Laurent Wauquiez demande à Jean-François Copé de prendre du recul et à Michèle Alliot-Marie d’assurer la présidence par intérim de l’UMP.

Lundi, Laurent Wauquiez (UMP) a renouvelé l’appel des soutiens de François Fillon au départ de Jean-François Copé de la direction de l’UMP pendant la campagne et jugé que Michèle Alliot-Marie, «personnalité incontestable», serait «parfaite» pour l’intérim. Le député de Haute-Loire a estimé que le secrétaire général de l’UMP devait céder son poste d’ici au congrès de novembre, quand les militants seront appelés à départager les candidats pour la présidence et arbitrer le duel Copé-Fillon.

«Prenons pendant cette période une personnalité qui est incontestable au sein de notre mouvement, légitime et qui puisse assurer le bon déroulé de ces élections et l’unité de la famille politique», a-t-il dit. Qui? «Pour moi quelqu’un comme Michèle Alliot-Marie serait parfaite», a-t-il répondu. «Je n’ai rien demandé», a encore réagi Michèle Alliot-Marie.

«Mais, je ne vais pas laisser un mouvement dont je suis vice-présidente sans apporter ma contribution», a-t-elle ajouté. «Je suis prête à contribuer dans la clarté, la sérénité et la confiance». Michèle Alliot-Marie a précisé ne pas avoir été sollicitée directement. La Commission d’organisation et de contrôle des opérations électorales (Cocoe) de l’UMP a seulement imposé une période de «réserve» à la direction du parti pendant la campagne officielle, qui démarre le 5 octobre. L’élection aura lieu les 18 et 25 novembre.

Lire un article de Terrafemina à ce sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.