Sénatoriales 2020 : Pascale Québec, maire de Bossugan, la plus petite commune de Gironde, rejoint notre liste.

Pascale Québec, maire de Bossugan

“Juste sortie du nid familial situé à Sauveterre-de-Guyenne, je me suis impliquée très tôt dans la chose publique, dans ma toute petite commune d’adoption. Question de fibre familiale sans doute : j’ai eu de bons exemples car Maman, a été élue pendant de longues années à Sauveterre-de-Guyenne, et mon Oncle, est élu, lui aussi, à Rauzan. D’abord conseillère municipale, puis 1ére adjointe, j’entame cette année mon 3éme  mandat de maire de Bossugan, la commune la plus petite de Gironde, en nombre d’habitants. Pour cette mission et je pense que le mot est juste, tout est question de passion. Passion pour mon village de 50 habitants où même si rien  n’est facile, on ne lâche rien. Il … Lire la suite

Sénatoriales 2020 : merci à mon ami Hugues Martin pour son soutien.

« Les « faiseurs de rois » , spécialistes de la machine a perdre ont tranché : il n’y aura pas de liste unique en Gironde de la droite et du centre qui aurait permis de mettre  en situation les deux sénatrices sortantes et un nouveau candidat contribuant au renouvellement  du Senat …

Il y aura donc trois listes avec les inévitables dommages collatéraux … 

Dans ces conditions, j’ai décidé d’apporter mon soutien a Yves d’Amécourt, mon ami, candidat porteur de valeurs que je partage, famille, sens du bien public et de l’intérêt général, rigueur, et l’honnêteté scrupuleuse.

Avec Sophie sa charmante épouse, et ses  6 enfants il est rompu aux métiers de la terre via la viticulture, de l’agriculture, de la sylviculture, … Lire la suite

“Sénatoriales : le sprint des primo-candidats à cinq semaines des élections” (Public Sénat)

Il s’agit de la campagne des sénatoriales la plus courte et la plus atypique de la Ve République. Les primo-candidats n’ont plus que cinq semaines pour tenter de trouver une place au palais du Luxembourg. Mais tous ne partent pas avec les mêmes chances.

« Un scrutin vraiment atypique », en convient Yves d’Amécourt. L’ancien porte-parole de François Fillon, chargé de l’agriculture et du monde rural en 2017, n’en est pourtant pas à ses premières sénatoriales. Il figurait en septième position de la liste d’union de la droite et du centre, aux côtés de Nathalie Delattre, qui a aujourd’hui rejoint les rangs du groupe RDSE. Aujourd’hui, l’unité n’est plus de mise : les ex-colistiers se présentent chacun en leur nom.

« Alors … Lire la suite

Pascal Bérillon, élu Nouveau Centre du Bassin d’Arcachon, rejoint la liste d’Yves d’Amécourt.

Pascal Bérillon, élu à La Teste de Buch, vice-président de la COBAS

Nouvel élu de la majorité municipale de La Teste de Buch, délégué à l’Environnement et au Développement Durable et 7ème vice-président de la COBAS[1] en charge de l’Habitat et de la Cohésion sociale, Pascal Bérillon sera numéro 3 sur la liste conduite par Yves d’Amécourt (Le Mouvement de la Ruralité) pour les élections sénatoriales du 27 septembre. Il représente le Nouveau Centre[2], c’est à dire le centre droit.

Engagé en politique depuis les années 80, Pascal Bérillon a été trois fois candidat tête de liste et élu d’union de la droite du centre en Ile-de-France avant de revenir dans sa Gironde natale où il a, … Lire la suite

Alain Vergniault : “Le Nouveau Centre soutient la liste d’Yves d’Amécourt aux sénatoriales”

“Apparemment, il y aurait trop de listes entre le Centre et la Droite, mais on ne peut pas obliger tout le monde politique à penser dans le même sens.

Alain Vergniault, Délégué départemental

Il serait illusoire d’imaginer que l’alliance 2014 ente la Droite et le Centre Droit allait durer indéfiniment. C’était sans compter sur l’ego et l’opportunisme de certains, passant d’une pensée politique à une autre, pourvu qu’elle leur serve…
Pourtant  le pire n’est jamais sûr, la situation n’est pas irréversible, il suffirait que des  candidats partageant des valeurs communes soient réunis sur une même liste, pour que celle-ci fasse déjà 2 sièges en septembre, quand le 4ème siège de 2014 a été perdu de 5 voix.

