Lettre à Éric Piolle, maire de Grenoble, qui veut changer l’agriculture française

Ancien maraicher, l'ecrivain Jean-Paul Pelras n'est guere enthousiaste du projet du candidat EELV Eric Piole pour l'agriculture.

TRIBUNE. Ancien maraîcher et figure catalane de la résistance paysanne, l’écrivain Jean-Paul Pelras a lu le projet du candidat EELV Éric Piolle pour l’agriculture.

Monsieur,

Vous avez récemment déclaré, dans le cadre de votre candidature aux primaires de EELV, vouloir créer 120 000 emplois en agriculture et 25 000 fermes communales agroécologiques. C’est à se demander comment le monde paysan n’a pas croisé votre chemin plus tôt. Car depuis que les écologistes s’intéressent à l’agriculture sans forcément savoir ce qu’il en coûte de la pratiquer, ce secteur d’activité semble livré à lui-même, comme incapable de pouvoir gérer sa propre destinée. Le salut champêtre, celui qui emprunte forcément à la providence pour ne pas dire à l’opportunisme, nous viendrait donc de Grenoble avec un maire qui, à défaut d’être qualifié pour traiter la question, sait ce qu’il y a de mieux pour sauver vignes, vergers, jardins, troupeaux et moissons. Quand on sait qu’une vie ne suffit pas au paysan pour arpenter toutes les facettes de son métier, comment, à bien y regarder, un élu, autrefois spécialisé dans la gestion des risques financiers, peut-il prédire l’avenir d’un secteur qui lui est étranger ?

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.