Réunion de préparation des cantonales de 2011.

La_gironde.JPGHier matin le groupe Gironde Avenir, et l’association du même nom, se sont réunis pour préparer les élections cantonales de 2011.

La décision a été prise de demander l’agrément de l’Association Gironde Avenir comme parti politique. Cette association a été fondée par les 14 Conseillers Généraux d’opposition (10 UMP, 1 MODEM, 3 Divers Droites). L’agrément permettra aux personnes qui font des dons à l’association, de pouvoir bénéficier de la déduction fiscale prévue par la loi.

Dès que cela sera fait, une campagne d’adhésion sera réalisée dans toute la Gironde auprès de celles et ceux qui souhaitent l’alternance dans le département : élus locaux, acteur du monde associatif et de la société civile, citoyens, …

Le Président, Yves d’Amécourt, prendra contact avant les vacances d’été avec les Présidents Girondins des partis politiques de la Droite et du Centre afin de les rencontrer , pour leur présenter les grands axes de la campagne, et préparer avec eux l’échéance de 2011.

A partir du mois de septembre, des réunions seront organisées dans chaque canton afin de finaliser la liste des candidats et de leurs suppléants.

En 2008, la droite et le centre avaient repris 2 cantons à la majorité socialiste : Blaye et Lateste-de-Buch. Par ailleurs, deux nouveaux Conseillers Généraux avaient été brillament élus dans les cantons de Pellegrue et de Grignols.

Mais ces succés avaient été quelque peu effacés avec la perte de 5 cantons : Ste Foy la Grande, Saint-Vivien-du-Médoc, Villenave d’Ornon, Podensac et Bordeaux 5.

Selon les projections faites ce matin, le groupe Gironde Avenir devrait reconquérir en 2011, entre 3 et 6 cantons, ce qui porterait le groupe Gironde Avenir à un effectif de 17 à 20 Conseillers Généraux.

A lire aussi sur ce blog : La naissance de Gironde Avenir

La_gironde.JPG

2 commentaires sur “Réunion de préparation des cantonales de 2011.”

  1. Ce matin, dans le journal sud-ouest, Joan Taris, Président Départemental du MoDem déclarait :

    « Par son initiative M d’Amécourt porte atteinte à la souveraineté du MoDem. C’est un comportement qui évoque le vieux temps du RPR mais, depuis, les familles politiques ont mué. Je ne suis pas loin de prendre cette attitude comme une déclaration de guerre contre le MoDem. Autant vous dire que je ne participerai pas à la réunion qu’il nous propose pour discuter des cantonales de 2011, d’autant que nous n’avons aucun sortant sur les 31 prochains cantons renouvelables, mais nous aurons des candidats partout, qu’on se le dise ! (…) Gironde Avenir n’est qu’un groupe technique rien de plus. Monsieur d’Amécourt devient mal placé pour donner des leçons de démocratie.(…) »

    En tant que (petit, tout petit) Président d’un « groupe technique, rien de plus », je suis mal placé pour répondre à Joan Taris.

    Par ailleurs, je ne souhaite pas ajouter de la confusion à la méprise. Laissons le temps faire son oeuvre, sans oublier pour autant.

  2. J’ai trouvé ce matin, dans Sud-Ouest (encore!), une réponse à l’article de Joan Taris. J’ai trouvé cette réponse dans l’interview de Corinne Lepage, fondatrice du MODEM, après le résultat des élections Européennes :

    « Si nous voulons vraiment faire quelquechose du MODEM, il y a beaucoup à changer dans son mode de gouvernance et sur le coeur de son projet (…). Dans ce mouvement, il y a un certain nombre de gens qui devraient pouvoir s’exprimer, pour qu’il y ait une vraie démocratie interne. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.