Question orale avec débat de M. Jacques Valade sur la gratuité des musées

Lors de la séance du Sénat du mercredi 26 mars 2008 a été débattue la question orale avec débat de M. Jacques Valade (UMP, Gironde) sur l’expérimentation de la gratuité des musées.

Ce débat s’inscrit dans le cadre de l’expérimentation menée depuis le 1er janvier 2008, qui permet d’accéder librement, pendant six mois, aux collections permanentes de quatorze musées et monuments nationaux.

M. Jacques Valade a indiqué que 15 % des musées de France étaient gratuits. Il a rappelé que certaines collectivités territoriales avaient également rendu gratuits leurs musées : la ville de Paris, les douze musées de l’Isère, cinq musées de Dijon, deux musées de Caen et certains musées bordelais.

Si après trois mois de mise en oeuvre, les premières retombées semblaient positives en termes de fréquentation, M. Jacques Valade a cependant mis en garde contre les éventuels effets pervers de la gratuité dans le domaine de la culture : elle risquerait de déresponsabiliser les visiteurs, de banaliser la visite, voire de dévaloriser la mission de conservation, d’entretien et de valorisation des œuvres.

Il a demandé à la ministre quelle stratégie territoriale la gratuité servait, dans un contexte où des élus s’inquiètent, car la gratuité pouvait avoir des conséquences notables sur les ressources des collectivités locales.

Après les interventions de MM. Pierre Fauchon (UC-UDF, Loir-et-Cher), Serge Lagauche (Soc, Val-de-Marne), Pierre Bordier (UMP, Yonne), et Ivan Renar (CRC, Nord), Mme Christine Albanel, ministre de la culture et de la communication, a répondu que la politique tarifaire était un levier essentiel de diversification des publics.

Les politiques tarifaires actuellement appliquées sont très variées, allant de la gratuité totale à une politique de tarifs réduits ou de gratuité partielle pour certains publics. Les droits d’entrée dans les musées de France sont généralement peu élevés, entre 3 et 10 euros. 15 % d’entre eux pratiquent une gratuité totale pour les collections permanentes : il s’agit surtout de structures petites et moyennes, des musées de la ville de Paris et d’autres collectivités territoriales.

Le Premier ministre, dans son discours de politique générale, a demandé qu’une expérimentation soit menée afin de connaître l’impact du prix sur la fréquentation et la diversification des publics. Un échantillon représentatif des musées de France a été défini, en tenant compte de la diversité des situations entre les grands musées nationaux, qui connaissent des records de fréquentation, et les établissements plus confidentiels.

Deux dispositifs ont été prévus : le premier prévoyant la gratuité totale pour quatorze musées et monuments nationaux, le second prévoyant la gratuité un soir par semaine pour les jeunes de 18 à 25 ans dans quatre grands établissements parisiens. L’expérimentation, commencée début janvier, se poursuivra jusqu’à la fin du mois de juin 2008, a indiqué la ministre.

Le gouvernement dispose de premiers chiffres pour la période de janvier à février, durant laquelle la fréquentation dans les quatorze établissements où s’applique la gratuité totale a augmenté de 65 % par rapport à l’année 2007.

Il est cependant prématuré de tirer des conclusions avant la fin de l’expérimentation, a jugé Mme Christine Albanel, qui a indiqué qu’à l’issue de cette expérimentation, une politique des publics ambitieuse devra être définie, qui déploie un arsenal de mesures tarifaires adaptées.

La ministre a d’ores et déjà souhaité favoriser la fréquentation des musées par les jeunes publics, et développer de nouveaux partenariats avec les collectivités territoriales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.