« Pour préserver l’unité de l’UMP, revotons ! » (Nathalie Kosciusko-Morizet)

Nathalie-Kosciusko-Morizet.jpg« L’UMP, c’est nous, plus de 300 000 militants qui la faisons vivre tous les jours et qui sommes la source de tout pouvoir en son sein. Aujourd’hui, nous souhaitons faire entendre la voix du terrain, de la sagesse et de la raison. Ne nous divisons pas. Ne faisons pas ce cadeau à nos adversaires. Notre pays a besoin d’un parti d’opposition et de reconquête uni et fort. Une guerre d’hommes à Paris ne doit pas porter un coup fatal à notre parti. Notre mouvement, héritier de plusieurs traditions politiques républicaines rassemblées, n’est pas un parti de cadres. Il nous appartient comme militants, et toute légitimité procède de notre volonté. Aujourd’hui, le résultat de l’élection est trop incertain. Il est contesté, il est douteux. Nous voulons revoter ! »

Signez la pétition !

7 commentaires sur “« Pour préserver l’unité de l’UMP, revotons ! » (Nathalie Kosciusko-Morizet)”

  1. Nicolas Sarkozy a estimé lundi durant son déjeuner avec François Fillon qu’il serait préférable d’appeler les adhérents de l’UMP à voter une nouvelle fois pour sortir de l’impasse dans laquelle est plongé le parti, selon des sources concordantes UMP auprès de l’AFP.

    L’ancien président de la République a également déconseillé à François Fillon de saisir la justice pour contester les résultats controversés de l’élection de Jean-François Copé à la présidence du parti, selon ces mêmes sources, issues des camps Copé et Fillon.

    Nicolas Sarkozy privilégie la solution de nouvelles élections « pour éviter l’escalade du conflit », a déclaré l’une de ces sources.

    Nicolas Sarkozy et François Fillon ont déjeuné ensemble lundi à Paris, une entrevue qui a duré une heure à une heure trente.

    Cette rencontre est intervenue avant la proclamation par la Commission des recours de l’UMP, accusée par le camp Fillon de partialité, de nouveaux résultats qui ont accru l’avance de Jean-François Copé. Le vote contesté de toutes parts a eu lieu le 18 novembre.

    Lundi soir, le directeur de la campagne de François Fillon, Eric Ciotti, a lui aussi promu la solution de nouvelles élections.

    « Le seul moyen de laver cet affront est d’organiser un nouveau scrutin exemplaire qui donnera à l’équipe élue sa légitimité et qui permettra de reconstruire l’unité de toute notre famille », a-t-il dit dans une interview diffusée par Le Figaro.fr.

    Nathalie Kosciusko-Morizet, qui avait renoncé à se présenter faute de parrainages en nombre suffisant, a lancé une pétition électronique appelant à un nouveau vote.

    <a href= »http://fr.news.yahoo.com/ump-sarkozy-estime-prfrable-voter–nouveau-201609399.html » title= »http://fr.news.yahoo.com/ump-sarkozy-estime-prfrable-voter–nouveau-201609399.html »>http://fr.news.yahoo.com/ump-sarkoz…</a>

  2. Pourquoi pas ? C’est sans doute la meilleure solution pour endiguer cette image de flou qui règne désormais. De flou et de doute, et d’illégitimité aussi, et qui perdurera tant que rien ne sera éclairci ni la suspicion dissipée.
    L’idée de la sortie de crise par la voie judiciaire est compréhensible mais fera t-elle l’unanimité ? Et quid de l’idée d’un chef de parti désigné par un juge ? D’autant que le vrai chef, chacun, ou au moins beaucoup, sait qui il est.

    Alors un nouveau vote ? Oui, pourquoi pas ?
    Mais il faudra peut-être que soit mise en place d’ici là, et pour préparer ce nouveau scrutin, une présidence à valeur morale incontestable.
    Je pense à qui moi, là… ?
    Il a peut-être envie de faire autre chose que de jouer à l’arbitre-maître d’école. Ceci dit, si ce n’est pas trop long et que cela doit sauver le parti politique le mieux placé pour gérer à terme les affaires du pays…
    Et puis qui sait, un jour peut-être, lui en sera t-on reconnaissant. Enfin.