Aujourd’hui, le Nouveau … Lire la suite

Les élections sénatoriales en Gironde, comment ça marche ?

Le Sénat est le représentant des territoires, des collectivités locales de métropole et d’outre-mer, et des Français établis hors de France.

Les 348 sénateurs sont élus au suffrage universel indirect par environ 162000 grands électeurs. Dans chaque département, les sénateurs sont élus par un collège électoral de grands électeurs formé d’élus (députés et sénateurs, conseillers régionaux, conseillers départementaux, conseillers municipaux, élus à leur poste au suffrage universel), et, dans les villes importantes, de grands électeurs élus par le conseil municipal.

La Gironde dispose de 3507 grands électeurs, dont 1205 dans la métropole bordelaise ; à noter que 70% des communes de Gironde, ayant moins de 1500 habitants, ne disposent que de 700 grands électeurs, soit 20%. Ces derniers ont été désignés … Lire la suite

Sénatoriales 2020 en Gironde : je suis très heureux d’accueillir Viviane Chaine-Ribeiro sur notre liste.

« Nouvellement élue à LACANAU, je suis heureuse de rejoindre la liste d’Yves d’Amécourt et honorée de la 2ème position qu’il m’a proposée.

Nous nous sommes connus lors de la dernière élection présidentielle. Nous étions l’un et l’autre porte-parole du candidat François Fillon. Lui pour l’agriculture et le monde rural. Moi, pour l’économie, l’emploi, et l’action sociale. Il m’a rejoint il y a quelques jours au bureau de la FTPE (Fédération Nationale des TPE) dont je suis la nouvelle présidente,  pour y apporter son expérience de l’entreprise agricole et d’élu local.

Je suis une entrepreneuse et nous partageons avec Yves des convictions profondes : mettre à disposition notre expérience et notre réseau, s’investir, pour aider les acteurs du terrain et faciliter … Lire la suite

“Sénatoriales en Gironde : Viviane Chaine-Ribeiro numéro 2 sur la liste d’Amécourt” (Sud-Ouest)

Nouvelle élue de la majorité municipale de Lacanau, Viviane Chaine-Ribeiro a été désignée numéro 2 sur la liste conduite par Yves d’Amécourt pour les élections sénatoriales du 27 septembre. Après avoir rendu sa carte du parti LR, le fidèle filloniste et ancien maire de Sauveterre-de-Guyenne se lance en indépendant, avec le soutien du Mouvement de la ruralité.

Les deux colistiers se sont connus lors de la campagne de François Fillon à la présidentielle de 2017. ils étaient alors porte-parole du candidat de la droite. Elue « femme entrepreneure de l’année » par l’ “Usine Nouvelle” en 2012, Viviane Chaine-Ribeiro est depuis le mois de juillet présidente de la Fédération des très petites entreprises.

Lire la suite

«Les villes moyennes sont la nouvelle armature territoriale de la France»

FIGAROVOX/TRIBUNE – Un collectif d’élus et de citoyens plaide dans une tribune* au Figaro pour redynamiser les villes moyennes, en remède à la fracture qui sépare les zones rurales des grandes métropoles.

Ils ont fait leur choix. Résolument. Depuis quelques années, les études d’opinion et les travaux sur l’évolution des styles de vie, révèlent que les Français – à plus de 80 % – espèrent plus d’espaces et de temps. Ils veulent respirer, se détendre, profiter de leur famille et des richesses du patrimoine, rapprocher leur travail des lieux où ils aspirent à vivre. D’une France concentrée, marquée depuis le XIXe siècle par l’essor industriel et la centralisation administrative, ils nous entraînent vers une France distribuée, faisant de la géographie … Lire la suite

5. Faire du renforcement des villes moyennes un vecteur de confiance et un puissant levier de relance économique

La relance de l’économie suppose un nouvel élan de confiance. Cela touche à la reprise de la consommation comme de l’investissement. Pour cette raison, il est fondamental qu’une stratégie de relance s’inspire de ce à quoi aspirent les Français : leur appétence à opter pour de nouveaux styles de vie ; les priorités exprimées par les crises récentes ; mais aussi les profonds enjeux liés aux excès de la mondialisation autant que les opportunités qu’offrent les disruptions technologiques.

La France vit un paradoxe : le taux d’épargne est parmi les plus forts au monde ; nos entreprises manquent de fonds propres ; nos infrastructures publiques se dégradent année après année.

Peu d’approches peuvent combiner cette triple condition : de répondre aux vœux des Français, d’optimiser l’usage de … Lire la suite

4. Faire du réseau des villes moyennes l’armature culturelle et sociale de l’aménagement du territoire

Tout système économique ou social n’est stable et n’inspire confiance que s’il est fort d’une armature pérenne. Or, cette armature fait défaut en France ; elle est trop mouvante ; elle est soumise à de nombreux aléas législatifs, économiques, d’arbitrages budgétaires ou liés à la complexité de la gouvernance publique, pour être en mesure de rassurer l’ensemble des agents économiques sur sa solidité.

Pour cette raison, au-delà du potentiel qu’elles représentent, les villes moyennes gagneraient à ce que leur maillage soit stabilisé, pour deux raisons majeures :

  • Construire l’échelle pertinente entre les métropoles et les territoires ruraux.

C’est un enjeu stratégique si l’on veut développer équitablement nos territoires et ouvrir cette liberté de pouvoir vivre là où chacun le souhaite. Cette construction appelle … Lire la suite

2. Promouvoir des villes d’équilibre à fort potentiel de développement, d’inclusion et d’innovation

Au-delà de leur succès croissant auprès des Français, les villes moyennes balisent le territoire national et déploient une série d’atouts qui fondent les avantages comparatifs de la France. Elles sont centrales dans un acte de décentralisation. Leur fonction « charnière » entre les zones rurales et les métropoles accentue leur positionnement stratégique et leurs missions de centralité dans l’optimisation des politiques publiques.

Très concrètement, les villes moyennes offrent sept avantages majeurs :

  • Leur singularité. Elles sont l’échelle qui incarne le mieux la diversité territoriale et les richesses culturelles de la France. Or, la culture participe de deux composantes essentielles de notre projet de société : le sentiment d’appartenance et la capacité de différenciation des nos territoires. L’ensemble de notre patrimoine matériel et immatériel mérite
Lire la suite

3. Donner aux habitants des villes moyennes les mêmes avantages et les mêmes services que ceux disponibles dans les métropoles

La technologie bouleverse la géographie. Elle nous fait passer d’un accès aux services en « mode concentré » à un accès en « mode distribué ». C’est une révolution en ce qu’elle nous permet progressivement d’accéder à tous les services quel que soit l’endroit où nous souhaitons vivre. Dans plusieurs domaines, les villes moyennes participent d’un équilibre entre qualité de service, relations sociales et bénéfices technologiques. Quatre niveaux de services parmi les plus essentiels permettent de comprendre le potentiel de cette révolution : l’éducation, la santé, la culture, la consommation et le travail. C’est autant de défi pour une innovation technologique dont le sens fait parfois défaut.

  • L’éducation comme la formation se diffusent plus facilement. Pour les écoles, un système éducatif à taille humaine,
Lire la suite

1. L’attractivité des villes moyennes : choix n°1 des Français, composantes majeures du débat sur la décentralisation

Depuis plusieurs années – dans toutes les études ou enquêtes sur les projets de vie des Français – les villes moyennes arrivent en tête de classement. Cette tendance, motivée au départ par le rejet des métropoles, devient au fil des ans un choix délibéré et assumé d’aller vers une qualité de vie nouvelle avec le « bien-être » comme déterminant central. Parmi les nombreuses études sur ce sujet, on peut extraire quelques chiffres qui permettent de décrypter cette évolution et de valider les convergences :

  • Seuls 19% des Français vivent là où ils ont envie de vivre. Dans son Baromètre des Territoires en 2019, l’Institut Montaigne rappelait l’enjeu : « redonner aux Français qui l’ont perdu le pouvoir de choisir leur parcours de vie afin
Lire la suite

Villes moyennes : la nouvelle armature territoriale de la France

Faire des « villes préférées des Français », le fer de lance d’une nouvelle géographie

