François Hollande reçoit les Maires des Grandes Villes de France

Communiqué de presse d’Alain JUPPÉ, Maire de Bordeaux, Christian ESTROSI, Député-maire de Nice et Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Jean-Claude GAUDIN, Sénateur-maire de Marseille et André ROSSINOT, Maire de Nancy et Président de la Communauté Urbaine du Grand Nancy.

Alain JUPPE, Maire de Bordeaux, Christian ESTROSI, Député-maire de Nice et Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Jean-Claude GAUDIN, Sénateur-maire de Marseille et André ROSSINOT, Maire de Nancy et Président de la Communauté Urbaine du Grand Nancy viennent de participer à la rencontre entre le Président de la République François HOLLANDE et l’Association des maires des grandes villes de France, l’Association des communautés de France et l’Association des communautés urbaines de France. Les quatre élus souhaitent apporter la déclaration suivante.

« Nous partageons l’esprit général de la déclaration commune Etat-Territoires urbains qui comprend 13 engagements pour la vitalité économique et la cohésion sociale des grandes villes et des agglomérations

Comme l’ensemble des maires et présidents de structures intercommunales, nous sommes tous très engagés en matière de développement économique, de solidarité, de politique de l’habitat, ou de développement durable et nous sommes déterminés à continuer à investir dans ces domaines et à soutenir l’emploi local et donc l’emploi de notre pays.

Cependant, il nous est impossible de signer cette déclaration en l’état, sans avoir davantage d’éclaircissements, notamment sur l’engagement numéro 13, relatif au pacte financier de confiance et de responsabilité entre l’Etat et les collectivités.

En effet, nous sommes contraints de constater que les mesures prises actuellement par le Gouvernement et notamment celles contenues dans le projet de loi de finances pour 2013 sont en totale contradiction avec l’objectif du titre III de la déclaration consistant à préserver nos capacités d’investissement.

La défiscalisation des heures supplémentaires et l’augmentation des taux de cotisation pour la retraite des agents territoriaux, l’annonce du gel des dotations aux collectivités territoriales et la montée en puissance du fonds de péréquation intercommunale, tout comme la modification des rythmes scolaires et la scolarisation dès 2 ans induisant des charges nouvelles, ont et auront naturellement de lourdes conséquences sur le budget de nos collectivités. L’augmentation de ces postes de dépense, imposée par les décisions gouvernementales dans nos budgets de fonctionnement, aura naturellement pour conséquence de baisser nos marges d’investissement.

Nous appelons donc l’Etat à préciser le projet de loi de réforme de la décentralisation renforçant le fait urbain et la métropolisation et à renforcer l’équilibre du pacte qu’il nous propose en prenant des engagements fermes sur le soutien de l’Etat aux collectivités afin de nous permettre de continuer à investir pour nos concitoyens. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.