Débat sur l’identité nationale le vendredi 18 décembre à 17h30 salle du S.I.S.S. – Zone Industrielle de Dumès à LANGON

Message de Madame la Sous-Préfète de l’arrondissement de Langon.

Le Président de la République a demandé au Ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire d’organiser un débat sur l’identité nationale qui doit être décliné localement dans chaque arrondissement.

Je vous invite donc à participer au débat ouvert que j’organise:

le vendredi 18 décembre à 17h30 salle du S.I.S.S. – Zone Industrielle de Dumès à LANGON

Merci de me faire connaître votre participation et de diffuser cette information autour de vous.

Michelle CAZANOVE

D’autres débats sont organsiés en Gironde :

  • le 9 décembre 18h30 – Palais des Congrès Arcachon
  • le 14 décembre 18h – salle du verdet Libourne
  • le 16 décembre 16h – salle Liverneuf citadelle de Blaye
  • le 16 décembre 18h – salle des fêtes de lesparre Médoc
  • le 18 janvier 18h – salle de l’Athénée municipal à Bordeaux

Un article à lire à ce sujet sur ce blog

15 commentaires sur “Débat sur l’identité nationale le vendredi 18 décembre à 17h30 salle du S.I.S.S. – Zone Industrielle de Dumès à LANGON”

  1. Je crois que la droite se moque du monde. Vous avez décidé de supprimer l’histoire-géo lors de l’année de terminale S. Comment parler d’identité nationale si vous détruisez tous les outils qui permettent à 50% des lycéens d’appréhender les définitions de la nation française à l’époque contemporaine? D’autre part, l’accès aux grandes écoles ou aux Instituts d’étude politique se fait toujours par des concours dans lesquels la culture générale occupe une place trés importante. Je vous mets ma main à couper que les enfants de l’élite prendront l’option car leurs parents savent bien que l’histoire géo est la matière de culture générale par excellence… Pour conclure, je reprendrai une citation d’Alain Juppé dans Sud-Oust d’aujourd’hui:  » Il faut bien dire que la culture historique de nos bacheliers n’est pas trop top pour l’instant, alors pourquoi diminuer encore? » Alors pourquoi?

  2. Robespierre,
    il me semble que vous avez été informé de façon incomplète de la réforme prévue de l’enseignement de l’histoire-géographie au lycée.

    Si j’ai bien compris, je crois que, pour équilibrer les matières passées au Baccalauréat en 1ère et terminale pour le Bac S, de même qu’on l’a fait il y a plusieurs années pour les Bac L et SES (qui passent en épreuve anticipée les sciences de la vie et de la terre -SVT- depuis 2001 si mes souvenirs sont bons), il s’agit de passer l’histoire-géographie en épreuve anticipée en classe de 1ère pour le Bac S.
    Cela implique dans le projet une augmentation conséquente des heures d’histoire-géographie en première, pour atteindre (voire dépasser) le total des heures dispensées actuellement sur les deux années de 1ère-terminale.

    Lorsqu’on a rétabli l’enseignement de SVT en série L et SES (là aussi il s’agit de culture générale) qui n’en avaient plus depuis longtemps, j’ai trouvé que c’était une bonne idée et je pensais que la logique serait, dans la foulée, de mettre l’histoire-géographie en épreuve anticipée en 1ère S. Je suis juste étonnée que ça ait demandé 8 ans pour le proposer. Au vu du déchaînement qu’on observe aujourd’hui, je comprends mieux la prudence des décideurs.

    En bref, pour ce sujet comme pour beaucoup d’autres, je crois que si on prenait la peine de vérifier et de prendre les informations complémentaires nécessaires aux informations tronquées ou transformées que nous diffusent les médias en général, le débat en sortirait grandi.

  3. Vous actez donc que l’histoire géo n’est plus une matière principale. L’impact de la SVT n’est pas le même que celui de l’histoire géo qui est une matière politique par excellence, car chargée de faire connaître les fondements de notre histoire aux citoyens en formation. Ce n’est pas faire injure aux enseignants de SVT que de dire que l’histoire géo a un rôle fondamental, qu’elle a été et demeure la matrice de nos valeurs républicaines sur lesquelles reposent la nation française . Un peuple sans histoire est un peuple sans avenir. Laisser le monopole de l’histoire géo au rejetons de l’élite n’a rien de bien républicain et démocratique…

  4. Le projet est de supprimer les cours d’histoire-géo en terminale et de reporter ces heures en première comme le sont actuellement les heures et l’épreuve de français. Il ne s’agit pas de supprimer l’histoire-géo des programmes. Tout cela mérite d’être étudier. Il faut laisser la place au débat.

  5. Je trouve les commentaires de robespierre un peu fatigant: la droite se moque du monde…
    L’UMP a au moins le mérite d’ouvrir le débat. C’est pour cela que vous venez sur ce site car il y peut-être rien en face à part des querelles de personnes.
    Pour la série S (que j’ai fait), je ne suis pas contre le fait d’axer la première plus sur des matières littéraires (français et histoire/géo) et la terminale sur les matières scientifiques.
    La curiosité intellectuelle commence dès l’école primaire et continue toute la vie. Un bon prof donnera l’envie à ses
    élèves d’ouvrir un livre d’histoire ou de géographie en dehors du programme. La culture ne commence pas en terminale.

  6. Cher monsieur,
    le blog de monsieur d’Amécourt est libre d’accès alors j’en profite pour venir débattre. Allez donc chez monsieur Darmian porter la contradiction. Ca sera toujours plus intéressant que les commentaires lèche botte. Eh oui c’est cela la démocratie sur internet…
    Cordialement

  7. Mr robespierre,
    Porter la contradiction sur les blogs des elus PS est tres difficile car tres Censuré. Je l’ai été moi meme plusieur fois sur celui de Mde Faure.

  8. Je suis libanais de naissance, je suis patriote jusqu’au bout des ongles. J’ai choisi d’être français et j’en suis fier. la France pour moi c’est LE pays des droits de l’homme, c’est « LIBERTE EGALITE FRATERNITE » en bref c’est la REPUBLIQUE. Ce que je trouve choquant c’est que ce débat n’est pas permanent, que tous les élus de la république ne soient pas chargés de mener ce genre dz combat. quel est le pourcentage des français qui savent que la justice républicaine juge l’HOMME pas le crime? que La laïcité n’est pas bagarre entre chrétiens et athées et qu’elle est le garant de la liberté (au moins de penser) pour tous? Que çà n’a rien avoir avec le voile islamique?.

  9. Bonjour à tous,
    L’exercice n’est pas simple… La France est complexe…parfois complexée. Nos média sont peu cartésiens et ils empêchent que l’on puisse faire d’un problème « complexe », une myriade de problèmes « simples »… Bref, on mélange tout en permanence, et la confusion s’empare des esprits, même des plus éclairés.Je me demande comment Michelle Cazanove va se sortir de cet épineux problème qui risque fort de se transformer en joute politique dénuée d’intérêt… sous les regards amusés d’une presse qui en redemande !Il nous faut des philosophes… Nous avons besoin de philosophes et de philosophie !Yves d’Amécourt

  10. Bonjour,
    J’ai assisté au débat sur l’identité nationale à Libourne en présence du sous-préfet, de Gérard César, de Jean Paul Garraud, d’un avocat et d’un professeur d’université et je peux dire que je n’ai pas été déçu de la soirée.
    J’encourage vivement les politiques à organiser des débats comme celui là avec la population sur tous les sujets importants. Mon seul regret est l’abscence d’élus « de gauche » qui étaient pourtant invités. Toutefois la salle était hétérogène et ce n’était pas un meeting de l’UMP.
    Une personne du public à demandé la parole et a dit
    en résumé que pour elle, être français c’est d’abord avoir le courage de défendre notre pays si celui-ci était en danger ou si ses valeurs étaient menacées. Elle a donné l’exemple des gens qui sont morts pour la France pendant les différentes guerres ce qui nous permet de vivre aujourd’hui dans un pays qui est une référence mondiale pour les droits de l’homme.
    Elle a souligné que des personnes issues de l’immigration ont aussi donné leurs vies pour la France car elles aiment notre pays. La question « d’être francais » n’est donc pas une question d’immigration mais D’AIMER LA FRANCE et d’avoir le courage de la défendre comme on peut défendre ou protéger les membres de sa famille.
    J’ai trouvé que c’était une bonne intervention.