  3. Et je rallume mon ordi exprès pour dire ça :

    Un procès ou un nouveau scrutin ? L’un n’empêche pas l’autre et si des fautes ont été commises, qu’il le soit dit et que ceux qui en sont à l’origine sanctionnés.
    Un problème se posera toutefois si le procès a lieu après le nouveau vote. Cette hypothèse est loin d’être a écarter.

  4. Nicolas Sarkozy a estimé lundi durant son déjeuner avec François Fillon rue de Miromesnil, qu’il serait préférable d’appeler les adhérents de l’UMP à voter une nouvelle fois pour sortir de l’impasse dans laquelle est plongé le parti, selon des sources concordantes auprès de l’AFP.

    <a href= »http://www.lepoint.fr/politique/ump-sarkozy-estimerait-qu-il-faut-revoter-26-11-2012-1533937_20.php » title= »http://www.lepoint.fr/politique/ump-sarkozy-estimerait-qu-il-faut-revoter-26-11-2012-1533937_20.php »>http://www.lepoint.fr/politique/ump…</a>

  5. Nathalie Kosciusko-Morizet.

    Cher(e)s signataires,

    Vous êtes à ce jour plus de 30 000 à avoir signé la pétition pour demander que l’on revote pour la présidence de l’UMP.

    Grâce à votre mobilisation rapide et massive, le débat est maintenant pleinement ouvert.
    Un tel engouement est la preuve que nous sommes nombreux à vouloir l’unité de notre famille, à refuser la constitution de multiples sous-groupes, à exiger une présidence de notre mouvement incontestée politiquement.

    Lors de toute élection, lorsque la différence de suffrages entre les deux candidats est plus faible que le total des voix contestées, un nouveau vote est organisé. Nous sommes dans ce cas de figure.

    Réorganiser l’élection est aujourd’hui l’unique solution crédible pour sortir notre mouvement de l’impasse politique.

    Nous devons nous doter au plus vite d’une direction dont la légitimité est pleinement reconnue. Si nous devions refuser cet exercice démocratique, je crains alors une dislocation douloureuse de notre famille politique.

    Depuis 10 jours, nombre de militants m’ont fait part de leur désarroi. Certains sont exaspérés, d’autres écœurés. Tous partagent le sentiment de ne plus être écoutés par ceux qui prétendaient il y a peu de temps encore diriger notre mouvement.

    Mais l’UMP n’est pas un parti de cadres. C’est un parti de militants.

    Vous êtes les forces vives de notre mouvement, vous êtes son espérance. C’est la raison pour laquelle, loin de vous résigner, vous avez signé cette pétition. Vous vous révoltez contre une bataille d’égos qui nous ridiculise.

    Aujourd’hui j’ai besoin de vous pour redonner espoir à ceux de nos adhérents qui doutent, pour les convaincre qu’une autre voie est possible.

    J’ai besoin de vous pour dire aux Français qu’il existe encore un grand parti de la droite et du centre-droit.

    J’ai besoin que vous convainquiez une ou deux personnes qui partagent nos valeurs de signer la pétition, pour qu’un nouveau vote soit enfin organisé.
    Je compte sur vous.

    Bien chaleureusement,

    Nathalie Kosciusko-Morizet.

  6. Mes chers amis,

    Le spectacle désolant auquel se livrent les dirigeants nationaux de l’UMP ne peut plus durer.

    Personnellement, je ne suis pas d’accord avec le fait que l’on puisse demander à certains de nos LEADERS, dont François FILLON, de quitter l’UMP. Ces propos ternissent l’image de notre famille politique.

    Admettons qu’il y a un vrai problème, lorsque des fédérations n’ont pas été comptabilisées dans le résultat final de l’élection.
    Respectons les militants qui se sont déplacés en nombre le 18 novembre dernier, en préparant de nouvelles élections avec une équipe indépendante des candidats.

    Je vous invite, comme je l’ai fait, à signer la pétition de Nathalie Kosciusko-Morizet afin qu’un nouveau vote soit organisé!

    L’heure est à l’apaisement et au rassemblement. Il est temps pour chacun de nous d’exprimer notre volonté de mettre un terme à cette guerre intestine pour préparer sereinement les prochaines échéances électorales!

    Nous devons retrouver la sérénité et continuer notre travail de reconquête du pouvoir, face à une gauche incompétente et toujours plus désorientée à la tête de l’État.

    Amicalement

    Alain Moga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.