Dépôt de gerbe au monument aux morts de Sauveterre.

Comme chaque année l’ANACR (Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance) organise dans le canton de Sauveterre un « pélérinage » sur les stèles du souvenir des actions de résistance qui ont eu lieu dans notre canton à 1944 : Blasimon, Mauriac, Saint Martin du Puy, Saint Léger de Vignague. Traditionnellement, ces commémorations se terminent par un dépôt de gerbe au monument aux mort de Sauveterre de Guyenne.

Mesdames, Messieurs, chers amis,

Je remercie de sa présence, Daniel Barbe, le Maire de Blasimon.

Je souhaite aujourd’hui remercier l’ANACR son Président, Guy Mercadier -le Commandant Michaud- son bureau, et tous les amis qui la composent, qui chaque année organise ce pèlerinage à travers le canton de Sauveterre sur les différents lieux où en 1944, des familles ont été meurtries par la guerre, des lieux où nos communes, la nation, ont vu partir leurs enfants, des lieux où la guerre et la barbarie ont produit tout à la fois des bourreaux et des héros.

Le nom des héros est inscrit dans le marbre ou dans la pierre, pas celui des bourreaux.

Pensons à ses héros, qui ont donné leur vie pour défendre une certaine idée de la France.

  • Ceux qui n’écoutant que leur cœur, et la voie de la résistance, on prit le maquis, on quitté leurs exploitation, leurs famille, …
  • Ceux qui ont adopté une double vie, mettant en péril leur propre vie et celle de leur famille…
  • Ceux qui ont bravé l’interdit pour sauver des vies en cachant des enfants juifs ou des familles entières,
  • Ceux qui ont dit « non » car l’avenir qu’on leur promettait n’était pas l’idée qu’ils se faisaient de leur pays, de sa grandeur et de son âme…
  • Ceux qui ont été pris par l’ennemi, torturés, envoyés dans les camps de concentration. Ceux innombrables qui n’en sont pas revenus.
  • Tout ceux qui on bravé la pensée unique et qui on dit « non » dès 1940… Non à la ségrégation, non au sectarisme, non au racisme, non à la théorie du bouc émissaire selon laquelle une partie du peuple pourrait être responsable du malheur de l’autre…

Chaque année, ce pèlerinage nous rappel que l’homme est capable du pire, comme du meilleur.

Mais chaque année, le message que nous envoie nos parents, nos aïeuls, nos amis, ceux qui nous ont défendu sans même nous connaître, ceux qui sont mort ici pour nous, ceux qui ont donné leur sang à cette terre pour qu’elle puisse nous porter avec fierté… Chaque année, le message qu’ils nous envoient est que le meilleur vaut bien mieux que le pire.

L’homme est sur cette terre pour accomplir le bien, et si l’histoire en décide, pour accomplir le meilleur.

Alors faisons en sorte de transmettre le meilleur à tout ceux qui nous suivent. Qu’ils puissent dire au soir de notre vie : « ils sont passés sur cette terre en faisant le bien ».

Vive l’Europe, vive la France !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.