  11. Message de Michel Hilaire reçu par email

    Je suis invité vendredi, à Langon, au débat initié par le gouvernement sur le thème de l’identité nationale. Je n’irai pas et j’ai exposé mes raisons dans un billet de mon blog.
    Je me permets de vous en informer.
    trés cordialement
    michel hilaire

    <a href= »http://michelu.elunet.fr/index.php/post/15/12/2009/Je-ne-participerai-pas-au-debat-que-me-proposent-le-President-et-le-Gouvernement » title= »http://michelu.elunet.fr/index.php/post/15/12/2009/Je-ne-participerai-pas-au-debat-que-me-proposent-le-President-et-le-Gouvernement »>http://michelu.elunet.fr/index.php/…</a>

  12. Clothilde CHAPUIS

    Débat sur l’identité, républicains ou êtes vous?

    Ce soir, j’ai participé au débat sur l’identité nationale avec une partie de l‘équipe de la LICRA BORDEAUX & GIRONDE, invitée par le Préfet de Région à prendre part à une table ronde « Comment renforcer le sentiment d’appartenance et d’intégration de tous à la Nation ? Comment faire vivre les valeurs de la République ? »
    Je ne sais pas s’il fallait l’organiser. La France a changé, elle a évolué, s’est enrichie, s’est métissée et se poser la question des valeurs qui nous rassemblent, du vivre ensemble, pourquoi pas? après tout, discuter, débattre nourrit la démocratie.

    Mais ce soir, je n’ai entendu que haine, stigmatisation; ou étaient les républicains? ils avaient déserté pour des raisons politiques, politiciennes surement.
    La politique de la chaise vide, jamais je n’y ai cru; et ce débat me conforte dans l‘idée que notre voix, plus que jamais doit être portée.. Les extrémistes étaient là, eux, organisés, nombreux.

    La violence des propos, les amalgames xénophobes ont trouvé une tribune.

    Un Rabbin, un Imam se sont exprimés avec dignité. Aucun représentant du Catholicisme n’était présent; la peur du débat? une erreur magistrale à mon sens.

    Nous n’avons été que deux républicains avec notre Présidente Caroline DAIGUEPERSE-VAULTIER, à réagir aux propos de ces français » de souche ».
    Un français de souche, moi je ne sais pas ce que c’est. J’ai osé leur dire qu’il n’étaient pas français , tant ils n’incarnent pas les valeurs de la France.
    La France, ce n’est pas la soustraction, mais une addition de fraternité.

    Le niveau zéro de l’humanité.

    J’invite tous les républicains à prendre part aux débats, à faire entendre leurs voix; les difficultés existent, le système est peut être en échec mais jamais la xénophobie, le racisme, l’antisémitisme, l’intolérance ne doivent prendre le pas sur la fraternité, la tolérance et les valeurs républicaines.

    Aux armes!!!

    Clothilde CHAPUIS

  13. sans vouloir rentrer sur le fond, il y a quelques relations qui m’interrogent. un « débat » ou une consultation sur l’identité nationale par le Ministre de l’immigration! il a forcement amalgame. pour quoi échanger sur nos ressentis quand il faudrait seulement refléchir à : quelle projet pour notre République? est toujours au minimum risqué ou inéficace. cela fait bien longtemps que nous détricotons le travail du CNR, qui à fait notre identité républicaine grace à un projet commun trés ambitieux et réalisé. il nous appartient de s’en souvenir pour continuer à le faire vivre. le constat d’opinion, par des consommateurs, trop souvent piloté par leurs peurs ne peut nous élever il faudrait plus souvent se vivre citoyens. Alors, oui travaillons avec des intellectuels sur le projet d’interet général de notre République, une et indivisible, laïque et sociale. l’interet général ne peut être la somme des interets particuliers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *