2013 à Bordeaux : situation inédite depuis 2001…

Ce matin avait lieu à Beychac et Caillau, le Conseil d’Administration du Syndicat Régional des AOC Bordeaux et Bordeaux Supérieur. Pour la 1ère fois depuis 2001, la production de nos Appellations est inférieure à la commercialisation. Pour la 1ère fois depuis 2001, les stocks disponibles sont en diminution. L’effet de tout cela est un rafermissement des prix sur le marché du vin en vrac. La barre des 1000 €/tonneau semble pouvoir être franchie en 2013…

  • AOC Bordeaux Rouge, la production 2012 est de 1879232 hl, les sorties annuelles à fin octobre sont de 2130469 hl.
  • AOC Bordeaux Rosé, la production 2012 est de 182768 hl, les sorties annuelles à fin octobre sont de 214142 hl.
  • AOC Bordeaux Supérieur, la production 2012 est de 505338 hl, les sorties annuelles à fin octobre sont de 522099 hl.
  • AOC Bordeaux Clairet, la production 2012 est de 28463 hl, les sorties annuelles à fin octobre sont de 32768 hl.
  • AOC Bordeaux Blanc, la production 2012 est de 282383 hl, les sorties annuelles à fin octobre sont de 322469 hl.

(source douanes et CIVB)

Le stock à la propriété pour l’ensemble des AOC Girondines est en recul de 4%, à 8,52 Million d’hl, pour des sorties de 5,69 Million d’hl, en progression de +1%. Les exportations sont en progression de +10% en volume (2,36 Mhl) et de +19% en valeur (2,3 Milliards d’€).

En France, bonne progression des AOC Bordeaux Supérieur et Côtes de Bordeaux. Recul de l’AOC Bordeaux en volume, qui quitte le segment des premiers prix.

Lire aussi sur ce blog :

5 commentaires sur “2013 à Bordeaux : situation inédite depuis 2001…”

  1. Le Piéton Sauveterrois

     » GLORIA IN EXCELSIS DEO …  »
    Merci Seigneur de nous avoir accorder ton aide salvatrice en réduisant généreusement notre récolte.
    Nous, pauvres paysans ASSERVIS à la toute puissance des incapables diplomés et surpayés du Syndicat et autres institutions te rendons grâce pour ton immense bonté gratuite qui va enfin allégé nos cuveries.
    Selon la divine loi de l’offre et la demande et malgré la triste mine des grands penseurs commerciaux internationaux, Tu sais très bien,Toi Grand Maître de la Terre, que la seule solution efficace passe par une production en adéquation avec la demande afin que nos tirelires tristement vides se regarnissent et RELANCENT l’économie locale et nationale.
    « …ET IN TERRA PAX HOMIBUS BONAE VOLUNTÂTIS  » AMEN.

    PS: 1000 € le tonneau = 6500 F, prix de 1990-1995 !

  2. Pourquoi se rejouir de la perte de production de nos collégues? Car les stocks sont surtout en baisse par la diminution de la production plus que l’augmentation des volumes. Pour info des rendements bas c’est des couts de production elevés.
    donc quand tu revendiquais 1000€ au tonneau c’etait pour environ 60hl/ha aujourd’hui tu te rejouis d’un potentiel 1000€ mais pour 50hl/ha…….
    Pour ceux qui ont du mal à calculer il faudrait au minimum 1200€/ tonneau.
    la veritable revolution c’est l’affranchissement d’une partie des producteurs au traditionnel systéme Bordeaux par l’augmentation des ventes de bouteilles de la propriété et en direct à l’export. Ne soyons pas heureux des faibles rendements , qui sont la clef la plus importante pour les economies d’echelle. j’ai traité l’an passé le President de la FDSEA d’imbécile car il esperait qu’il grele ou gele pour reguler le marché, je te pensais plus degourdi!

    ps: dans un democratie les statistiques sont le plus haut niveau de sophistication du mensonge!

  3. Renaud,

    Oui nous produisons moins. Tu as raison. Oui, le marché Français s’érode.

    Mais en 3 ans, notre volume exporté a progressé de quasiment 1 million d’hectolitre, malgré la crise internationale.

    L’augmentation des sorties est due, comme je l’écris dans l’article précédent à l’augmentation des volumes exportés, mis en bouteilles à la propriété.

    La révolution ce sera quand les prix de toutes ces ventes seront rémunérateurs pour le viticulteur. Aujourd’hui, tel n’est pas le cas.

    Ne me fait pas dire ce que je n’ai ni dit, ni écrit ! Faire parler les autres, n’est pas très sophistiqué, mais c’est un vrai mensonge ! Je t’espérais plus dégourdi…

    Yves

  4. Quand je cite ce n’ai jamais d’une conversation rapportée mais pour le Président de la FDSEA, c’est une conversation entre lui et moi il y à plus d’un an.
    Je peux être étourdi, sélectif, partisan mais sûrement pas menteur ni calomniateur.

  5. Monsieur d’Amécourt,

    Dans un mois les vendanges commenceront dans l’Hémisphere Sud. Les prévisions de récolte des Nouveaux Pays Producteurs(NPP) sont très attendues.

    Les antennes des négociants, des courtiers, des dirigeants d’Organisation Professionnelle Viticole(OPV) sont tournées vers le Sud.

    Cela fait plus de 3 années que la demande de vin dépasse l’offre : malgré la crise, la consommation de vin continue de progresser dans le Monde.

    Des raisons multiples ont stabilisé et même réduit la production de vin presque partout.

    Le haut niveau de stocks constaté à la fin de la décennie précédente a fondu., comme à Bordeaux. Les Chinois ne s’y trompent pas en investissant en Gironde !

    Les prétentions raisonnables des producteurs de vin (en matière de prix) ont tendu les marchés mais ne les ont pas déséquilibrés. Une année de faible production dans l’hémisphère Sud, pourrait entraîner une nouvelle hausse des prix, et du foncier.

    Affaire à suivre…

    Thomas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.