Cette contribution est co-rédigée par un panel d’élus de tous bords, représentants différents types de collectivités, des experts et des entrepreneurs engagés dans les problématiques d’aménagement du territoire : Yves d’Amécourt, Conseiller régional de Nouvelle Aquitaine, porte-parole du mouvement de la ruralité (LMR), Gil Avérous, Maire de Châteauroux, Xavier Bertrand, Président de la Région Hauts-de-France, Xavier Breton, Député de l’Ain, Conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes Quentin Brière, Maire de Saint-Dizier, Président de la Communauté d’agglomération Saint-Dizier, Der et Blaise, Jean-Yves Carillet, Directeur général du Crédit agricole d’Ille-et-Vilaine et Président Action-Logement Bretagne, Luc Carvounas, Maire d’Alfortville, Vice-président de la Métropole du Grand Paris, Pascal Lire la suite

Passage de relais hier soir à la Présidence de la Communauté des Communes Rurales de l’Entre-deux-Mers

Chers amis, chers collègues,

Je souhaite vous saluer tous ici, ce soir, en vos noms et qualités.

• Saluer et féliciter les collègues réélus qui repartent pour un nouveau mandat ;
• Saluer et féliciter les nouveaux élus qui découvrent, ce soir, notre communauté des communes ;

En guise d’introduction, je tiens à rendre hommage aux nombreuses victimes de cette pandémie sanitaire de la COVID-19 qui a violemment frappé le monde entier ces dernières semaines. Les plus de 6 millions de personnes touchées par le virus, les millions de personnes qui sont aujourd’hui guéries et les centaines de milliers qui sont malheureusement décédées, dont 30000 en France.

Pour ces dernières, je vous propose de vous lever pour que nous puissions … Lire la suite

L’écologie ne peut pas être le dictat de quelques uns, fussent-ils tirés au sort !

Alors qu’en France, quelques zones urbanisées viennent de tomber entre les mains d’Europe-Ecologie-les-Verts, de nombreux élus de tout bord revendiquent leur coté « écolo » comme Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir… Je les mets en garde contre cette course à l’écologie politique, parfois radicale, qui est le plus souvent contraire au « développement durable » que nous appelons de nos vœux.

Je les invite plutôt à travailler sur le fond pour comprendre et proposer, au lieu de se servir, comme des perroquets agiles, dans les éléments de langage conçus par d’autres, pour mener des combats qui ne sont pas les nôtres.

Car la vérité c’est que derrière l’écologie politique se cache la pire des idéologies. … Lire la suite

Le développement durable, plus et mieux, que l’écologie !

Alors qu’en France, quelques zones urbanisées viennent de tomber entre les mains d’Europe-Ecologie-les-Verts, de nombreux élus de tout bord revendiquent leur coté « écolo » comme Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir… Je les mets en garde contre cette course à l’écologie politique, parfois radicale, qui est le plus souvent contraire au « développement durable » que nous appelons de nos vœux.

Je les invite plutôt à travailler sur le fond pour comprendre et proposer, au lieu de se servir, comme des perroquets agiles, dans les éléments de langage conçus par d’autres, pour mener des combats qui ne sont pas les nôtres.

Car la vérité c’est que derrière l’écologie politique se cache la pire des idéologies. Une idéologie qui combat … Lire la suite

“Sénatoriales : Yves d’Amécourt candidat pour défendre nos territoires ruraux” (ARL FM)

Yves d’Amécourt, ancien maire de Sauveterre-de-Guyenne, est candidat aux élections sénatoriales. Un candidat indépendant soutenu par le “Mouvement de la ruralité”

Six sénateurs doivent être renouvelés en Gironde. Pour l’instant, trois candidatures sont officiellement déclarées, dont la sienne. Le scrutin est prévu le 27 septembre prochain.

Ecouter l’interview d’Yves d’Amécourt par Gwladys LESCOUZÈRES

“Sénatoriales en Gironde : trois listes en perspective à droite et au centre” (Sud-Ouest)

Ce vendredi à midi, le conseiller régional Yves d’Amécourt (LR) vient d’annoncer sur sa page Facebook son intention d’être candidat aux élections sénatoriales et de faire sa propre liste “en dehors des appareils politiques avec le soutien du Mouvement de la ruralité”. “Afin d’être cohérent avec ce choix je cesse aujourd’hui mon adhésion directe au parti Les Républicains”, ajoute-t-il. 

Lire la suite