Une mission pour réduire les dépenses des collectivités locales.

Le Président de la République a choisi deux anciens ministres du Budget pour conduire une mission sur la maîtrise de la dépense publique. Martin Malvy (PS) et Alain Lambert (divers droite) ont été désignés le 3 octobre pour conduire une réflexion partant du constat «du niveau sans précédent atteint par la dépense publique, qui dégrade nos comptes sans garantir pour autant la préservation durable (…) des services publics».

Alors que l’Etat s’apprête à réduire de 1,5 milliards les dotations aux collectivité locales en 2014 (4,5 milliards en 2017), tout en augmentant leurs charges (comme avec la « réforme des rythme scolaires »), le Président s’interroge sur les économies qu’elles pourraient faire !

C’est toujours plus facile de dire aux autres « où dépenser moins », que de dépenser moins soit même !

Dans un communiqué commun, les deux élus (respectivement président de la région Midi-Pyrénées et du conseil général de l’Orne) indiquent qu’ils vont « analyser » les politiques de trois acteurs – l’État, la Sécurité sociale et « les administrations publiques locales », en se donnant pour objectif «la maîtrise de leurs dépenses» et un «nouveau pilotage». Après avoir «clarifié la chaîne de responsabilités entre l’État, la protection sociale et les collectivités», la mission Malvy-Lambert s’attachera « à faire des propositions simples, claires et responsabilisantes», afin de poser «les bases d’un véritable pacte de confiance» entre ces trois acteurs.

Il est difficile de savoir si cette mission ne produira, au final, qu’un rapport de plus… ou si les intentions de l’Élysée sont différentes. Dans le quotidien Les Échos du 29 septembre, juste avant la nomination officielle de la mission, un proche du chef de l’État exprimait clairement l’idée que Martin Malvy et Alain Lambert auraient comme mission de cibler les dépenses des collectivités locales – «ce n’est pas tout de réduire les dotations, ce qui compte, c’est de maîtriser les dépenses locales», expliquait même ce «proche du Président».

Quelles seront les « pistes » proposées, et iront-elles dans le sens d’une réduction des dépenses qui ne reposerait que sur les collectivités ? Réponse, en principe, le 1er mars prochain, date à laquelle la mission devrait remettre son rapport.

D’ici qu’ils concluent que les petites communes dépenses moins que les grandes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.