Un jeune apprenti travaillait dans un atelier de menuiserie. Au bout d’une année, pour l’aider dans sa formation le maître menuisier lui offrit une boite à outils. Tellement heureux de ce cadeau et très enthousiaste l’apprenti se mis à l’écart et l’ouvrit. Il connaissait tous les outils : ceux de sciage, ceux de tranchage, les outils de frappe, ceux de finition, les outils de perçage, les différents crayons… Mais au fond de la boîte, il y avait un outil qu’il ne connaissait pas. Il ne l’avait jamais vu, il n’en connaissait pas l’utilisation…

« A quoi sert cet outil ? » demanda l’apprenti. « Comment est-ce qu’on s’en sert ? A quoi sert-il ? Pour quoi faire ? »
« Regarde le bien » lui dit le menuisier. « Regardes sa forme, la façon dont il est fait, garde le toujours avec toi et ne le jette pas. Un jour, c’est sûr, il te servira. ».

Un jour, le vieux menuisier mourût. L’apprenti devint menuisier. Sur chaque chantier, il portait sa boite à outils. Il emportait toujours avec lui le fameux outil, et le souvenir de son maître. Et pourtant, cet outil était lourd à porter, lourd à déplacer. Il ne savait même pas l’utiliser !

Parfois même, on se moquait de lui ! « Qu’est ce que tu trimbales dans ta boite à outil ? A l’heure d’internet tu devrais te séparer de tous ces outils : ils sont ringards ! Regarde celui là, on ne sait même pas à quoi il sert !»

Et puis un jour, alors qu’il travaillait, il eut une forme particulière à fournir, dans un bois tellement dur, que dessus toutes les lames s’émoussaient puis se brisaient. Dans un éclair de génie il se dit : « cette forme, cette dureté,… EUREKA, j’ai trouvé, l’heure du vieil outil est arrivée ! ». Ce travail particulier, il fut le seul à pouvoir le réaliser, parce qu’il avait gardé avec lui, ce vieil outil. Il se souvient alors de son maître d’apprentissage et de son conseil : « Regardes sa forme, la façon dont il est fait, garde le toujours avec toi et ne le jette pas. Un jour, c’est sûr, il te servira. ».

Tout au long de notre vie, des outils nous sont donnés, des connaissances, des usages, des us et coutumes, des valeurs aussi… Mais qui sait dire, au moment où on nous les transmet, le moment exact où ils nous serviront…

A lire aussi sur ce blog, d’autres fables ou histoires naturelles :

Une fable chinoise :

Des histoires plus « technologiques » :

1 commentaire pour “Le jeune apprenti et le vieil outil.”

  1. C’est tellement vrai ! Combien d’outils sont le fruit des traditions et d’un travail spécifique. La bigue pour tirer les cavaillons, les outils du bois des tonneliers et combien d’autres encore sont l’histoire et le patrimoine des hommes, de leur savoir-faire et de leurs territoires…

    Le jeune apprenti et l’héritage de son maître pour un bonheur partagé et une fierté réciproque du travail bien fait grâce aux outils adaptés !

    Bravo Yves !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.