Foire au Matériel Agricole

En cette période difficile pour la viticulture, qui ne l’oublions pas est difficile pour toutes le productions agricole : lait, fruits et légumes, prunes d’ente… il est bien difficile de trouver de l’argent pour acheter du matériel, même d’occasion.

Mesdames, Messieurs, Chers Amis,

Je tiens à féliciter chaleureusement le Maire de Sauveterre, toute l’équipe des jeunes agriculteurs de la région de Sauveterre de Guyenne et les confréries présentes, pour l’organisation de cette nouvelle édition de la Foire aux Matériels de Sauveterre.

En cette période difficile pour la viticulture, qui ne l’oublions pas est difficile pour toutes le productions agricole : lait, fruits et légumes, prunes d’ente… il est bien difficile de trouver de l’argent pour acheter du matériel, même d’occasion.

Pourtant, quand les choses vont mal, il nous faut poursuivre, rester droits et dignes, autant que faire ce peut, il nous faut continuer d’avancer tant que c’est possible.

Il en va de notre avenir, de l’avenir de notre région, de l’avenir de nos enfants.

De telles occasions, telles que la foire de Sauveterre, nous permettent de nous inscrire dans la durée. Nous permettre de nous revoir nous permettent d’échanger. Même si le coeur n’y est pas.

Revenons si vous le voulez bien à la crise viticole. Tout a été dit ou presque. Pourtant je voudrai revenir sur quelques principes simples qui doivent être au cœur de nos combats et de nos débats.
A court terme nous devons obtenir ce prix minimum de 1000 € le tonneau. Parce que c’est un minimum social. C’est le minimum pour garantir que le bateau ne coule pas pendant la tempête.

Si le minimum souhaité reste de 1000 €, notre objectif doit être 1300 € le tonneau. Car à 1300 € le tonneau, la viticulture recommence à investir, à dépenser, et, par la même, à redonner de l’air à l’artisanat, au commerce, aux marchands de matériels…

A moyen terme, le message que nous envoie cette crise est clair : simplifions notre offre, simplifions notre filière.

Notre offre. Je me suis rendu la semaine dernière dans un magasin de la région, pour faire un relevé de prix entre 1 et 8 €… Une vache n’y retrouverait pas son veau ! Des Bordeaux à tous les prix, mélangés avec des vins de pays, des vins de tables, d’autres AOC : des Gaillac, des Buzet, des Bergerac, des vins d’Italie, d’Espagne… Le consommateur, qui est le plus souvent une femme, est devant ce rayon comme nous le serions dans un rayon de collants ! Faisons l’exercice, d’aller acheter des collants à notre épouse… Comment nous repérer, quoi acheter, le prix est-il important, la marque (DIM = Bordeaux). Si nous voulons vendre il nous faut donner des choses simples aux consommateurs : BORDEAUX en GROS sur l’étiquette est une chose simple !

Notre filière. Depuis que nous essayons de faire de propositions pour sortir plus vite de la crise, nous prenons la mesure de la complexité de la chose. L’organisation de la filière viticole en France est composée d’une multitude de décideurs : tout est divisé, parcellé, opposé… si bien que la décision est rendu impossible !

Pourtant il nous faut avancer. Gageons que nous serons profiter des dernières bonnes nouvelles qui nous arrivent : en effet, si la France consomme de moins en moins de vin, le monde, consomme lui de plus en plus : l’Amérique et la Chine sont les futurs premiers consommateurs du monde.

Faisons en sorte de rester les premiers producteurs !

A l’heure où les Espagnols se rangent tous derrière la bannière « Espana Vino del Sol », trouvons les arguments et la force pour convaincre la filière viticole française de se battre ensemble derrière la bannière « La France vins de terroirs et de tradition » !

Pour cela il ne faut pas beaucoup d’argent, il faut d’abord une prise de conscience ! Cette prise de conscience elle doit aussi être politique : notre Président, notre gouvernement, nos ambassades, doivent soutenir énergiquement le vin, les prunes, les fromages, et tous les produit de notre terroir : c’est notre meilleur carte de visite ! Bien plus efficace pour soutenir les droit de l’homme, que la reprise des essais nucléaires dans le pacifique, qui soit dit en passant, à l’époque nous ont fait perdre de nombreux clients, dont un marché que nous ne retrouverons jamais comme avant : le Danemark !
Soyons donc nous même, et allons ensemble, sans arrogance, avec simplicité, conquérir de nouveaux clients !

Vive l’agriculture, qui ne l’oublions pas est une des mamelles de la France ! Vive Sauveterre et sa région !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.