SOS Education : non à l’enseignement de la « Théorie du Genre » à l’école.

La loi sur l’école va être débattue une dernière fois à l’Assemblée et tout peut encore basculer. Des idéologues voudraient y inscrire la « théorie du genre » comme enseignement obligatoire dès 6 ans. On déconstruirait alors, dans la tête de nos enfants, la distinction naturelle entre l’homme et la femme.

Ils ont déjà réussi à l’introduire en 1ère lecture dans le texte de loi à l’Assemblée. Heureusement, une sénatrice a réagi et la mention « l’égalité de genre » a été enlevée du texte de loi. Mais les partisans du « genre » ne s’avouent pas vaincus.

Et ils savent bien que la loi n’est pas encore votée et qu’elle revient maintenant en deuxième lecture à l’Assemblée. Il leur reste quelques jours pour convaincre les députés de glisser à nouveau dans la loi leur propagande.

Le Ministre, Vincent Peillon, a dit à plusieurs reprises qu’il était opposé à l’enseignement de la « Théorie du Genre ». Mais sa lettre envoyée le 4 janvier 2013 aux rectrices et recteurs d’académie, est plutôt ambigüe sur l’intervention, en milieu scolaire d’associations qui prônent, justement, l’enseignement de la théorie du genre, comme méthode de lutte contre l’homophobie… Et puis il arrive que des amendements soient votés, contre l’avis du Ministre. Le SNUIPP, syndicat d’enseignants favorable à cet enseignement, compte de très nombreux amis parmi les parlementaires.

« La Théorie du genre » ne vise pas à apprendre la tolérance et le vivre-ensemble, mais à nier l’existence des sexes en pronant la confusion sexuelle. Plutôt que d’enseigner la différence, la « Théorie du Genre » propose de nier l’altérité. C’est pourquoi il est extrêmement important de nous mobiliser pour que les députés ne prêtent pas l’oreille aux mouvements qui prône cet enseignement notamment le SNUIPP (Syndicat Unitaire des Instituteurs et Professeurs des Ecoles), contre l’avis des parents, dans cette dernière ligne droite.

Nos parlementaires ne doivent pas oublier que le but de notre école primaire doit rester d’apprendre à lire, à écrire et à compter correctement à tous les élèves.
SOS Éducation a préparé pour vous un site permettant d’écrire à votre député en quelques clics. C’est très simple et rapide.

SOS Éducation
Association Loi 1901 sans but lucratif
120 boulevard Raspail – 75006 Paris
Tél. : 01 45 81 22 67 – Fax : 01 45 89 67 17

2 commentaires sur “SOS Education : non à l’enseignement de la « Théorie du Genre » à l’école.”

  1. Un peu déçu que vous vous fassiez le relais de l’Association SOS Education dont « l’apolitisme » idéologique, sur le coup, reste à démontrer.
    Non pas sur la théorie du genre mais sur le Collège Unique, la méthode syllabique d’apprentissage de la lecture…

  2. Antoine Blondel

    Ce que nous redoutions est arrivé : un amendement vient d’être déposé pour insérer à nouveau la notion de « genre » dans la loi sur l’école. Il s’agit de l’amendement n° 180, déposé par la députée de la Somme, Barbara Pompili.

    Alors, si ce n’est pas encore fait écrivez à votre député pour lui demander d’être là et de se manifester contre l’insertion de la notion de « genre » dans la loi.

    Et surtout, invitez tout ceux que vous connaissez à écrire à leur tour, en transmettant ce lien :

    <a href= »http://www.loisurlecole.fr » title= »http://www.loisurlecole.fr »>http://www.loisurlecole.fr</a&gt;

    Si l’amendement n’est pas rejeté, les enfants subiront dès 6 ans la « déconstruction » de la différence naturelle entre l’homme et la femme.

    C’est une manipulation à grande échelle que nous ne pouvons accepter sans combattre.

    Alors faites passer ce message, partagez sur Facebook, sur Twitter et par tous les moyens à votre portée. C’est très simple et rapide : nous sommes déjà 15 000 citoyens à avoir envoyé un mail à notre député en quelques jours. Mais il faut absolument être beaucoup plus nombreux, et ce avant cette nuit, pour qu’ils osent réagir.

    Merci de votre réactivité !

    Antoine Blondel
    Responsable des relations parents – professeurs
    SOS Éducation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *