En Nouvelle-Aquitaine

« Pourquoi tant de haine contre le vin français ? » (Boulevard Voltaire)

Vigneron et ancien porte-parole du projet rural et agricole de François Fillon, Yves d’Amécourt, par ailleurs contributeur de ce site, est plus qu’à son aise, dès lors qu’il s’agit d’évoquer le vin et la culture y afférente. D’où cette tribune poignante, publiée dans Le Figaro de ce 17 mai et intitulée : « Huit mille hectares de vignes arrachées, c’est la France qu’on déracine. »

Le spectacle qu’il décrit fait froid dans le dos tout en serrant le cœur ; soit ces dizaines de milliers de ceps livrés aux flammes par les vignerons, faute de pouvoir en écouler le fruit. Et notre homme de nous en dire plus : « On est en train d’attaquer tout ce qui est Lire la suite

Pour évaluer les intentions d’arrachage de vignes, une enquête est lancée (Viti)

Le Gouvernement annonce le lancement d’une enquête destinée à préciser les intentions d’arrachage de vignes par les viticulteurs français.

Dans cette enquête, le ministère de l’Agriculture demande, sous réserve de la validation de ce dispositif au niveau européen :

  • quelle surface vous seriez prêt à engager si une aide à l’arrachage temporaire de la surface en vignes pouvait vous être proposée à hauteur de 2.500 €/ha arrachés, en échange de la non-replantation en vigne de la surface équivalente pendant 4 ans ; l’autorisation de replantation des surfaces équivalentes ne pourrait être octroyée qu’après une période de 4 ans, mais sans obligation de replanter ni sanction.
  • quelle surface vous seriez prêt à engager si une aide à l’arrachage définitif de la surface
Lire la suite

Des vestiges méconnus de la Seconde Guerre mondiale : les tranchées-abris du programme de défense passive.

En France, de nombreuses traces témoignent, encore aujourd’hui, du programme national de défense passive mis en place dès le début des années 1930. Son rôle était d’assurer la protection des civils contre les attaques aériennes en temps de guerre grâce à un certain nombre de mesures préventives, notamment la construction ou le renforcement de réseaux souterrains (caves, abris ou tranchées).

Les vestiges de cette organisation défensive, qui ont parfois peu marqué la mémoire collective, se signalent aujourd’hui discrètement dans le paysage urbain ou rural, lorsqu’ils n’ont pas complètement disparu. Quelques exemples archéologiques récents et choisis permettent de redécouvrir ces témoignages matériels, à travers les fouilles d’Olonne-sur-Mer (Vendée) et de Sauveterre-de-Guyenne (Gironde)  et le diagnostic de Nanterre (Hauts-de-Seine) .

La revue Lire la suite

« Huit mille hectares de vignes arrachées, c’est la France qu’on déracine » [Le Figaro]

Le matin du 18 avril 2024, dans l’Entre-deux-Mers, là où est né il y a 2000 ans le vignoble bordelais, la fumée des ceps de vigne se mêle à celle des bougies feux allumées contre le gel. Les viticulteurs brûlent les ceps qu’ils ont dû arracher faute de pouvoir écouler leurs vins, tandis qu’ils protègent les vignes subsistantes d’un gel tardif. Voilà deux des combats de ce printemps dans le vignoble bordelais.

Alors que les autorités françaises se félicitent d’avoir divisé par deux et demi la consommation d’alcool pur par Français depuis 1960, la consommation de tabac, qui a culminé vers 1990-1995, est revenue à son niveau de départ ; en un demi-siècle, la France est devenue championne d’Europe de … Lire la suite

Ces ceps que l’on brûle, c’est un peu de notre civilisation qui part en fumée.

Ce matin du 18 avril 2024, dans l’Entre-deux-Mers, là où est né il y a 2000 ans le vignoble bordelais, la fumée des ceps de vigne se mêle à celle des feux allumées contre le gel. Les viticulteurs brûlent les ceps qu’ils ont dû arracher faute de pouvoir écouler leurs vins, tandis qu’ils protègent les vignes subsistantes d’un gel tardif. Voilà deux des combats de ce printemps dans le vignoble bordelais.

