Et si une agriculture intensive préservait mieux l’environnement ?

Herbage illustrant étude britannique sur agriculture intensive
Une étude que vient de publier l’université de Cambridge arrive à une conclusion à laquelle les écologistes ne s’attendaient pas vraiment : une corrélation positive existe entre agriculture intensive et préservation de l’environnement !

Une étude menée par le professeur Andrew Balmford de l’université de Cambridge pose la question de savoir si nous devons concentrer ou bien étendre notre empreinte, avec d’un côté le « land sparing » que l’on peut traduire par épargner les terres et de l’autre le « land sharing » ou le fait de partager les terres avec les espèces vivantes de la faune et de la flore. Pour ce qui est du partage, la terre cultivée peut accueillir la vie sauvage et lui fournir un habitat. L’autre alternative est de produire, avec les meilleurs rendements, sur un espace restreint pour répondre aux besoins humains, ce qui va permettre de laisser des terres libres pour la vie sauvage. L’auteur de l’étude publiée dans Journal of Zoology estime que ces terres non cultivées seront plus favorables à l’accueil d’espèces perturbées par une agriculture à faible rendement. « La plupart des espèces s’en sortent beaucoup mieux si les habitats sont laissés intacts, ce qui signifie réduire l’espace nécessaire à l’agriculture. Les zones cultivées doivent donc être aussi productives que possible », explique Andrew Bradford.

L’étude propose, en fait, comme possibilité une agriculture comportant trois niveaux : des terres cultivées intensivement, des zones non cultivées laissées à la nature et des zones de cultures extensives à faibles rendements.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.