Où se niche la parité !

Certaines listes dans des communes de plus de 1000 habitants ne disposant que d’un Conseiller Communautaire élu au suffrage universel direct ont mis en exergue une nouvelle incongruité de la nouvelle loi électorale.

En effet, en cas de démission du conseiller titulaire, il est prévu deux choses :

– que c’est le suivant sur la liste qui devient titulaire ;
– que le remplaçant doit être du même sexe que le titulaire démissionnaire ;

Dans ce cas précis, l’élu figurant en seconde position (en 4ème, en 6ème, …) ne pourra jamais remplacé le 1er en cas de démission, car le 1er et le 2nd sont de sexe opposé.

Un amendement est en préparation, dit-on, pour corriger ce détail abscon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.