Alors que les autorités françaises se félicitent d’avoir divisé par deux et demi la consommation d’alcool pur par Français depuis 1960, les effets pervers de ce résultat sont peu soulignés. D’une part, la consommation de tabac, qui a culminé vers 1990-1995, est revenue à son niveau de départ. De … Lire la suite

Ces ceps que l’on brûle, c’est un peu de notre civilisation qui part en fumée.

Ce matin du 18 avril 2024, dans l’Entre-deux-Mers, là où est né il y a 2000 ans le vignoble bordelais, la fumée des ceps de vigne se mêle à celle des bougies feux allumées contre le gel. Les viticulteurs brûlent les ceps qu’ils ont dû arracher faute de pouvoir écouler leurs vins, tandis qu’ils protègent les vignes subsistantes d’un gel tardif. Voilà deux des combats de ce printemps dans le vignoble bordelais.

Alors que les autorités françaises se félicitent d’avoir divisé par deux et demi la consommation d’alcool pur par Français depuis 1960, les effets pervers de ce résultat sont peu soulignés. D’une part, la consommation de tabac, qui a culminé vers 1990-1995, est revenue à son niveau de départ. … Lire la suite

Viticulture : nouvelles exploitations éligibles au fonds d’urgence pour la viticulture en Gironde.

Suite à l’assouplissement du cadre réglementaire national, Etienne GUYOT, préfet de la Gironde, a décidé de modifier les critères d’éligibilité du fonds d’urgence pour permettre à des exploitations jusqu’à maintenant inéligibles d’en bénéficier.

Deviennent ainsi éligibles :

  • les personnes morales sous forme sociétaire dont au moins 5 % du capital est détenu par des exploitants à titre principal (contre 50 % précédemment),
  • les entreprises en période d’observation dans le cadre d’une procédure de sauvegarde ou de redressement judiciaire.
  • Les viticulteurs avaient jusqu’au 11 mars pour faire leur demande auprès de la direction départementale des territoires et de la mer (DDTM).
  • Le préfet a décidé de prolonger d’une semaine la période de dépôt des dossiers, soit jusqu’au 18 mars 2024 et
Lire la suite

Dans le bordelais, les héritiers de la vigne arrachent pour retrouver « une économie saine » (La Tribune)

REPORTAGE. Bordeaux arrache 8.000 hectares de vignes, en majorité dans l’Entre-deux-Mers. Les domaines familiaux de cette région volumique abolissent la monoculture du raisin, partagés entre colère, amertume et espoir.

Des coteaux dans le brouillard. Des monticules de vignes qui brûlent. Sur les routes de l’Entre-deux-Mers, cette vaste région de culture à l’est de Bordeaux, on cherche du regard les parcelles arrachées (disséminées), celles laissées en friche (nombreuses) et on s’étonne de croiser de très jeunes ceps plantés quand l’économie du vin s’effondrait déjà. Ce terroir de vins rouges et blancs de grande consommation doit arracher 4.900 hectares d’ici la fin du mois de mai.

Dont 171 hectares rien que pour Sauveterre-de-Guyenne. Cette bastide médiévale de caractère abrite le domaine doublement … Lire la suite

« Bien dans son travail, bien dans sa vie » c’est le titre du « Guide pratique des agriculteurs et salariés agricoles de Gironde »

Dans le cadre du « Plan de Prévention du Mal-Être en Agriculture », la MSA (Mutualité Sociale Agricole), la Chambre d’Agriculture et la Préfecture de la Gironde, ont édité un « guide pratique pour les agriculteurs et les salariés agricoles ». Il rassemble de manière synthétique (30 pages tout de même !) toutes les « aides » disponibles et plus généralement les différents services « facilitant » (sic !) la vie professionnelle pour les actifs agricoles en Gironde dans un seul et même support.

Ce document vise à répertorier les « dispositifs » et les « contacts » des organismes existant dans notre département, et à faciliter ainsi l’accès aux « ressources » d’aide pour les professionnels de l’agriculture.… Lire la suite

Crise viticole : les mesures concrètes (nb : la simplification c’est pour après-demain).

