Audit comparatif des programmes des candidats

Hier soir, Nicolas Sarkozy, invité de France Europe Express, a fait part des résultats d’un audit réalisé par un institut d’analyse économique indépendant. De quoi s’agit-il ?

L’Institut d’analyse économique Rexecode, premier centre français d’analyse et de prévisions macroéconomiques indépendant des pouvoirs publics, a rendu public son analyse des programmes économiques de Nicolas Sarkozy et de deux autres candidats en tête dans les sondages. Ses conclusions sont sans appel.

Selon cet insitut : « Le programme économique du candidat centriste aboutirait une destruction de 60 000 emplois. La réduction des allègements de charge sociale entraînerait en effet la destruction de 200 à 250 000 emplois, soit nettement plus que les emplois créés par les autres mesures proposées par le député UDF, en particulier l’absence de charges pour deux emplois nouveaux. D’après Rexecode, « au total, l’effet sur l’emploi et sur la croissance serait négatif ». »

Les conclusions sur le programme de la candidate socialiste sont encore plus sévères. « Le SMIC à 1 500 euros détruirait 50 000 emplois, la suppression du CNE 30 000 et l’effet à moyen terme des emplois tremplin serait négatif. Au total, 150 000 emplois seraient détruits et la croissance du PIB serait réduite de 0,9 point en cas d’application du programme de la candidate du PS. »

L’effet positif du programme de Nicolas Sarkozy est démontré par les calculs de l’Institut: « La croissance du PIB sera supérieure à son niveau actuel dans une fourchette comprise entre 1 et 1,3 point du PIB et 160 à 200 000 emplois seront créés. »

Même si l’on peut regretter que Rexecode n’ait pas chiffré l’impact positif de la réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche, de la mise en place du contrat de travail unique ou de la réforme du service public de l’emploi inscrites au programme de Nicolas Sarkozy, ces résultats soulignent la cohérence et la pertinence de nos propositions, qui sont les seules à apporter les bonnes réponses aux problèmes de l’économie française, à la stagnation du pouvoir d’achat des Français, à la persistance d’un chômage élevé et à la dégradation de nos finances publiques.

C’est pour cette raison qu’Olivier Blanchard, l’un des économistes français les plus réputés au monde, Professeur au MIT, a annoncé récemment sur le blog http://www.telos-eu.com « qu’il soutiendrait Nicolas Sarkozy », car « il a mieux identifié les problèmes de la France, et a une idée plus claire des solutions et des stratégies à suivre. Il me parait plus à même d’améliorer le sort des jeunes, de diminuer le chômage, d’engager une vraie reforme de l’université ».

1 commentaire pour “Audit comparatif des programmes des candidats”

  1. Et lequel résout le mieux l’enjeu majeur des décennies à venir, c’est à dire le développement durable (avec tout ce qu’il comporte) ? Je rappelle que notre modèle sociétal basé sur la croissance nous oblige à vivre à crédit sur le dos de nos enfants car nos sociétés occidentales consomment l’équivalent de deux planètes.
    Donc adopter un développement durable, pour nos sociétés c’est aller vers une décroissance, pas retourner au temps des trente glorieuses, ce qui me semble être l’objectif de N.Sarkozy en terme économique (productivisme, immigration choisie pour soutenir l’effort de production, patriotisme économique et patriotisme tout court, etc…).
    Qu’on mette au placard la génération des experts septuagénaires qui analysent le monde à travers les chiffres du PIB et des taux d’intérêt. Leurs prérogatives ont mené notre société dans un abandon de notre milieu de vie (être) au profit d’une augmentation du niveau de vie (avoir). Ils ont fait leurs temps, arrêtons de nous référer à leurs analyses basées sur des préceptes obsolètes.

    Ce que j’ai lu : l’étude a déterminé quel était le candidat le plus à même de prolonger dans le temps le modèle libéral. Oui et alors?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.