Philippe Madrelle écrit aux Maires du canton de Sauveterre-de-Guyenne

Dans une lettre envoyée aux Maires du Canton de Sauveterre de Guyenne, Philippe Madrelle fustige ma position sur le vote du budget… Une polémique qui date de quelques mois (04/06), dont le Président semble prendre connaissance aujourd’hui, à la veille d’échéances électorales !

Lire l’article à ce sujet sur mon blog : « Polémique avec le Président Madrelle ».

Cette polémique m’avait valu d’être l’invité d’Alain Pagès sur France Bleue Gironde. Philippe Madrelle avait rétorqué, le lendemain, sur les mêmes ondes, que j’étais « un agité qui raconte n’importe quoi ». Aujourd’hui Philippe Madrelle consacre 3 pages à l’agité.

Dans cette lettre de 3 pages, le Président Madrelle, après avoir battu en brèche mes arguments, revient sur le prétendu et sempiternel « désengagement de l’état » dont il attribu, trop facilement, la paternité aux gouvernements Raffarin et de Villepin ! C’est un peu facile, d’attribuer tous les défaut aux gouvernements de droite, et toutes les qualités à ceux de gauche. Mais c’est la méthode de Philippe Madrelle : les bons à gauche, les mauvais à droite.

Vous pouvez relire à ce sujet mon intervention dans l’Hémicycle du Conseil Général : Le coût de la décentralisation en Gironde.

Il est vrai que Philippe Madrelle était absent de l’hémicycle quand je suis intervenu. Je n’ai donc pas eu le loisir de le convaincre… Il n’est revenu qu’au moment du vote ! Mais le lendemain le Cabinet du Président avait fait demander une copie de mon intervention.

En tout état de cause, je suis très flatté que le Président Madrelle me consacre une lettre entière, de 3 pages… ainsi qu’un autographe,

5 commentaires sur “Philippe Madrelle écrit aux Maires du canton de Sauveterre-de-Guyenne”

  1. On ne peut pas dire non à Bordeaux et ensuite dans son canton dire "c’est moi qui l’ai fait, la poule en forme de cul de poule comme il sied à l’aristocratie.
    M. Pompon d’Amécourt, il faut assumer complétement les conséquences de vos prises de position, même si cela doit vous coûter un siège et quelques émoluments bienvenus !!.

  2. Yves d'Amécourt

    Je vous laisse libre de vos propos. J’assume mes prises de positions, et il n’y a aucun écart entre ce que je fais à Bordeaux et ce que je fais dans le canton dont je suis lélu. Vous devriez lire ce que j’écris, avant de le commenter. Par contre je n’ai pas beaucoup d’estime pour ceux qui, comme vous, me juge sans me connaitre et sans me lire, en se basant sur la forme de mon nom et sur mes origines. L’avantage qu’a Philippe Madrelle, sur vous, c’est qu’il assume ce qu’il dit et qu’il signe ce qu’il écrit.

  3. Lucien. R.........

    La grande chance de tous les GIRONDINS est d’avoir un Président du Conseil Général respecté, respectable , humain ..un homme qui posséde une générosité sans fin.Un homme qui connaît les défauts des affamés de pouvoirs encore plus ceux qui sont prés à ramasser tous les honneurs qui se présentent ….

    Les siéges ne sont pas certains …ils peuvent se transformer trés vite en siége éjectables aussi!

    Les électeurs sont comme le temps …changeants …..

  4. "Respectué, respectable"…mais pas toujours respectueux.

    "humain"…il a donc des défaults ? Ouf !

    "généreux sans fin"…avec l’argent des contribuables ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.