Le plan d’action pour la viticulture, suite à la semaine d’action du monde agricole, entre dans sa phase de déploiement.

Dans une circulaire en date du 5 février, le ministre de l’Agriculture a pris la décision de mettre en œuvre un fonds d’urgence en vue de soutenir les exploitations viticoles en difficulté après la très mauvaise récolte de 2023 due notamment au mildiou (photo) et à la sécheresse. Ces difficultés viennent alourdir une crise plus profonde liée à l’inflation, à la baisse de consommation (-30% sur la consommation des vins rouges en 10 ans) et à la faible dynamique du vignoble français à l’export.

Il y aura deux phases dans le plan proposé par le gouvernement : le plan … Lire la suite

Pourquoi le vin n’est plus en odeur de Sainteté (Les Echos)

Deux cuvées du domaine de la Bénisson-Dieu ont été servies au pape François, en septembre, à l’archevêché de Marseille. Si le souverain pontife ne fait pas plus honneur au vin que son prédécesseur, il a néanmoins replanté des vignes au Vatican…

Par Béatrice Brasseur

Publié le 10 déc. 2023 à 8:00

Il faut croire aux miracles. De ceux qui font que deux vins inconnus, issus d’un vignoble ligérien de 2,6 hectares mené par des novices en viticulture, acquièrent une gloire inespérée par la grâce de leur élection à l’autel et à la table du Saint-Père. En septembre dernier, François et l’archevêque de Marseille Monseigneur Aveline concélébraient la messe au stade Vélodrome de la cité phocéenne devant les caméras et 57.000 … Lire la suite

Arrachage collectif à Bordeaux : comment ça marche.

Face à la crise économique profonde, un grand nombre d’exploitations du vignoble de Bordeaux, aux profils multiples, se trouvent dans des situations très difficiles et dans l’incapacité, matérielle et financière de poursuivre l’entretien de leur vignoble. Le risque est que ces vignes soient abandonnées et deviennent des foyers de maladies, exposant l’ensemble du vignoble à une situation phytosanitaire incontrôlable.

C’est dans ce contexte que la filière des vins de Bordeaux, l’État et la Région Nouvelle-Aquitaine se sont mobilisés pour mettre en œuvre un dispositif d’intérêt collectif d’arrachage sanitaire des vignes afin de préserver le vignoble d’une crise sanitaire majeure et favoriser sa restructuration.

Ce dispositif vise à arracher jusqu’à 9 500 hectares aidés à hauteur de 6000 € par hectare, … Lire la suite

Quelle position prendre vis-à-vis des Zones d’Accélération pour les Energies Renouvelables (ZAER) ? (Association « Le Vent des Maires »)

Madame, Monsieur, chers collègues, 

Vous allez été sollicité par la préfecture de votre département pour proposer, d’ici à la fin de l’année, après consultation des habitants de votre commune, une ou plusieurs zones d’accélération pour les énergies renouvelables (ZAER). Il est important de comprendre ce que dit la récente loi sur les ZAER, quels sont les droits des maires, et quelles sont nos recommandations.

I. Ce que dit la loi sur les ZAER et sur le processus
Comme le précise le « Guide à destination des élus locaux », intitulé « Planification des Énergies Renouvelables », préfacé par la ministre de la Transition Énergétique Mme Pannier-Runacher : « Les communes peuvent désormais définir, après concertation avec leurs administrés, des zones Lire la suite

Evolution du statut de l’élu local (Sénat)

Vous pouvez participer à une consultation sur le statut de l’élu local en vous connectant à l’adresse suivante jusqu’au 22 décembre 2023 :

Elle s’inscrit dans le cadre des travaux de la délégation du Sénat aux collectivités territoriales, présidée par Françoise Gatel, qui a débuté les travaux de trois missions d’information « flash » sur le statut de l’élu local : premièrement sur le régime indemnitaire des élus, ensuite sur la facilitation de l’engagement dans le manda t local et l’amélioration des conditions de son exercice et enfin sur les préconisations pour réussir « l’après-mandat »

Ces travaux sont menés par plusieurs rapporteurs :

– Mme Françoise GatelM. François Bonhomme et M. Éric Kerrouche, … Lire la suite

Crise du mildiou : dégrèvement de la taxe foncière en Gironde.

