Bonne nouvelle pour le vin : le professeur Renaud a raison !

L’INSERM vient de confirmer les études et les recherches du Professeur Renaud. C’es à lui que l’on doit l’intuition, puis la démonstration épidémiologique de la réalité du « French Paradox ». Les chercheurs expliquent que « l’ensemble des résultats sur la pharmacologie des polyphénols (tanins) fournit une base scientifique aux hypothèses issues d’études épidémiologiques sur les effets protecteurs vasculaires de la consommation modérée de vin et d’autres végétaux ».

Une équipe de l’INSERM de l’Université d’Angers, dirigée par le professeur Ramaroson Andriantsitohaina, a mis en évidence le mécanisme d’action des polyphénols, identifiés comme responsables d’un effet vasodilatateur, via la production de monoxyde d’azote par les cellules endothéliales. Et ce grâce à la présence d’un sous-type du récepteur aux oestrogènes dit ER alpha. Ces résultats ont été publiés ce mois-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.