Mon « ni-ni » à moi : ni Front de Gauche, ni Front National !

Dimanche matin j’ai écouté avec attention François Fillon qui était l’invité du grand rendez-vous d’Europe 1 et d’I télé. J’ai trouvé l’émission excellente. Je lui ai d’ailleurs envoyé un SMS pour le lui dire.

Je pensais que les médias relateraient l’analyse de François Fillon sur la Syrie… François Fillon expliquait pourquoi et comment la pression diplomatique devait être mise sur la Russie. Quelques jours plus tard, chacun se rend compte que c’est François Fillon qui avait raison : la solution diplomatique est en Russie. Et Wladimir Poutine donne « des leçons de Paix » aux deux derniers prix Nobel : Barack Obama et à la Communauté Européenne…

Et bien, que neni ! C’est une petite phrase de fin d’interview qui a fait le buzz !

Une petite phrase qui risque de suivre François Fillon quelques mois encore! Une petite phrase que les médias lui resserviront dans chaque émission !

Après que François Fillon ai dit « Une alliance entre le FN et l’UMP vous plaisantez ? » un journaliste opiniâtre remettait le couvert : « Si aux municipales de 2014 deux candidats du PS et de l’UMP se retrouvent face à face voterez vous pour le candidat du FN ou pour le candidat du PS ? » François Fillon, a répondu « pour le moins sectaire des deux » !

Il est loin le temps où le soir du 1er tour, le code électoral prévoyait que chaque formation politique doive apporter « ses suffrages » au candidat de son choix. C’était le temps des alliances parfois contre-nature, des compromis odieux, des petits calculs entre partis, le temps des surprises aussi, de fin de soirée électorale.
Rendez-vous compte, au soir du 1er tour, chaque parti politique comptait ses voix et les apportait au candidat de son choix !

Pierre de Bénouville n’avait-il pas dénoncé le 17 juin 1954 le jour de l’installation du Gouvernement Mendès-France : « une loi électorale truquée qui a fait s’apparenter les contraires »… Ainsi Jean Raffarin, Roland de Moustier, André Bettencourt, André Moynet, Jean-Michel Guérin, Philippe Monin du CNIP rejoignait le gouvernement. Tout comme les Gaullistes de l’URAS dont le Général de Gaulle dira « qu’ils sont allés à la soupe ! », le MRP…

Le code électoral a changé, mais la question, elle, est restée ! Et le soir du 1er tour on demande au Front De Gauche si il appelle à voter pour le candidat PS, on demande aux partis politique de droite si ils appellent à voter PS ou FN, on demande au FN si il soutient l’UMP…

Autant de question qui n’ont aucun sens dans une démocratie où le suffrage universel est la règle, et où chaque citoyen dépose son bulletin dans l’urne de la République ! Une démocratie où l’électeur s’affranchit des consignes des partis politiques et où l’osmose se développe entre les partis contestataires et les partis de gouvernement. Quant aux partis contestataires entre eux, c’est carrément les vases communiquant !

Cette question n’a donc aucun intérêt, car elle ne reflète aucune réalité ! Mais comme on la posait autrefois, au siècle dernier, on continue à la poser. C’est une sorte de tradition ! Elle permet au microcosme de se gargariser, et aux imprimeurs de vendre du papier !

Quand bien même cette question aurait un intérêt, celle-là ne fut pas posée dans le bon sens ! Car en 2014, aux municipales, qui sera au second tour ? Lors des récentes élections partielles à Compiègne ou à Villeneuve-sur-Lot c’était l’UMP et le FN ! Un certain nombre de sympathisants PS a fait son choix : il a voté pour le Front National !

Quant à moi, je ne voterai jamais pour un candidat d’extrême droite. Pas plus que pour un candidat d’extrême gauche. Selon moi, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon représentent l’un et l’autre le même danger pour la France. L’un et l’autre espèrent être au second tour de la prochaine élection Présidentielle.

Qui au Front de Gauche a dénoncé ce tweet de l’un de ses responsable en juillet dernier ? Il revait d’un « tsunami sur la plage de Copa Cabana » au Brésil pour emporter tous les jeunes chrétiens qui y étaient rassemblés dans le cadre des JMJ (Journées Mondiales de la Jeunesse). Qui a dénoncé ce tweet, parmi tous les donneurs de leçon d’aujourd’hui ? Personne !

Front_de_Gauche.jpg

Il y a ici à Sauveterre-de-Guyenne, de nombreux descendants des familles qui ont fuit l’Italie de Bénito Mussolini. Ici on sait que Bénito Mussolini a commencé sa carrière politique à l’extrème gauche, avant de conquérir le Parti Socialiste Italien (PSI) et de tendre la main à l’extrême droite pour former la ligue fasciste. Ici on sait, que contrairement à ce qui est le plus souvent raconté et parfois même admis, le fascisme est né à l’extrème gauche.

Pourtant, dans quelques semaines, le Parti Socialiste et le Front de Gauche anonceront des listes communes aux élections municipales, sans que personne ne s’en émeuve!

Les extrèmes chantent aux oreilles des électeurs comme la Loreleï sur son rocher chantait aux oreilles des marins pour les attirer, les voir s’échouer, et mieux les voler et leur dérober leur biens.

Je ne suis d’accord en rien avec la politique que mène le Président de la République François Hollande et le gouvernement Socialiste de Jean-Marc Ayrault. Je ne comprends pas qu’Harlem Désir refuse de débattre avec Jean-François Copé, le Président de l’UMP.

Mais je n’oublierai jamais que le 14 janvier 2005 Jean-Marie LE PEN, alors Président du Front National a dit qu’ »il y aurait beaucoup à dire » sur le massacre d’Oradour-sur-Glane et que l’occupation allemande n’était « pas particulièrement inhumaine ». Depuis cette date, je n’ai entendu aucune excuse ni de la part du FN ni de la part de Marine Le Pen sa nouvelle Présidente.

Au total, 642 personnes ont été massacrées à Oradour-sur-Glane le 10 juin 1944.

La meilleure façon de combattre les extrèmes, c’est de réformer la France ! Nous avons besoin de quelqu’un d’expérience pour réformer la France.C’est pour cette raison que je soutiens François Fillon.

Mais les réformes dont nous avons besoin ne sont ni celles proposées par le Front de Gauche, ni celles proposées par le Front National.

Mon « ni-ni » à moi : c’est ni Front de Gauche, ni Front National !

2 commentaires sur “Mon « ni-ni » à moi : ni Front de Gauche, ni Front National !”

  1. Les journalistes ne s’intéressent qu’aux petites phrases pour faire le « buzz », les vrais discours leur passent par dessus la tête, dommage. Que Mr FILLON ne lâche rien, et même montre encore plus de fermeté et de détermination dans ses positions et ses solutions pour la France, c’est cela le plus important ! Si les autres veulent perdre leur temps en polémiques, tant pis pour eux…

  2. Il est TERRIBLE ce Tweet ! Extreme ! Le slogan du Front de Gauche ne dit-il pas « l’humain d’abord » ? L’humain, mais pas les les cathos, trop spirituels à leur goût ? Çà ressemble à de la xénophobie…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.