Les conditions climatiques défavorables du mois de juin 2023 ont entraîné des attaques exceptionnelles de mildiou sur le vignoble girondin. Les suivis sanitaires réalisés durant l’été par les services de l’État et les organisations professionnelles font apparaître que les dégâts sont hétérogènes, le cépage Merlot étant le plus touché, mais que les pertes de récolte seront très importantes pour certaines exploitations avec des parcelles détruites à 100 %.

Dans ce contexte il n’a pas été possible d’établir des zonages avec des taux moyens représentatifs de perte de récolte.

Ainsi la procédure de dégrèvement d’office de la taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) prévue à l’article 1398 du Code général des impôts ne pourra pas être mise en œuvre … Lire la suite

Les Tonneliers de France s’inquiètent des perspectives à venir (communiqué de presse)

Après plusieurs années difficiles, l’activité des Tonneliers de France revient à son niveau habituel. Mais la profession voit son avenir s’assombrir. Elle redoute notamment de ne plus pouvoir accéder loyalement au marché du chêne à merrain. Ses représentants s’en sont entretenus avec le Ministère de l’Agriculture.

Avec 684 912 fûts vendus, les Tonneliers de France retrouvent leur niveau d’activité habituel, niveau qui avait été impacté par plusieurs années difficiles (« petits » millésimes, feux en Californie et en Australie, effets de la désorganisation des transports maritimes consécutifs à la crise Covid…).

La dynamique amorcée lors de l’exercice précédent se confirme avec, sur la période allant du 1er avril 2022 au 31 mars 2023, une croissance de +20% et un chiffre d’affaires de 556

Lire la suite

Bordeaux : mildiou, arrachage et distillation …

Hier, 19 juillet, notre ministre de l’Agriculture Marc Fesneau a fait une visite dans notre vignoble pour venir se rendre compte des dégâts du mildiou. Sa venue faisait suite à son interpellation par les représentants la profession et nos parlementaires.

Le mildiou est le nom d’une maladie des plantes provoquée par plusieurs espèces de micro-organismes parasites proches des champignons. Plusieurs de nos plantes cultivées ont leur propre mildiou telles que la tomate, la pomme de terre, le fraisier et la vigne. Les anciens appelait le mildiou « la peste ». C’est pour cette raison que les fongicides qui traitent le mildiou se nomment « pesticides ». Les plus utilisés tant en agriculture biologique qu’en agriculture biologique sont des … Lire la suite

Crise des vins de Bordeaux : le plan d’arrachage est prêt (Sud-Ouest)

Le Ministre de l’agriculture Marc Fesneau doit venir en Gironde début juin pour annoncer officiellement l’ouverture d’un guichet où tout vigneron prétendant à un arrachage primé pourra déposer un dossier. Le top départ, initialement prévu ce lundi 22 mai, a été repoussé au dernier moment. Mais les modalités pratiques sont connues. Des réunions d’information sont prévues cette semaine sur le terrain et des numéros de téléphone sont à disposition (voir ci-dessous).

Lire la suite

Bordeaux : informations sur l’arrachage sanitaire primé

Le portail de pré-candidature à l’arrachage sanitaire primé, qui dépend de la Préfecture, ouvrira début juin lors de la visite du Ministre de l’Agriculture dans notre région. 
4 réunions d’informations auront lieu d’ici là :
* Mercredi 24 mai à Planète Bordeaux sur Beychac et Caillau, à 17h30. 
* Jeudi 25 mai à la salle polyvalente de Pellegrue, à 17h30. 
* Mardi 30 mai à la salle polyvalente de Gauriaguet, à 17h30. 
* Mercredi 31 mai à la salle des fêtes de Saint-Brice, à 17h30.  
Une hotline est également assurée par le Syndicat des Bordeaux (ODG) pour répondre à vos interrogations, aux numéros suivants : 05 57 97 38 10  et  05 57 97 19 28 du lundi au
Lire la suite

Commentaires récents