Le principe des « primaires ouvertes » en 2016 adopté par l’UMP !

Le bureau politique de l’UMP a adopté le principe des « primaires ouvertes » pour 2016. Il sera proposé aux militants. Certains s’élèvent déjà contre cette organisation « au nom du Gaullisme ». Pour ma part, je suis très favorable à cet exercice de la démocratie. Je trouve même que les primaires ouvertes sont une version « Gaullienne » de la modernité !

Dans la 5ème république voulue par le Général de Gaulle, le système repose sur l’élection du Président et l’élection du Parlement.

En ramenant le mandat du Président à 5 ans, Jacques Chirac a fait de l’élection du Président de la République, la pierre angulaire de notre édifice démocratique. Elle est primordiale !

Quelques mois après l’élection de François Hollande, un très grand nombre de Français regrette de n’être pas allé voter, ou d’avoir voté blanc. D’autres regrettent d’avoir voté pour le Président. Chacun prend conscience, que tout s’est joué le jour de l’élection du Président. Certains ne se souviennent même pas des élections législatives qui ont suivi… (moi si !)

Ceux qui trouvaient que le débat des Présidentielles, précédé des primaires socialises, avait été trop long, pense aujourd’hui qu’ils auraient dû l’écouter plus. Car tous les commentaires d’aujourd’hui sur l’action du Président, étaient dans les débats qui ont précédé son élection. Personne ne peut dire aujourd’hui « je ne savais pas » ! Chacun est devant ses responsabilités.

Le Président de la République a bien été choisi par le peuple. Il n’a pas volé sa victoire, et chacun savait. C’est même peut-être la raison de la crise « politique » que nous vivons actuellement. Chacun de nous est coresponsable de la situation, comme dans une démocratie véritable.

Le débat des primaires socialistes, couvert par les télévisions toujours plus nombreuses, relayé par les réseaux sociaux comme jamais, a apporté un éclairage nouveau sur les candidats : le regard de leurs amis politiques. Quand sans primaire on s’en tient au regard des médias, de ses opposants, et à celui des militants.

C’est important, et ça change tout.

Chacun sait combien le Général de Gaulle respectait et se méfiait des partis politiques. L’élection du Président de la République au suffrage universel, voulue par le Général, a été créée pour lui permettre de s’affranchir de l’emprise des partis, pour permettre la « rencontre d’un homme et du peuple de France ». Elle a été faite pour court-circuiter les partis, y compris celui qu’il avait lui-même créé, le RPF.

Pour le Général, les partis ont un rôle dans la conquête, et dans l’information électorale, mais pas dans le choix du candidat. En substance, le parti est là pour soutenir un candidat choisi par le peuple, pas pour le choisir lui-même !

Or, aujourd’hui, comment mieux s’affranchir de l’emprise politique des partis politiques, que d’organiser des primaires ouvertes ? Comment mieux se conformer à l’avis du peuple, que de le consulter ?

Par ailleurs, les primaires « ouvertes » doivent permettre, aussi, de préparer un gouvernement qui ne repose pas sur un seul parti. Car se faisant, le candidat tient sa légitimité d’au-delà même des partis. Il peut ainsi, une fois élu, composer son gouvernement au-delà.

Souvenez-vous de l’incompréhension des militants de l’UMP, lorsque Nicolas Sarkozy a choisi de faire rentrer au gouvernement Bernard Kouchner, Jean-Marie Bockel, Fadela Amara,… Quand il tenait sa légitimité du parti ! Les choses auraient été bien différentes si Nicolas Sarkozy avait été sélectionné à l’aide de «primaires ouvertes».

Pour le Général, si le Parti doit « jouer un rôle électoral et de conquête », il ne doit pas cadenasser le gouvernement, il ne peut pas être le gouvernement. Car le gouvernement n’a qu’un chef, c’est le Président de la République. Depuis que ce dernier est élu pour 5 ans, c’est évident !

Il me semble que les « primaires ouvertes », sont de ce point de vue, parfaitement en adéquation avec la pensée gaulliste. Sans doute le Président François Hollande n’a-t-il pas prix la mesure de tout cela.

En conclusion, je pense que les « primaires ouvertes » sont compatible avec la pensée du Général de Gaulle. Je dirai même qu’elles en découlent.

Car pour permettre la rencontre d’un homme avec le peuple de France, encore faut-il organiser un rendez-vous !

A lire aussi à ce sujet :

A lire aussi sur ce blog :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.