Dans l’indifférence générale le gouvernement s’attaque à l’enseignement artistique en France mis en place par Marcel Landowski et André Malraux !

lando03.jpgJ’apprends dans un tract du SNAM reçu en Mairie que le « Ministère de la Culture et de la communication a décidé dans sa directive nationale d’orientation de supprimer purement et simplement pour les 3 prochaines années (et après ?) les subventions des Conservatoires à Rayonnement Départemental (CRD) et des Conservatoires à rayonnement Régional (CRR) non adossés à des pôles supérieurs. Or, il existe 9 pôles supérieurs en France, 38 CRR et 105 CRD. Cela signifie que seule une quinzaine de conservatoires sur 143 seront désormais subventionnés !!! »

Encore un cadeau pour les collectivités locales déjà étranglées par la réforme territoriale (loi NOTRe, baisse des dotations de l’Etat) et contraintes à faire des choix drastiques dans leurs dépenses actuelles…

La ficelle est un peu grosse… Mais on la connaît bien : la méthode Valls est à l’œuvre sur tellement d’autres sujets. On supprime les subventions, et on conseille aux organismes subventionnés de se retourner vers les Régions, les Départements, les Communes ou leurs regroupements… Comme ils ne peuvent pas faire face à de nouvelles dépenses alors que leurs recettes diminuent par ailleurs, les organismes finissent par mourir étranglés… Et le gouvernement de crier à hue et à dia contre les collectivités locales !!!

Ainsi, Fleur Pellerin entend supprimer les subventions à la majorité des conservatoires, mais dans le même temps elle leur demande de respecter le Schéma National d’Orientation Pédagogique ! Quel intérêt pour les conservatoires d’accepter les contraintes sans les subsides qui permettent de les assumer ?

Où vont donc se former nos musiciens de demain ? A l’étranger ?

La fragilisation des conservatoires et des orchestres permanents, mise en œuvre par le gouvernement socialiste, est un recul de près de 50 ans ! C’est une remise en cause totale du plan musical de Marcel Landowski* (1969) qui aura permis de développer sur tout le territoire national conservatoires et orchestres permanents. Nous savons le succès de ce plan, l’excellence artistique qu’il a permis de générer. C’est tout cela que le gouvernement socialiste veut détruire.

Décidément, le gouvernement au lieu de pratiquer des coupes sombres de cette manière devrait relire -il y en a pour une heure- l’excellent lire de Max Detoeuf : « Propos de OL Barenton, Confiseur » :

« Il n’y a pas d’un côté les recettes et de l’autre les dépenses. Il y a d’une coté les recettes et les dépenses utiles, et de l’autre, les dépenses inutiles. »

La rôle du gouvernement est de diminuer les dépenses inutiles, d’une part, et de l’autre, de protéger les recettes et les dépenses utiles !


(*) Marcel Landowski, en 1966, est nommé par André Malraux directeur de la musique, de l’art lyrique et de la danse (premier directeur de la musique en France depuis Jean-Baptiste Lully) au Ministère des Affaires Culturelles, fonction qu’il exercera jusqu’en 1975. On lui doit notamment la définition d’un plan décennal pour la musique, la création de l’orchestre de Paris en 1967 dont la direction est confiée à Charles Munch, la modernisation de l’enseignement dans les conservatoires, la mise en place de grands orchestres de régions, de classes à horaires aménagés pour la danse et pour la musique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.