Gaullistes, nous devons respecter et accepter la décision du Conseil Constitutionnel !

Depuis quelques jours, nous assistons médusés à un dézingage en règle de notre République, par une bande de sniper irresponsables, des soi-disant néo-gaullistes, qui, au nom de l’UMP, sur les plateaux de télévision, dans les matinales, salissent nos institutions.

Leur exposé est le suivant: les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy ont été rejetés par la Commission Nationale des Comptes de Campagne. L’appel auprès du Conseil Constitutionnel n’a pas été entendu par les sages. Donc ces deux organes sont au service du pouvoir, et partie d’un complot contre la personne de Nicolas Sarkozy !

Ça suffit ! Ne laissons pas jeter en pâture les institutions de la République !

Je ne me reconnais pas dans ces discours qui au lieu de faire notre propre autocritique préfère jeter le trouble et la suspicion sur les institutions.

Les gaullistes doivent, en 1er lieu, respecter et faire respecter la constitution voulue par le Général et les institutions qui en découlent. Elles sont la boussole de la République et au cœur de notre démocratie.

A qui veut-on faire croire que le Conseil Constitutionnel, organe indépendant s’il en est, présidé qui plus est, par Jean-Louis Debré, ancien Président de l’Assemblée Nationale, ancien Ministre de Jacques Chirac, serait à la botte du Parti Socialiste et au cœur d’un complot contre le Président Nicolas Sarkozy ?

Dans un pays en crise et en mal de repaire, on n’a pas le droit de critiquer les institutions comme le font un certain nombre de représentants de l’UMP ces jours-ci.

Plutôt que de nous retourner vers les institutions qui nous donnent tort, retournons-nous plutôt vers nous-mêmes, avec raison.

Qui était en charge de l’organisation de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy ? Qui était en charge de l’élaboration des comptes de campagne ? Quelles erreurs avons-nous faites qui aujourd’hui, amène les institutions de la république à invalider l’ensemble ? Voilà les questions que j’aimerais entendre dans les médias et dans la bouche de nos représentants.

Les interventions récentes de certains responsables de l’UMP sont une faute morale. Car en dénigrant nos institutions, elles ouvrent la porte à tous les populismes.

Soyons donc responsables et comptables de nos erreurs, au lieu de les attribuer à d’autre. L’UMP a besoin d’argent : Où est le complot ? A qui la faute ?

  • Nos défaites aux sénatoriales de 2011 et aux législatives de 2012 ont entraîné une baisse des dotations publiques d’environ 10 millions d’euros.
  • Le non-respect de la parité, car l’UMP a présenté moins de 30% de femmes lors du scrutin de juin 2012, a entraîné une retenue d’environ 4 millions d’euros sur les subventions.
  • L’organisation désastreuse des élections internes de novembre 2012 a jeté le discrédit sur une UMP « qui apprend la démocratie » et a provoqué la désertion des militants : aujourd’hui, 100000 adhérents ont renouvelé leur adhésion, sur les 324000 à jour de cotisation au moment du vote en novembre 2012 ; soit une perte de 5 millions d’€uros.

Au lieu de vouer aux gémonies les institutions de la République, Jean-François Copé devrait faire amende honorable et proposer sa démission de la Présidence de l’UMP. Car sur chacun de ses sujets, c’est lui qui était aux responsabilités en tant que Secrétaire Général. Il y a quelques mois déjà, Domnique Dord, Trésorier de l’UMP avait tiré la sonette d’alarme avant de démissionner, faute davoir été entendu.

Monsieur le Président de l’UMP, chez les Gaullistes on ne badine pas avec la responsabilité. C’est une marque de fabrique. Chez les Gaullistes, la responsabilité n’est pas détachable de la culpabilité. Prendre ses responsabilités, c’est parfois savoir démissionner.

2 commentaires sur “Gaullistes, nous devons respecter et accepter la décision du Conseil Constitutionnel !”

  1. Bien dit ! Les responsables de cette situation doivent être les premiers à payer ! à quoi servent les directeurs de campagne s’ils ne surveillent pas les dépenses conséquentes pour en plus dépasser le plafond ! L’exemple doit venir d’en haut, mais à un certain niveau, on constate que les gens ne savent plus compter…et deviennent irresponsables. Pour autant, la solidarité des « petits » ne doit pas servir à rattraper les erreurs des « grands » . Que les médias arrêtent de mettre en haut de l’affiche, ceux qui nous ont mis au fond du trou…

  2. Yves,

    Amicales et sincères félicitations pour cette prise de position qui, dans la tourmente que nous traversons, est un véritable appel à la citoyenneté. Enfin !

    En aparté, saluons aussi le silence de l’ancien Premier Ministre qui DOIT rester muet sur cette affaire!

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.