L’abeille qui voulait être Reine !

Un jour une Abeille décida de changer de ruche. Non pas que dans sa ruche d’origine le miel soit mauvais. Mais cette abeille originale voulait, à tout prix, être la première. De sa ruche, elle souhaitait être la Reine, tout simplement…
Elle avait acheté pour mieux paraître, un grand panache blanc.

Elle a rencontré les abeilles, parlé avec les bourdons, elle a même débattu avec la reine, mais rien n’y a fait, on ne voulait pas l’élire reine de la ruche…

Voyant qu’elle n’y arrivait pas, elle décida de mettre une ruche au centre des toutes les ruches. Elle s’y installa et cria à hue et à dia, que cette ruche là, était la meilleure ! Que c’est là et nulle part ailleurs qu’il fallait travailler. Elle n’était « Ni d’un coté, ni de l’autre ». Cette ruche pouvait profiter de toutes les fleurs, des fleurs des champs, côté prairie, des fleurs des arbres à l’orée de la forêt, des fleurs du jardin public situé non loin de là… De là, on irait butiner partout car partout « il y a de bons pollens »…

Bref les abeilles qui rejoindraient sa ruche ne s’encombreraient d’aucun clivage…

Oui mais voilà, après avoir attiré moultes ouvrières, ces dernières s’aperçurent bien vite, que l’abeille n’avait pas créé une ruche pour faire du miel… mais simplement pour être reine ! Et une à une les ouvrières, décues, regagnèrent leur ruche d’origine.

Notre abeille changea donc de stratégie ! Ne pouvant retourner dans la grande ruche –l’abeille était trop fière- et sa ruche centrale n’ayant pas fonctionné… Elle et quelques ouvrières allèrent vers les ruches opposées, après avoir envoyé un émissaire…

« Nous sommes des vôtres, nous pouvons travailler, votre miel et le notre ont la même saveur, joignons nos efforts, le fruit de notre labeur, ensemble construisons une grande ruche avec ardeur ».

Les abeilles furent interloquées… « Ne venez vous pas de la grande ruche ? Ne butiniez vous pas hier, dans d’autres fleurs ? » «Comment se fait-il qu’aujourd’hui notre miel vous intéresse ? Pourquoi voulez vous en faire votre beurre ? »

Mais l’abeille qui voulait être Reine avait vu juste. Car l’une des ruches – la plus importante – avait déjà deux reines… Or l’une et l’autre se dire qu’avec ces abeilles supplémentaires, elle pourrait peut être un jour devenir la première !

On admit les nouvelles abeilles et l’abeille première…

Et bientôt, toutes les ouvrières, au lieu de travailler et de produire du miel, se mirent à bavarder en se lustrant les ailes… Et de mémoire d’abeille, cette ruche devint la première ruche sans miel … Sans miel peut-être, mais avec trois reines !

A suivre …

A lire aussi sur ce blog, d’autres histoires naturelles :

9 commentaires sur “L’abeille qui voulait être Reine !”

  1. Bravo Yves Je suis admiratif, car c’est exactement ça. Sur le plan local la Reinette butine déjà avec les Abeilles des deux autres ruches, bien que je ne suis pas persuadé que l’aura de la Reinette n’en ait pas pris un sacré coup avec le problème de l’aire des gens du voyage qu’il voudrait implanter à Barsacnsur un terrain …en AOC !!!

  2. Bravo Yves j’adore la metaphore mais attention à ne pas faire injure à l’abeille car elle, elle est intelligente !
    J’ajoute qu’il se dit en patois (dixit mes grand-parents Bèarnais dont je me revendique): « faux et courtois comme un bearnais ». Enfant, je n’avais pas bien compris; hélas aujourd’huj je sais.
    Amicalement à toi et surtout continue…

  3. Vous avez un véritable talent (que je vous envie) pour décrire exactement la situation.
    De plus, selon vos lecteurs, certains pensent que vous décrivez une situation locale, d’autres nationale.
    Là est l’intérêt d’un billet, que chacun aie une lecture qui lui convient, qu’il le comprenne selon ses désirs.
    Le billet est juste quelle que soit la lecture.

  4. Le problème c’est que toutes les ruches butinent en réalité les mêmes fleurs. Or les abeilles de la grande ruche ont changé de technique et cela nuit à la production de miel mais surtout à pollinisation.
    Il est donc grand temps que les ruches dissidentes s’unissent pour sauver les fleurs communes.
    L’abeille qui « voulait être reine » est par sa liberté et son courage bien placée pour jouer, cette fois, un rôle d’ouvrière dans cette tache…

  5. rendez-vous en 2011 monsieur damecourt, et vous verrez que les abeilles piquent… votre gestion du groupe au conseil général se traduit par des cantons perdus à tour de bras, et comme les bras sont petits, vos gesticulations qui ne servent à rien réduise gironde je ne sais plus quoi à un sanctuaire d’ump en péril.
    Au fait j’habite langon j’ai été RPR longtemps, je suppose que le michel D c’est l’ancien secrétaire cantonal de podensac qui nous faisait bien rire dans les comités par sa haute vue sur les situations politiques. j’ai quitté le RPR a temps pour pas voir la débacle en sud gironde. je suppose aussi que la reinette c’est le maire de barsac ??? non ??? je serai à la place des michel D, michel B et philippe D, je compterai pas trop sur la disparition de la reinette, je fixerai la lorgnette plus loin que le problème d’aire d’accueil des gitans, la vie est longue, et moi il me parait plus courageux que péteux sur cette affaire, et au final les gens aiment les gens courageux.

  6. boccolique métaphore! cependant seuls certains hymenoptéres peuvent devenir Reines, les sexués de remplacement. ils sont inibés en présence de la régente. votre métaphore est à ce titre interessante. outre le sous entendu sur la castration des lieutenants d’appareil, il y a aussi impossibilité pour les soldats d’être autre chose que du consommable à la cause. votre métaphore s’applique pour tout systéme politique (dont le votre) ou autres du moment que l’interet général nie l’individu de base. la ruche n’a qu’une intelligence collective et des ouvriers décerebrés. l’humanité s’est crée sur d’autres postulats. au fond plus efficaces, même si l’on tente de nous faire croire que c’est la compétition le meilleur moteur; notre pricipale différence avec l’animalité c’est le soutien au plus faible ( mutualisation) puisque cela nous oblige implicitement à des efforts de productivités inégalables autrement. ceci est développé par M Darwin lui même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.