Daubèze : cérémonie en souvenir des enfants morts pour la France en Afrique du Nord.

Daubeze_12_mai_2013_01.jpg

Discours de Marie-Christine Lavenier, Conseillère Générale Suppléante du canton de Sauveterre-de-Guyenne, en présence de Daniel Paludetto, Président de la FNACA, des Maires du canton et de Martine Faure, députée de la Gironde.

Daubeze_12_mai_2013_02.JPG

Mesdames, Messieurs, Chers amis,

Permettez-moi d’excuser Yves d’Amécourt, notre Conseiller Général, pour son absence. Il est ce week-end dans la Sarthe, pour la mariage de sa filleule Jeanne, la fille de sa grande soeur.

Vous savez qu’il aime se retrouver parmi vous chaque année. Vous savez aussi que sa famille a été frappée par le deuil le 8 août 1956, lorsqu’Antoine d’Amécourt, son Oncle, est mort au combat, à Tablat en Algérie, à l’âge de 28 ans. Il était Maire de sa commune, Avoise, dans la Sarthe. Tous ces frères d’armes étaient du même canton, ils avaient tous entre 20 et 30 ans. Ils ont tous péri dans cette embuscade tendue par les fellaghas.

Je suis très heureuse et très fière d’être ici avec vous et de porter le message d’Yves.

Nous devons nous souvenir de toute l’histoire.

L’histoire s’impose à nous. Nous ne pouvons pas choisir. Nous devons nous souvenir de tout : des évènements heureux comme des évènements malheureux.

C’est le sens de cette plaque que vous posez aujourd’hui à Daubèze.

Et je salue ici, le Maire de Daubèze, Patrick Maumy. Tout comme je salue la mémoire de son ancien Maire et Conseiller Général, Francis Naboulet.

Le texte de cette plaque, je sais que vous l’avez écrit avec Yves, afin qu’il permette de ne pas oublié tout ceux qui sont morts après le 19 mars. Afin de penser aux Harkis que la France a abandonné entre les mains de l’ennemi.

Cette plaie reste ouverte dans le coeur de nombre de nos compatriotes, notamment les rapatriés. Ne les oublions pas.

N’oublions personne. Ni ceux qui sont morts pour la France avant le 19 mars, ni ceux qui sont mort pour la France après le 19 mars. C’est écrit et c’est important.

Je vous remercie pour tout ce que vous faites pour honorer la mémoire de ceux qui sont morts pour notre pays. Le souvenir doit être entretenu, aussi, en famille et à l’école, avec l’aide du monde enseignant.

Connaître l’histoire permet de mieux comprendre le présent, et de préparer l’avenir. Je me rendrai chaque fois que je le pourrai à l’invitation de ceux qui entretiennent le souvenir des anciens combattants d’Afrique du Nord.

Puisque vous êtes tous ici rassemblés, ayons aussi une pensée pour le Caporal Cédric Charenton, mort au Combat au Mali, en défendant les valeurs de notre pays.

Sa famille habite dans le canton et nous avons pour chacun d’eux une pensée particulière.

Merci de m’avoir convié aujourd’hui.

Vive la France !

Daubeze_12_mai_2013_03.JPG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.