Charles de Courson rejoint le panache de Sarkozy

Hier, trois des quatre parlementaires de la Marne, le député Charles de Courson, le sénateur Françoise Ferat et le député européen Jean-Marie Beaupuy, ont indiqué qu’ils voteraient pour le candidat UMP le 6 mai. « Ce qui ne nous empêche pas de rester à l’UDF et de soutenir Bayrou », souligne Charles de Courson, très proche du président de l’UDF mais qui dé­nonce, en tant que spécialiste du budget, « les 60 milliards d’euros de promesses électorales déraisonnables non financées » de Ségolène Royal.

lire l’article du Figaro

8 commentaires sur “Charles de Courson rejoint le panache de Sarkozy”

  1. L’opposition entre BAYROU et SARKO n’est pas une opposition d’idée mais d’homme. C’est la personne de SARKO qui bloque BAYROU comme elle repousse beaucoup de français.

    On est plus dans l’objectif mais dans le subjectif et l’affectif. Et… c’est ainsi que le monde marche. Beaucoup de gens de droite voteront SEGO par rejet de l’individu et non des idées.

    C EST AINSI.

    On vote sans doute pour des hommes avant de voter pour des idées.

  2. Il devient doux comme un agneau ""NICOLAS..il risque de se perdre tout seul …car il devra tenir ses promesses!
    Navrant de constater que même des gens de droite éprouvent du rejet , du dégout pour l’homme !!

    Vous avez calculé les promesses de SARKO " dans les dépenses? Est ce en Amérique qu’il va trouver la solution miracle pour faire le paon devant les caméras de télévision ?

    Ne pas crier victoire trop vite !!!

  3. Bonsoir Yves,

    Ce soir François SAUVADET Député de la Cotes-d’Or (4ème circo), membre du Groupe d’étude de la viticulture et Porte Parole de l’UDF vient d’annoncer sont vote pour Nicolas SARKOZY

  4. Pinasseau Olivier

    Je viens de suivre Nicolas SARKOSY sur France 2, interrogé notamment par Arlette CHABOT. C’est un vrai homme d’état, un fort charisme, celui qu’il faut au Président de la République Française pour aller peser de tout son poids dans les échanges internationaux, celui qui dira non à Mr BUSH demain si celui ci veut aller faire la guerre en IRAN…
    Que ceux qui disent avoir peur de Nicolas SARKOSI et qui l’ont suivi ce soir, me disent à quel moment et en quoi ils peuvent étayer leurs craintes? suite à ce qu’ils ont vu et entendu au cours de cette émission.Je suis particulièrement les émissions de radio où l’antenne est donnée aux auditeurs, quand ceux ci expriment leurs craintes vis à vis de Nicolas SARKOSY et que le journaliste leur demande d’expliquer pourquoi? je n’ai jamais entendu une explication claire et encore moins plausible.On est dans la caricature.
    Il est urgent de revenir à nos valeurs, au respect de l’autre et à nos devoirs.
    Ségolène ROYALE qui sait diriger sa région, n’a pas pour autant, la dimenssion, le charisme d’un Chef d’état et pas le savoir faire. Nicolas SARKOSY en plus de ses mandats électifs, dirige le plus grand parti politique français, et a été plus de 5 ans Ministre ( et surtout Ministre d’état)sa compétence est réelle.
    Je ne me souviens pas d’un personnage politique aussi précis dans toutes ses réponses, pas une seule question n’a été éludée, ces convictions sont clairement affichées et on ne peut pas lui reprocher d’en avoir.
    Pourquoi va t-il réussir, parce qu’il va diriger la France comme l’on dirige une entreprise, avec des objectifs, des règles et une obligation de résultats.
    Pour en terminer, cela ne fait quelques semaines que j’ai décidé de soutenir SARKO, mais 5 ans. Personne d’autre aujouird’hui n’égale sa puissance de travail, sa vivacité d’esprit, et son charisme.

  5. Luc de Moustier

    Nous venons également de regarder en famille, Nicolas Sarkozy sur France 2. Ce qui m’a le plus intéressé (et que les autre téléspectateurs n’ont pas vu !) : nos enfants 20, 17, ans et 16 ans étaient passionnés par le débat et ils trouvaient que "leur" candidat se défendait remarquablement bien face aux attaques des journalistes.

    Une chose est remarquable dans cette élection : les débats quelle fait naître à tous les âges ! C’est certainement la plus grande chance pour notre pays !

  6. SARKO ? Quel horreur, c’est 1981 à l’envers quelle honte pour notre pays d’avoir un homme qui dénie la démocratie.

  7. Marie-Christine

    Tout à fait d’accord avec Olivier Pinasseau, je dois dire qu’hier soir,il m’a convaincu par sa présence et son assurance, j’ai dit à mon mari:"ça y est,ZORRO est arrivé" mais il ne sera pas toujours seul à décider,c’est cela qui m’inquiète, avec lui tout parraît simple à régler en théorie oui mais en pratique?…Il est tellement convaincu d’avoir raison que les oppositions promettent d’être "musclées" et c’est cela qui fait peur!

