 février dernier dans le cadre de la « Commission d’enquête sur les moyens mobilisés et mobilisables par l’État pour assurer la prise en compte et le respect par le groupe TotalEnergies des obligations climatiques et des orientations de la politique étrangère de la France ».

Beaucoup d’informations exactes, qui relèvent d’ailleurs bien souvent du bon sens, mais aussi quelques omissions et approximations sur lesquelles je souhaite revenir ici.

[…]

Je note déjà une erreur scientifique dès sa prise de parole, ce qui est assez surprenant de sa part. Il explique qu’il n’y a que deux façons pour le CO2 de quitter l’atmosphère, soit … Lire la suite

« Bien dans son travail, bien dans sa vie » c’est le titre du « Guide pratique des agriculteurs et salariés agricoles de Gironde »

Dans le cadre du « Plan de Prévention du Mal-Être en Agriculture », la MSA (Mutualité Sociale Agricole), la Chambre d’Agriculture et la Préfecture de la Gironde, ont édité un « guide pratique pour les agriculteurs et les salariés agricoles ». Il rassemble de manière synthétique (30 pages tout de même !) toutes les « aides » disponibles et plus généralement les différents services « facilitant » (sic !) la vie professionnelle pour les actifs agricoles en Gironde dans un seul et même support.

Ce document vise à répertorier les « dispositifs » et les « contacts » des organismes existant dans notre département, et à faciliter ainsi l’accès aux « ressources » d’aide pour les professionnels de l’agriculture.… Lire la suite

Yves d’Amécourt : « Derrière les écologistes radicaux, il y a un vieux dogme inspiré du marxisme » (The Epoch Times Julian Herrero)

ENTRETIEN – Yves d’Amécourt est viticulteur en Gironde et membre du parti fondé par David Lisnard en 2021, Nouvelle-Énergie. Il revient pour Epoch Times sur l’une des principales préoccupations, l’inflation normative, mais aussi sur les « écologistes radicaux » qu’il voit comme une menace, non seulement pour les agriculteurs, mais aussi pour la planète. Pour Yves d’Amécourt, il y a derrière ces personnes, un « vieux dogme inspiré du marxisme ».

Epoch Times – L’édition 2024 du Salon de l’agriculture a débuté ce samedi 24 février. La plupart des paysans interrogés dénoncent le phénomène de surtransposition des normes européennes par la France. Comment expliquez-vous ce durcissement des règles, jugées déjà assez strictes, par l’État français ?

Yves d’Amécourt – Ces surtranspositions sont dues à … Lire la suite

« 36 idées reçues sur la forêt » (Fransylva)

La forêt française est au cœur du dialogue public, politique, économique et médiatique. Nous faisons face à une abondance d’informations parfois fausses ou contradictoires, tout le monde a un avis sur la forêt… et pourtant si peu la connaissent vraiment. Beaucoup d’idées préconçues circulent. En tant qu’organisation représentant les forestiers privés, FRANSYLVA apporte depuis toujours un éclairage sur les enjeux forestiers qui font l’actualité. 

Qui mieux que les forestiers, qui aiment, observent et accompagnent cette nature dans son renouvellement et dans son adaptation au changement climatique pour répondre aux questions que l’on se pose à son sujet ?

« Les forêts françaises font face à de nombreux paradoxes. Elles sont un élément essentiel pour la régulation du climat, mais également … Lire la suite

« Après 20 ans de fermeture, l’église de Barbey pourrait rouvrir au public » (La République de Seine-et-Marne)

C’est un village dont on ne parle pas chaque semaine dans les colonnes de La République de Seine-et-Marne. Et pour cause, avec ses 156 habitants comptabilisés au dernier recensement de l’Insee (en date du 1er janvier 2021), Barbey, située à 10 km de Montereau-Fault-Yonne, entre Marolles-sur-Seine et Misy-sur-Yonne, est la plus petite commune du territoire du Pays de Montereau.

« C’est mon prédécesseur qui a lancé ce projet »

Alors évidemment, pour son maire depuis la fin des années 1990, Daniel Villette, difficile de proposer autant d’animations que les municipalités de plusieurs milliers d’habitants. Mais outre le volet culturel, l’un des sujets qui compte le plus pour les administrés dans un petit village, c’est le … Lire la suite

Commentaires récents