Le coup monté : les 50000 militants « planqués » de l’UMP.

J’ai lu le livre de Carole Barjon et de Bruno Jeudy. C’est le journal de notre calvaire. Tout ce qui est arrivé et que chacun de nous ne souhaitais pas. Le scénario dont François Hollande a rêvé, et que l’UMP a fait !

Pourtant, ce livre ne retrace pas ce qui, selon moi, est la véritable imposture de ces élections internes. Les 50000 militants « planqués » de l’UMP.

Lorsque Nicolas Sarkozy est battu en mai 2012, l’UMP compte environ 274000 militants à jour de cotisation. Ils seront 324000 le jour du vote en novembre. Ces chiffres sont connus de tous, mais personne ne s’en indigne, personne ne s’en émeut…

Quelques semaines avant le vote, chaque fédération UMP a reçu le nouveau fichier des militants en droit de voter. Les chiffres avaient explosé un peu partout. Dans chaque circonscription, de nombreux « nouveaux militants » dont on avait ni le numéro de téléphone, ni l’adresse email… Pourtant, un certain nombre d’entre eux recevait régulièrement des messages du Secrétaire Général (email, SMS).

Tout se passait comme si, à l’UMP, il y avait deux fichier. Le fichier connu de tous, et un fichier connu de certains seulement…

Ces militants « nouveaux » n’étaient pas dans le fichier de l’UMP au moment des élections législatives. Cela nous aurait pourtant servi pendant la campagne. Nous ne les connaissions pas non plus pendant la recherche des parrainages pour l’élection à la Présidence de l’UMP. Ils sont apparu dans les listings, comme par enchantement, entre la désignation des candidats et l’élection du Président…

Un ami à qui je racontais cela récemment me dit tout de go : « Si Fillon n’a pas compris que pour arriver là, il faut tricher ! »… Je suis resté pantois. Je crois encore qu’on peut y arriver sans tricher ! Et j’espère que nous sommes nombreux dans ce cas là !

La vérité n’est pas un but. La vérité est le chemin.

Lire à ce sujet sur ce blog :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.