Les services à domicile : un atout économique et social

Les services à domicile connaissent depuis deux ans un véritable boom. 600.00 emplois ont ainsi été créés en 2006 et 1.5 million sont à attendre dans les années à venir. Si le potentiel de ces nouveaux emplois n’est pas encore atteint, leur principal concurrent demeurant le travail non déclaré, ils ont néanmoins permis l’émergence d’un nouveau secteur économique particulièrement dynamique.

Partout en France, ils ont suscité la création d’entreprises de proximité favorisant le développement local en offrant des emplois non délocalisables. Encouragés par la loi Borloo votée en 2005, de nouveaux services sont créés chaque année dans des domaines extrêmement variés : soutien scolaire, coiffure, aide aux personnes âgées, livraisons de plats, lecture, jardinage, gardes d’animaux…

Les atouts de ces nouveaux services ne sont plus à démontrer. Ils sont d’abord accessibles à tous ceux qui souhaitent en bénéficier. Le chèque emploi service universel (CESU) mis en place par la loi Borloo a été un véritable passeport pour la réussite du dispositif. Se présentant sous la forme d’un chèque prépayé, dont une partie est prise en charge par l’entreprise ou la collectivité, il présente l’avantage d’échapper à une partie de la lourdeur des démarches administratives et ouvre droit à des crédits d’impôts.

L’utilisation de ce nouveau mode de paiement, après avoir longtemps été réservée aux personnes âgées et handicapées, s’est largement diffusée au sein de la société amenant de nouvelles catégories sociales, telles que les jeunes actifs, à accéder à ces nouveaux services.

Quand une entreprise emploi un salarié, cela est considéré comme une dépense déductible pour le calcul de l’impôt, il est bien normal qu’il en soit de même pour un particulier !

En savoir plus :
Découvrir le site du CESU

2 commentaires sur “Les services à domicile : un atout économique et social”

  1. Il y a encore beaucoup de "ménage" à faire dans ce secteur,
    outre que ce sont surtout des emplois très, très précaires, qui permettent rarement de sortir de la pauvreté.

  2. C’est vrai Régis, mais ce sont aussi des emplois solidaires qui permettent de rompre l’isolement, des aidés et des aidants… Le processus de professionnalisation est en cours, notamment au sein du CADA (Club ami des anciens), association qui intervient sur notre secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.