Développer les circuits courts

Le « Conseil de Développement » du Pays du Haut-Entre-Deux-Mers entend travailler sur le développement des « circuits-courts » pour développer une agriculture locale plus durable :

  • moins d’intermédiaire, pour une meilleure répartition de la valeur ajoutée dans la filière,
  • moins d’utilisation des transports pour une diminution des émissions de CO2.

Ce développement s’organise en encourageant la mise en relation directe des agriculteurs et des commerçants (relation avec la grande distribution, relation avec les commerçants et les artisans), des agriculteurs et des consommateurs (marchés, vente à la propriété, vente directe), des agriculteurs et des utilisateurs (restaurateurs, cantines scolaires).

Lire à ce propos la fiche du Ministère de l’Agriculture et les déclarations de Michel Barnier :

PlanactionCircuitsCourts.pdf

5 commentaires sur “Développer les circuits courts”

  1. bonjour,

    Je trouve dommage (voire étonné) à quelques semaines d’élection européenne que votre blog ne parle pas de l’UE et de l’ importance pour les Français d’être représenter par des vrais députés de valeurs et non pas des second couteaux ?

  2. Et bien voilà qui est fait Clotaire, grâce à vous le sujet est abordé !

    J’attendais encore un peu, que la campagne soit lancée, pour aborder le sujet sur mon blog.

    Je suis un européen convaincu : par ma famille et ma belle famille, par raison et par conviction…

    Dans le Sud-Ouest je soutiendrai la liste menée par Dominique Baudis, avec Christine de Veyrac et Alain Lamassoure, dont nous saurons dans quelques jour la composition.

    J’aurais préféré, a titre personnel que Sonia Dubourg-Lavroff soit candidate en seconde position sur cette liste, mais il en a été décidé autrement.

    Comme vous le voyez, Dominique Baudis, Christine de Veyrac et Alain Lamassoure ne sont pas des seconds couteaux ! Alain Lamassoure fait partie, notamment, des eurodéputés français les plus actifs à Bruxelles.

    J’ai fait campagne pour le OUI lors du dernier referendum.

    Faisant campagne pour le OUI, j’ai toujours regretté que la partie III de la « constitution » ait été soumise au vote, dans la mesure où cette partie était un conglomérat des traités antérieurement signés. Les parties I et II, soumises au vote, seraient passées sans problème.

    Bonne campagne et à bientôt sur ce blog pour parler d’Europe et de l’Europe !

  3. Parler de l’Europe simplement au moment des élections européenne, C’est déjà la considérer comme une une organisation mineur. L’UE doit être au sens de nos préoccupations, nous devons faire l’Europpe et non pas la subir.

  4. Vous sans doute, mais je trouve l’ensemble de la classe politique un peu timoré vers très timorés sur le sujet….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.