  8. jean-christophe

    Mon message à messieurs Jean-Pierre Abelin, Pierre Albertini, Christian Blanc, Charles de Courson, Stéphane Demilly, Jean Dionis du Sejour, Philippe Folliot, Francis Hillmeyer, Olivier Jarde, Yvan Lachaud, Maurice Leroy, Claude Leteurtre, Hervé Morin, Nicolas Perruchot, Jean-Luc Preel, François Rochebloine, Rudy Salles, François Sauvadet, Francis Vercamer.

    Je voulais revenir sur l’article publié dans le Figaro par les députés du groupe UDF et apparentés intitulé ‘Pour un centre libre dans la majorité présidentielle’ . Cet article insiste pour que les parlementaires UDF qui le souhaitent aient la possibilité de faire partie de cette majorité présidentielle. Et semble indiquer que les prises de position de François Bayrou entre les deux tours sont incompatibles avec une telle attitude. Telle n’est pas ma conclusion. Mais encore faudrait-il que Majorité Présidentielle ne rime pas avec Mise sous tutelle Présidentielle.

    Le message de François Bayrou à l’issue du premier tour était limpide : pas de consigne de vote, chacun reste libre de son choix. Il a indiqué à titre personnel qu’il ne voterait pas pour Nicolas Sarkozy, faisant ainsi plein usage de cette liberté. Ceci n’avait pas pour but d’encourager ses électeurs, encore moins ses parlementaires, à en faire de-même. Il n’a donc pas fermé la porte à des travaux avec la droite – le Mouvement Démocrate a vocation à faire vivre une aile droite en son sein – mais à ouvert la possibilité nouvelle d’en engager à gauche, notamment avec l’aile la plus moderne du Parti Socialiste.

    Mais penchons nous sur ce que propose L’UMP à ces parlementaires : l’échange d’une investiture ‘majorité présidentielle’ contre un chèque en blanc. C’est à dire en clair, l’absence de candidat UMP contre les parlementaires sortants UDF se réclamant de la majorité, à condition qu’une discipline de vote stricte soit observée par ces derniers. Mais peut-on être LIBRE au sens de François Bayrou, c’est à dire capable de juger et voter au cas par cas en âme et conscience, et LOYAL au sens de Nicolas Sarkozy, c’est à dire signer un contrat obligeant à voter automatiquement le budget et à renoncer par avance à toute motion de censure ?

    C’est bien sûr inconciliable. Et ceci montre d’ailleurs à quel point nos parlementaires sont considérés comme les simples secrétaires d’une chambre d’enregistrement. Si le budget est en déficit de fonctionnement, un parlementaire se reclamant du centre doit pouvoir voter contre. Si le gouvernement ne respecte pas ses engagements, un parlementaire du centre doit pouvoir le censurer.

    C’est pourquoi j’adresse cette demande à Messieurs les représentants du peuple Jean-Pierre Abelin, Pierre Albertini, Charles de Courson, Stéphane Demilly, Jean Dionis du Sejour, Philippe Folliot, Francis Hillmeyer, Olivier Jarde, Yvan Lachaud, Maurice Leroy, Claude Leteurtre, Hervé Morin, Nicolas Perruchot, Jean-Luc Preel, François Rochebloine, Rudy Salles, François Sauvadet et Francis Vercamer.

    EXIGEZ de François Bayrou la possibilité d’une investiture ‘Mouvement Democrate – Majorité Présidentielle’. Ce ne sera que le rappeler à son devoir d’ouverture par delà les frontières partisannes traditionnelles. C’est votre droit de parlementaires élus par des voix de centre droit et votre devoir de futurs représentants des 7 millions d’électeurs qui se sont portés sur votre candidat.

    EXIGEZ de Nicolas Sarkozy la liberté de vote en échange d’une loyauté critique envers son Projet présidentiel. C’est votre devoir de cohérence vis-à-vis d’un projet qui a été choisi par le suffrage universel. Mais c’est avant tout le droit à la vigilance de parlementaires libres du Mouvement Démocrate : Si le gouvernement s’en écarte, soyez libres de le dire. S’il le renie soyez libres de le censurer.

    A Messieurs Pierre-Christophe Baguet, Christian Blanc et André Santini, qui aviez choisi, quand à vous, de rejoindre Nicolas Sarkozy dès le premier tour, je ne peux lancer le même appel, même si vous avez souhaité vous fondre comme auteurs parmi vos anciens camarades à la faveur d’un ordre alphabétique : Je vous appelle humblement à la cohérence et au respect envers les électeurs centristes. C’est bien à vous qu’il revient de tenter de représenter ce ‘centre libre au sein de l’UMP’. Et je vous souhaite bien du courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *